Magazine Cinéma

Lucky Luke

Publié le 02 juillet 2010 par Olivier Walmacq

LUCKY_LUKE_Jean_Dujardin_affiche

Genre: western
année: 2009
durée: 1h45

l'histoire: Toujours accompagné de son fidèle Jolly Jumper, Lucky Luke est l'homme qui tire plus vite que son ombre. Au cours d'une mission à Daisy Town, Lucky Luke va croiser Billy The Kid, Calamity Jane, Jesse James et Belle.

la critique de Eelsoliver:

En vérité, il ne s'agit pas de la première transposition en live du célèbre cowboy solitaire. En effet, Terence Hill avait déjà sévi dans une première version pour le moins foireuse et ratée.
Bien des années plus tard, Eric et Ramzy avaient échoué dans les Dalton, une comédie nanardeuse dans laquelle Lucky Luke faisait également une apparition.

Donc, jusqu'alors, le cowboy qui tire plus vite que son ombre semble être en froid avec le cinéma. Une question se pose alors: ce personnage est-il adaptable au cinéma ?
Probablement... Mais encore faut-il un grand réalisateur derrière la caméra. Ce qui n'est évidemment pas le cas de ce pauvre James Huth pour une nouvelle version.

En vérité, le début de Lucky Luke laisse inaugurer d'un bon film, dans l'esprit de la bande dessinée. Une introduction en fanfare et pour le moins surprenante.
Malheureusement, la surprise et les bonnes intentions s'arrêtent bien là. Pourtant, le choix de Jean Dujardin pour incarner le cowboy est une vraie bonne idée.
Mais mal dirigé, l'acteur surnage à peine dans cette daube abyssale.

Difficile de sauver quoi que ce soit dans cette adaptation laborieuse. La faute revient probablement à la galerie trop importante de personnages intervenant dans ce western, qui a au moins le mérite de salir le genre. En effet, James Huth a bien du mal à rendre passionnant ce Lucky Luke version 2009 qui, au passage, nous gratifie de quelques gros mots. Plutôt étrange pour un film s'adressant avant tout au jeune public.

Ensuite, pas de Rantanplan. Et rappelons qu'un bon Lucky Luke doit évidemment s'accompagner du chien stupide de service. Ici, le cabot n'est même pas présent.
Le film préfère s'intéresser à un certain Pat Poker alors qu'on attendait forcément les Dalton... Autant dire que l'aventure proposée ne passionne jamais et ne parvient pas à décrocher le moindre rictus imbécile.
Autre problème: le film multiplie les personnages: Billy the Kid (mon dieu, pourquoi avoir choisi ce goinfré de Michael Youn ?), Jesse James, Calamity Jane...
Et finalement, le réalisateur finit par perdre son protagoniste principal, soit Lucky Luke lui-même. Un film lamentable et un échec complet.

Note:

b_b__0


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines