Magazine Culture

Carl Orff, étrange douceur, naïveté rouée...

Publié le 01 juillet 2010 par Orlandoderudder

Catulle.

Etrange Carl Orff qui, alors que les Nazis glorifient la tonitruance wagnerienne, se passionne pour Debussy Monteverdi sans refuser Berg... Et qui s'inspire de Catullle, et de sa modernité  durable, fatrouche, obscène, vulgaire au moment où le régime est prude, austère et pas rigolo  coté cul!  Affreux Catulle, insortable, impossible, énergique, rigolo, génial... Pas le genre de Monsieur Adolf, certes... A lire absolument, Catulle: ça décoiffe!

Cuivres pétomanes.

Et qui, après Catulle, s'entiche des chants de goliards, les carminae, tout aussi paillards souvent  et tout aussi provoicateurs par rapport à l'ordre moral régnant... Et les Nazi, sans trop savoir, sans trop comprendre ce musicien provocateur l'ont à la fois honni et  loué. Lui, quoique coupable d'une lâcheté affreuse, continuait, loin des cuivres pétomanes, tout en sachant, parfois les faire péter et créant un monde plus tendre, dans ses oeuvres pour enfants comme dans d'autres.

Simpliste?

Musique parfois simple qu'on dirait simpliste: http://www.youtube.com/watch?v=TQ9_6W6bVoQ Et, avec Catulle: http://www.emusic.com/album/K%C3%B6lner-Rundfunkchor-K%C3%B6lner-Rundfunk-Sinfonie-Orch-Carl-Orff-Catulli-Carmina-Trionfo-Di-Afrodite-MP3-Download/10952173.html

D'autres ont composé pour les jeux olympiques de 1936...Orff a produit quelque chose d'assez déjanté, qui semble partir pour le panzerflonflon et qui propose un tout autre parcours... Comme Prévert, il appréciait aussi Satie!  Et n'a vraiment pas voulu faire de l musique "officielle"...

Double jeu.

Double jeu, certes, avec l'ambiguïté de l'époque, quand churchill trouvait bonn e l'organisation d'Hitler et que les ùEtats-Uniens ne le désapprouvaient pas... Ambiguïté aussi du mouvement d'édication musicale d'Orff, dont la pédagogie libre fut appréciée du régime qui, en même temps, la rejetait, toujours à cloche-pied par rapport à un créateur atypique nourri de Debussy qui n'était vraiment pas à la mode en ce temps, en ces lieux. Une étrange douceur rétive dans un monde de brutes... Et les Carmina Burana qui continuent de séduire...Parce que c'est superbe...

Critique.

Mais il est encore de bon ton de juger Orff d'après l'idée qu'on en a forgé... On lui reproche sa lâcheté, à propos de la Rose Blanche, certes, mais déjà,  cela montre quil en était proche... En a t-il fait partie? On ne le saura pas! En tout cas il fréquentait des anti-nazis qui pnt payé cher leur prise de position... Et j'aime assez que des laudateurs de Céline, la merde, la sous-merde, se permettent de critiquer la conduite dOrff...

Envoi: Heureusement qu'il y a Anonyme...vous savez, ce célèbre compositeur qui a écrit durant des siècles des musiques fort diverses et souvent superbes. PArfois moins. Comme on ne sait rien de lui, on peut écouter sa musique sans a priori... Et si nous fondions un fan club d'anonyme, génie absolu qui, certes, a parfois des faiblesses, mais qui fut d'un rare éclectisme!? Quand a écrire sa biographie, bonjour! Et voici ma conclusion:  tagada, tsoin-tsoin!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Orlandoderudder 295 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines