Magazine Politique

Terre, mort et crémation

Publié le 02 juillet 2010 par Egea

Vous connaissez comme moi l'œuvre éponyme de Barrès, "la terre et les morts". Il identifiait le "moi national" à l'héritage des anciens, symbolisés par les cimetières qui assemblaient à la fois la terre et les morts, dans ce double enracinement à la fois géographique et historique et toujours très proche et intime.

N'y a-t-il pas, dans la vogue contemporaine de la crémation qui remplace en partie l'enterrement d'autrefois, une sorte de "déracinement" fort symbolique exprimant un malaise plus général ?

Et cette évolution est-elle européenne ou particulièrement française ?

O. Kempf


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Egea 3534 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines