Magazine

Où l'on profite de la clim

Publié le 01 juillet 2010 par Pbmv
Bonjour les flans,
Oh merde. On est en juillet. Bon, allez, dans 15 jours, le mémoire sera commencé, rédigé et terminé. Seriously.
En attendant, j’ai repris mes bonnes habitudes. Une séance pendant la grosse chaleur pour profiter de la clim, et en sortant, tout va déjà mieux.
La semaine dernière, je suis allée voir l’Illusionniste, de Sylvain Chomet. Il me semble me rappeler qu’à part la chanson de M, le précédent film, Les Triplettes de Belleville, ne m’avait pas laissé de persistance rétinienne. Impression confirmée avec ce nouveau « film d’animation », qui m’a en plus collé un bourdon pas possible en sortant. Merci bien quoi.
Lundi : A 5h de Paris, un film israélien. Une belle histoire d’amour. Coup de cœur, boum boum, boum boum.
Lundi-mardi, en DVD : Good Morning England, de Richard Curtis. Si je me réincarne un jour, je veux que ca soit en Bill Nighy.
J’ai passé une heure à me demander qui était cet acteur qui ressemble à Matthew Mac Fadyen (pardon, les meufs, Mr Darcy version Joe Wright) mais EN MIEUX.
Où l'on profite de la clim
Où l'on profite de la climJack Davenport, qui a joué dans Pirates des Caraïbes mais surtout dans le Talentueux Mr Ripley, avec, comme par hasard, Matt Damon.
Où l'on profite de la climOui, à une époque, cette coiffure a été à la mode
Mardi : étant donné le manque de bons films à l’affiche cette semaine, nous sommes allées voir l’Agence Tous Risques entre filles. A 3 €, ça reste correct.
A un moment, ces nouilles nous font croire que leur vue aérienne représente Francfort, alors qu’il s’agit clairement de Cologne, avec la cathédrale et la gare à côté. On ne me la fait pas : il se trouve que je connais TRÈS bien la gare de Cologne. Je me suis évidemment sentie obligée de partager cette information avec ma voisine.
Bon, sinon, Liam Neeson : plus que pas mal.
Où l'on profite de la clim
Mercredi : Millenium 2. Comme pour le 1, c’est assez linéaire comme adaptation. Quand tu as lu le livre, tu connais VRAIMENT toute l’histoire. Mais c’est fou ce que le suédois ressemble à l’allemand et l’anglais mélangés et avec des morceaux qui collent. Et il y a de jolis plans de Stockholm.
Mercredi toujours, en DVD : Un mariage de rêve. Titre bidon et pas futé pour un film anglais qui s’appelle Easy Virtue. Avec Jessica Biel, blonde mais superbe, Kristin Scott Thomas, en qui je voudrais me réincarner si Bill Nighy est déjà pris, et Colin Firth. Frais, mignon, drôle. Le film, hein, pas juste Colin Forth.
Demain, si tout va bien, ce sera au tour de Vicky Christina Barcelona. Juste pour avoir une autre opinion de Barcelone, maintenant que je connais l’Auberge Espagnole par cœur. Et, euh, aussi pour Javier Bardem.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pbmv 340 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte