Magazine Info Locale

Histoire villageoise

Publié le 01 juillet 2010 par Goure

Il était une fois, en des temps très anciens, un joli petit village où il faisait bon vivre , où les gens s’entendaient  bien et se disaient mille fois bonjour du 1° de l’An à la Saint Sylvestre. Il ne serait venu à l’idée de personne de croiser un ou une habitant(e) sans le (la) saluer. Tous n’étaient pas des amis intimes , ni de même couleur politique ,mais tous se respectaient et le Bonjour était le signe de la bonne entente générale.Ils vivaient leur vie , faisaient des fêtes avec les moyens du bord , s’amusaient simplement , travaillaient beaucoup  pour quatre francs, six sous, sans même se plaindre…

Puis les temps changèrent… Il y avait plus d’aisance , plus de confort . La fée électricité, l’eau et le tout-à-l’égout, la télévision,la voiture individuelle et bientôt l’Internet avaient fait leur entrée au village .Le beau lavoir n’était plus désormais visité que par les touristes. Plus personne n’y lavait son linge sale…On aurait pu croire que le village  allait être encore plus heureux , que les gens seraient plus aimables. Que nenni ! Les  bonjours étaient réservés aux “happy few” , les autres , rien , pas un bonjour, la gueule de bois.

Dans ce village vivait une vieille , pas encore très très vieille , mais ,aux dires de certains , suffisamment vieille pour souhaiter qu’elle songeât (imparfait du subjonctif) à se retirer définitivement en sa maison ou mieux encore pour qu’elle pensât à se retirer dans une maison de retraite, loin, loin , dans un établissement non muni de l’équipement désormais banal, à savoir Internet. Alors les gens seraient tranquilles.Pourquoi vouloir que la vieille  parte au loin? - Parce que cette vieille diabolique a tout d’une terroriste , dit l’un - Quoi ? Le village risque-t-il une bombe ?? Plusieurs peut-être ? - J’avais pourtant entendu dire qu’elle appartenait elle-même à une ancienne famille du pays , tout ce qu’il y a d’honnête, des gens ni voleurs , ni paresseux , ni demeurés. Et qu’elle-même , la vieille , n’avait pas la réputation d’une terroriste , mais une bonne réputation, très bonne réputation même , rétorqua un autre. Est-ce qu’elle paye ses impôts ? Est-ce qu’elle se gare aux endroits prévus ? Est-ce qu’elle a des dettes ? Il s’en disait des vertes et des pas mûres… Est-ce qu’elle pense bien , la vieille ? - Non . Alors ça, c’est gravissime , il faudrait lui couper le cou ; ça s’est pratiqué en des lieux et temps pas marrants . - La loi permet la liberté de penser , non ? Alors elle pense ce qu’elle veut , c’est pas elle qui va faire sauter le village ! Il vaut mieux en rigoler , ajoutait un  autre  !

Pourtant ,de même que deux humoristes d’une célèbre radio nationale avaient été réduits au silence , il faudrait aussi la réduire au silence. C’est qu’elle sait écrire la vieille et qu’elle écrit comme elle respire…Il y en a même qui l’apprécient et le disent ou l’écrivent. Comme on ne pouvait pas lui couper le cou , ni “couper” Internet qui desservait le village  et qui la desservait aussi, on chercha comment lui clouer le bec. Le bouche-à-oreille fonctionna et elle perdit  des lecteurs. Quelle importance ? Elle n’est pas rémunérée pour sa prose toupinesque. Tant qu’elle peut continuer d’écrire librement , de voir qui elle veut , de vivre librement la fin de sa vie, tout va pour le mieux. Ca irait encore mieux si l’entente démocratique et la bonne humeur s’étendaient sur le petit village qu’elle aime.  Elle y est née , elle y mourra, fichez-lui la paix!

plantu-2010.1277983087.jpg


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Goure 7006 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine