Magazine Politique

Quand la Fifa menace le gouvernement français

Publié le 01 juillet 2010 par Aurelinfo

blatter.jpg

Le président de la Fifa, Joseph Blatter, a déclaré mardi 29 juin que la Fédération internationale de football ne tolèrerait aucune interférence politique dans les affaires de la Fédération française de football (FFF), après les nombreuses interventions qui ont suivi la débâcle des Bleus au Mondial-2010.

"En cas d'interférence politique, la Fifa interviendra, quelle que soit la taille du pays", a déclaré Joseph Blatter lors d'une rencontre avec les grandes agences de presse, rappelant qu'il était "personnellement" intervenu en Espagne il y a un an.

"Dans les statuts de la Fifa, il est clairement stipulé que les interférences politiques ne sont pas tolérées”, a poursuivi le président de la fédération internationale, qui a dit regretter la démission du président de la FFF, Jean-Pierre Escalettes.

"En France, c'est devenu une affaire d'Etat, mais le foot doit rester entre les mains de la Fédération française de football. S'il s'avère qu'il y a vraiment une intervention, nous aiderons la fédération. Si le problème ne peut être résolu dans la discussion, la seule solution sera de suspendre la fédération", a expliqué Joseph Blatter.

Quant au sélectionneur sortant de l'équipe de France de football, Raymond Domenech, il sera entendu mercredi matin à l'Assemblée une semaine après la déroute des Bleus à la Coupe du Monde, a-t-on appris auprès de la commission des Affaires culturelles.

L'audition est programmée à 11h00, en même temps que celle de Jean-Pierre Escalettes, président démissionnaire de la Fédération française de football, a-t-on précisé de même source.

La campagne désastreuse des Bleus, éliminés au premier tour du Mondial, a pris l'ampleur d'une affaire d'Etat dans laquelle l'Elysée, le ministère des Sports et de nombreux députés sont intervenus pour réclamer une refonte du football français.

La ministre des Sports, Roselyne Bachelot, qui a annoncé l'organisation d'Etats généraux du football en octobre, doit être entendue mardi soir à l'Assemblée.

Source : Humanité 


A mon avis ceci va trop loin. Même si les performances de l'équipe de france de football laissent à désirer, il n'y a pas de quoi en faire une affaire d'état. Sauf si le gouvernement se sert de cette actualité pour faire diversion ? Mais est-ce leur genre ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aurelinfo 1319 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine