Magazine Culture

Ce à quoi je pense en écoutant deux chansons immondes de Brassens

Publié le 01 juillet 2010 par Orlandoderudder

Rose Blanche.

Dans mon article précédent, sur Carl Orff, je mentionne la Rose Blanche... (http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Rose_blanche)... Elle est, pour moi, associée à l'ignoble chanson de Brassens intitulée, pouah! Mourir pour des idées. Aussi vile que les Deux Oncles ce qui montre combien Brassens était un réac de droite ayant bien étudié son look bourru au grand coeur... Ce qui n'exclut pas le talent!

Avec la rose Blanche, m'apparaissent aussi dans cette chanson ignoble, le fantôme de Fortino Samano: http://www.amnistia.net/biblio/recits/mexico_601.htm Et celui de Victor Jara, chanteur, lui aussi:

http://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%ADctor_Jara

Succès même chez les cathos.

Mourir pour des idées, ça vaut mieux que de se la jouer marginal tout en vivant en bourgeois... Et en mettant dos à dos les deux Oncles. Misogyne, homophobe, réac, Brassens n'avait d'amis qu'à droite ou presque (comme Audiard) et se disait anarchiste. Moyennant quoi il a beaucoup de succès chez les boy-scouts catho... Ils aiment bien les athées convenables! Au jeu hypersympa mais laborieux de bourru au grand coeur!

Mea culpa.

Cela dit, j'aime les chansons d e Brassens et je 'n'ai pas refusé le Prix Brassens (j'étais encore jeune! ) parce que, à l'époque, je shuntais come tout le monde les aspérités immondes et intolérables de ses chansons...cet aveuglemetn est fréquent et monte bien quela chansonnette exclut facilement la présence au monde, la conscience: on gobe, on avale, on ne réfléchit pas sdauf qi on nous l'ordonne, comme dans la chanson engagée petite-bourgeoise, cele qui ne mènera jamais son auteur en prison! On n'est plus au temps de Woody Guthrie! Mais on se la joue! Moi, ça me révolte! Ca doit venir de mes ancêtres américains (du sud) et Antillais (bin quoi? Cuba, c'est une Antille! Vous voyez comme on ne pense pas, quand on dit: si je dis Américain et Antillais, on pensera USA et noir!  Pas Pérou et Cuba! Le monde est  trop compliqué pour les pense-bas!)

La classe.

Pendant que Brassens pérorait ses ignominies, Boris Vian composait Le Déserteur...Et Mouloudji (qui s'en souvient? PP le Moqueur et moi, sans doute!  Pauvre Mouloudji: tout le monde s'en fout)  n'osa pas chanter le texte original et fit modifier la fin... Vian, la classe!

Envoi: Etrange... souvent, les gens qui connaissent Je chante, de Trénet, oublient que cette chanson raconte un suicide! C'est pourtant clair! Ya d'la joie!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Orlandoderudder 295 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines