Magazine Poésie

Anthologie "Poésies du cri" suite : Paul Verlaine

Par Alain Marc

Oser oser : Sollers dit à juste titre, qu’il est impossible de lire un passage d’un des livres les plus sulfureux du divin Marquis au journal de 20 heures. Est-il possible, de publier, ici et là en ligne, ce Verlaine là, mais aussi, Tout, ce Verlaine là ? Pas si sûr… Évidemment derrière, ces mots, parfois crus, s’exprime bien autre chose, qui est de l’ordre d’une souffrance, extrême et souterraine — Verlaine mourra quelques années après l’écriture de ce poème… Et où peut être le tabou, sur quelques mots, de cet ordre, face à l’HORREUR, de la guerre, et humaine ? Le tabou, justement : savoir, qu’à le per

pétuer, justement, on peut TUER, avec quelques mots rentrés, et choqués, un enfant encore trop jeune… Croyez-moi.

VIII

Un peu de merde et de fromage
Ne sont pas pour effaroucher
Mon nez, ma bouche et mon courage
Dans l’amour de gamahucher.

L’odeur…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Soleils couchants (Verlaine)

    Soleils couchants (Verlaine)

    Une aube affaiblie Verse par les champs La mélancolie Des soleils couchants. La mélancolie Berce de doux chants Mon coeur qui s’oublie Aux soleils couchants. Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Marine (Verlaine)

    Marine (Verlaine)

    L’Océan sonore Palpite sous l’œil De la lune en deuil Et palpite encore, Tandis qu’un éclair Brutal et sinistre Fend le ciel de bistre D’un long zigzag clair, E... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Voeu (Verlaine)

    Voeu (Verlaine)

    Ah! les oaristys! les premières maîtresses! L’or des cheveux, l’azur des yeux, la fleur des chairs, Et puis, parmi l’odeur des corps jeunes et chers, La... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Nevermore (Verlaine)

    Souvenir, souvenir, que me veux-tu? L’automne Faisait voler la grive à travers l’air atone, Et le soleil dardait un rayon monotone Sur le bois jaunissant où la... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Colombine (Verlaine)

    Colombine (Verlaine)

    Léandre le sot, Pierrot qui d’un saut De puce Franchit le buisson, Cassandre sous son Capuce, Arlequin aussi, Cet aigrefin si Fantasque Aux costumes fous, Ses... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • L’heure du berger (Verlaine)

    L’heure berger (Verlaine)

    La lune est rouge au brumeux horizon; Dans un brouillard qui danse, la prairie S’endort fumeuse, et la grenouille crie Par les joncs verts où circule un frisson... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • J’allais par des chemins perfides (Verlaine)

    J’allais chemins perfides (Verlaine)

    J’allais par des chemins perfides, Douloureusement incertain. Vos chères mains furent mes guides. Si pâle à l’horizon lointain Luisait un faible espoir d’aurore... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE

A propos de l’auteur


Alain Marc 63 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines