Magazine Régions du monde

58. Phnom Penh et joies

Publié le 01 juillet 2010 par Melaniepiqpiq
Devinette du jour: quel est le mot le plus utilisé dans la langue cambodgienne, et avant tout à Phnom Penh, la capitale?
Réfléchissez un peu au lieu de lire directement la réponse, bande de feignasses!
Je suis un mot qui vient toujours par paire (ce qui double directement mes occurrences) et suis en général suivi d'un point d'interrogation.
Je commence par t, finis par ouk... Je suis, je suis, je suis???!!!
Vous êtes vraiment trop forts, bravo, vous avez tous gagné l'encyclopédie Larousse en 22 volumes.
Nous avons eu l'inconscience de prendre une chambre près du lac, ignorant que cette prometteuse situation cachait le pire ghetto à touristes. A peine sortions-nous de l'hôtel que nous nous faisions alpaguer de tous les côtés. Les formulations variaient un peu, allant du poli « Do you want a tuk-tuk, lady? » au plus économique: « tuk-tuk ?» en passant par « Tuk-tuk lady? » Pour ceux qui sont vraiment trop nuls en anglais, je traduis: « Désirez-vous, Mademoiselle, que je vous conduise quelque part avec ma mob à remorque, moyennant une compensation financière que j'espère la plus élevée possible? »
La balade à pied tranquille, tu oublies. Tu respires, tu gardes ton calme, tu dis poliment « no thanks » avec un sourire mais au bout de la vingtième fois en 3 minutes, tu dois vraiment lutter pour ne pas laisser exploser un « NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO » tonitruant et désespéré.
La cerise sur le gâteau, c'est la fois où après avoir dit non au touk-touk 3 fois 5 secondes, j'ai entendu une petite voix me suggérer, pleine d'espoir: « motorbike? ». Eh oui... le taxi-mobylette est une alternative au touk-touk, moins chère et davantage chargée en adrénaline (cf récit qui suivra dans un post ultérieur).
Seule solution: aller s'asseoir dans un tuk-tuk and motorbike free café... où viennent t'assaillir les vendeurs de livres photocopiés (bons livres, au demeurant) (mais quand tu en as déjà acheté 3 et que ton sac à dos ne ferme plus depuis longtemps...)
Dans le fond on les comprend. C'est la basse saison, le touriste est rare et la concurrence est rude (vous me direz, je ne suis jamais venue en haute saison, ce n'est peut-être pas mieux). Je ne pense pas me tromper en disant qu'en proportion, il y a au moins 10 chauffeurs de touk-touk pour un touriste. Ça n'empêche que la forme est horripilante. Est-ce que je me balade dans la rue en scandant: « Bonjour Monsieur, cours de français? », moi?! Non, et pourtant c'est la crise chez nous aussi et les élèves se font rares. Alors?!
Une suggestion à ceux qui prévoient un voyage en Asie du sud-est: avant de partir, faites-vous imprimer un tee-shirt « NO TUK-TUK ».
Ceci dit, à la plus grande surprise de l'heureux élu habitué à se prendre 99,5% de râteaux (je ne pense pas exagérer les proportions), nous disions quand même oui 2 fois par jour, pour descendre en ville et remonter à l'hôtel.
58. Phnom Penh et joies
Nous avons commencé par jeter un coup d'œil au Wat Phnom: le « temple de la colline ». Entre nous, ceux qui ont trouvé le nom ne se sont vraiment pas foulés. Je vous épargne la photo ratée de la façade pour vous montrer ce que j'ai préféré:
-les lions qui font bronzer leurs cuculs bien roses sur les côtés de l'escalier qui monte au temple. Attention aux coups de soleil les gars, ça ne pardonne pas!
58. Phnom Penh et joies
-la gogo danseuse avec les biffetons dans le soutif à côté de Bouddha qui fait celui qui ne voit rien.
58. Phnom Penh et joies
-l'adoration d'une divinité à lunettes et bijoux (zoomez, ça vaut le coup) que nous n'avons pas réussi à identifier vu que personne ne speakait English (encore moins français)
58. Phnom Penh et joies
Nous nous sommes ensuite dirigées ver le palais royal, où il ne me manquait qu'un pistolet et un chat pour avoir 100% tout faux.
58. Phnom Penh et joiesHeureusement que j'avais la fameuse écharpe rose multi-fonctions au fond de ma besace.
Le roi (qui n'a pas daigné montrer le bout de son nez, le rustre) y réside avec pas moins de 500 serviteurs...
58. Phnom Penh et joies
un des plus grands bâtiments, avec un toit typiquement khmer, paraît-il.
58. Phnom Penh et joies
charmantes petites bicoques
58. Phnom Penh et joies
des moines venaient égayer les allées de leurs toges colorées.
Par contre on peut voir le portrait de la Reine Mère à chaque coin de rue.
58. Phnom Penh et joieselle se fait appeler Norodom Monineath Sihanouk au lieu d'assumer son vrai prénom qui n'est autre que... Monique. Je vous jure, ce n'est pas une mauvaise blague.
A côté du palais, la pagode d'argent. Je n'ai que des contre-jours sans intérêt, si vous voulez des belles photos je suis sûre que vous pouvez en trouver en pagaille sur Google.
Mais par contre, le buisson-théière dans le jardin de la pagode, c'est en exclusivité sur mon blog, vous ne le verrez nulle part ailleurs! (si je ne m'abuse).
58. Phnom Penh et joies
La journée du lendemain fut lourde aux niveaux météorologique et psychologique. Nous avons commencé par la visite d'un ancien camp d'extermination des Khmers Rouges, les « Killing Fields » de Choeung Ek, à 15km au sud de la ville.
Des milliers de personnes y ont été exécutées entre 75 et 79.
Le musée propose un film et une exposition qui montre entre autres les instruments utilisés pour massacrer les gens: haches, serpes, machettes, tout l'outillage de la jardinerie y passe, toujours par souci d'économie de précieuses balles. Une horreur..
Le plus impressionnant reste la visite des killing fields en eux-même, qu'on pourrait prendre pour une charmante petite prairie toute calme si on ne savait pas ce qui s'y était passé.
58. Phnom Penh et joies
A la place des charniers, des petits cratères d'un ou deux mètres de profondeur, certains étant remplis d'eau. On pourrait presque croire que c'est naturel. Ça et là on peut encore voir des petits morceaux d'os et vêtements, ramenés à la surface par les pluies. Tiens, un bel arbre centenaire. En lisant le panneau qui y est accroché, on apprend que c'est là-dessus qu'on explosait la tête des bébés. Pourquoi les bébés? Pour éviter les représailles plus tard. Futés les Khmers Rouges. Une telle barbarie dépasse l'entendement.
A l'entrée, un stupa (monument funéraire bouddhiste) dans lequel sont stockés sur 9 étages les ossements des 9000 personnes exhumés des charniers ainsi que leurs vêtements.
58. Phnom Penh et joies
Nous avons continué sur notre triste lancée avec la visite du musée Tuol Sleng, dans un quartier résidentiel très calme de Phnom Penh. Sous le régime de Pol Pot, cette ancienne école a été transformée en prison (la « S-21 ») où étaient consciencieusement torturés les opposants avant d'être envoyés aux killing fields.
De l'extérieur, c'est un simple bâtiment tout moche, comparable à bien des collèges ou lycées.
58. Phnom Penh et joies
En regardant de plus près, on s'aperçoit qu'il est couvert de fils barbelés (pour empêcher les prisonniers de se suicider en sautant du balcon). Quand on rentre à l'intérieur, on est fasciné par la capacité des Khmers Rouges à rentabiliser l'espace.
58. Phnom Penh et joieschaque salle de classe est divisée en une dizaine de cellules séparées par des murs de briques.
Seuls les tableaux même pas effacés appuyés contre un mur rappellent l'ancienne fonction du bâtiment.
58. Phnom Penh et joies
A l'entrée, un panneau profère une interdiction originale mais superflue:
58. Phnom Penh et joies
Quand on pense que tous les Cambodgiens âgés de plus de 31 ans ont vécu de près ou de loin cette époque, on les considère avec encore plus de respect. On ne peut s'empêcher de se demander combien de membres de sa famille cette vieille dame, là-bas, a perdu durant ces 4 années. Étant donné qu'un tiers de la population a été décimé à cette période, il est très improbable que sa famille ait été complètement épargnée. Le livre que j'ai lu pendant notre semaine au Cambodge, « first they killed my father » (eh oui je pousse la coquetterie jusqu'à assortir mes lectures aux pays que je visite) a contribué à me faire comprendre de l'intérieur ce qu'il s'était passé, rendant ces visites encore plus éprouvantes. Je vous le conseille d'ailleurs, il existe aussi en version française (d'abord ils ont tué mon père, de Loung Ung).
Après cette macabre journée, le chien de la coiffeuse a réussi l'exploit de nous arracher un éclat de rire:
58. Phnom Penh et joies
Tu vois Anke, il y a pire que toi...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Droit de vie à Phnom Penh

    Droit Phnom Penh

    Aujourd'hui aura été une journée où nos émotions ont été mises à rude épreuve... Nous sommes allés voir le camp de concentration, connu sous le nom de S-21, ou... Lire la suite

    Par  Marysel
    CÔTÉ FEMMES, CUISINE, RESTOS & BARS, SORTIR, VOYAGES
  • Soirée Brisolée à Phnom Penh

    Soirée Brisolée Phnom Penh

    Ce billet est dédicacé à Emilie ! Merci d’avoir rapporté dans tes valises le kit brisolée ! La brisolée est une spécialité valaisanne (canton suisse où il y a... Lire la suite

    Par  Sarahoryza
    ASIE, JOURNAL INTIME, PHOTOS, VOYAGES
  • Phnom Penh, 7 avril 1993

    Phnom Penh, avril 1993

    CAMBODGECe pays nous tient à cœur parce que nous y parrainons une petite fille. Nous allons essayer de lui rendre visite. La situation politique et militaire es... Lire la suite

    Par  Safran
    VOYAGES
  • Phnom Penh, 8 avril 1993

    Phnom Penh, avril 1993

    Quelques formalités ce matin chez Kampuchea Airlines : achat de billets pour Siem Reap, reconfirmation du vol sur Bangkok.Broyeuses de glace manuelleUne... Lire la suite

    Par  Safran
    VOYAGES
  • Phnom Penh, 9 avril 1993

    Phnom Penh, avril 1993

    Très belle visite au musée National : le bâtiment rouge dresse ses toits superposés recouverts de tuiles brillantes, autour d’un agréable jardin intérieur. Lire la suite

    Par  Safran
    VOYAGES
  • Phnom Penh, 16 avril 1993

    Phnom Penh, avril 1993

    La campagne électorale suit son cours. Un élément important rassemble tous les partis : la haine des Vietnamiens installés au Cambodge depuis parfois plusieurs... Lire la suite

    Par  Safran
    VOYAGES
  • Phnom Penh, 17 avril 1993

    Phnom Penh, avril 1993

    Nous rendons visite à Sok Hen Sin, notre petite filleule, dans son village de Kompong Speu. La voiture de l’association a été mise à notre disposition et son... Lire la suite

    Par  Safran
    VOYAGES

A propos de l’auteur


Melaniepiqpiq 6 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte