Magazine Afrique

Pitoaré-Maroua: Elle endort la mère et disparait avec le bébé*.

Publié le 03 juillet 2010 par Lebrunal

Sa maman a été endormie à l'aide d'un stupéfiant avant que la voleuse ne s'enfuit avec la fillette de deux ans.

Jacqueline Wibada, 31 ans, habitant le quartier Pitoaré à Maroua n'a plus que se larmes pour pleurer la disparition de sa fillette de deux ans subtilisée par une dame qui l'a mise dans un état d'ébriété le samedi 26 juin dernier. Des témoins de la scène racontent qu'aux environs de 16 heures ce jour-là, Jacqueline Wibada sillonnait le quartier en vendant des oiseux frits, son bébé au dos en compagnie d'une autre dame inconnue dans le quartier. Cette dernière, pour préparer son appât, propose alors à la vendeuse un verre de bil bil, le vin local qui coule à flot dans le quartier.
Une amitié de circonstance se lie entre les deux dames. Pour l'entourage, il s'agit d'une relation de Jacqueline Wibada, qui affirmera le contraire plus tard : "elle m'a approché en achetant ma marchandise. Elle m'a ensuite envoyée acheter du vin. C'est certainement pendant cette période qu'elle a profité pour mettre l'éthanol un stupéfiant qui enivre et endort ses consommateurs]. Après en avoir bu, ma tête a commencé à tourner, j'avais des vertiges". Jacqueline affiche désormais un état d'ébriété avancée.

La nuit tombante, l'inconnue fait semblant de prendre soin de sa cible, la traine à un carrefour puis passe un coup de fil. Après avoir pris soin de détacher le bébé du dos de sa victime alors inconsciente et fébrile, une voiture s'amène et embarque l'inconnue en possession du bébé. Tout ceci sous les regards indifférents des habitants du quartier qui y voient une scène ordinaire. Une voisine conduira par la suite la mère inconsciente et dépossédée de son enfant à son domicile.
C'est vers 3 heures du matin, le lendemain qu'elle se rend compte de l'irréparable ; elle fond en sanglots. Son bébé a simplement disparu et les recherches entreprises sur-le-champ, pour le retrouver, se sont avérées vaines. Le matin, la scène de vol de son bébé lui revient come une réminiscence et reconnait effectivement qu'une inconnue l'a droguée et a subtilisé son enfant. Lundi 28 juin, elle a déposé une plainte pour vol d'enfant contre inconnu au commissariat central de la ville de Maroua. Un phénomène qui prolifère depuis quelque temps dans la ville de Maroua. Les services des affaires sociales sont bondés de plaintes de cette nature.

Jacques Kaldaoussa, Mutations
* Le titre est de Nord Cameroun Infos


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lebrunal 132 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines