Magazine

Samarcande 2

Publié le 03 juillet 2010 par Argoul

samarcande-coupole.1276677477.JPGShah-i Zinda (la nécropole du Roi-Vivant) est un étrange lieu ! C’est une allée étroite qui grimpe dans la colline d’Afrasiab et menait jadis aux portes de la ville antique. Elle dessert une série de tombes aux décorations raffinées. Ce sont des tombes et des mausolées que les familles nobles et la famille de Tamerlan firent construire près de l’emplacement supposé du tombeau de Qasim-ibn-Abbas, missionnaire musulman et cousin du prophète Mahomet. Décapité par les Adorateurs du Feu. Il ramassa sa tête sur le sol et disparut dans un puits où il vit encore… Un itinéraire poétique entre les mausolées, monuments intimes, pleins de grâce, de délicatesse, de mystère, même dans leur délabrement. Quarante marches mènent au sommet de la colline, l’escalier des pêcheurs, construit au 18e siècle Pour avoir une chance d’accéder au paradis, les croyants doivent réciter un verset du Coran à chaque marche. A la moindre erreur, ils doivent redescendre jusqu’en bas et remonter à genoux. samarcande-mosquee-bibi-khanym-2.1276677520.JPG

Au pied des marches, un grand mausolée surmonté de deux coupoles bleues daté de 1420 serait celui de Khadizad Roumi, savant et ami d’Ulug Beg, mais pourrait être celui de la nourrice de Tamerlan car on y a découvert un squelette d’une femme mongole assez jeune. L’allée des mausolées comprend le mausolée d’Emir Zade, 1386, fils de Tamerlan ; le mausolée de Tuglu Tekin 1376 ; trois mausolées dédiés à trois femmes aimées de Tamerlan ; le mausolée de Chirin Bika Aka, 1385, seconde sœur de l’Emir avec de très belles mosaïques extérieures, une décoration intérieure d’influence chinoise ; un mausolée à huit faces qui conserve son mystère ; le mausolée de Shadi Mulk Aka, 1372, nièce de l’Emir morte à 19 ans, qui possède la plus belle coupole aux infinis dégradés de bleu ; trois autres mausolées Alim Nassafi, Ulug Sultan Begin, Emir Burienduk. Un passage voûté puis… la « Porte du Paradis ». Le site architectural de Shah i Zinda est considéré comme le plus bel ensemble de mausolées du monde musulman.

samarcande-mosquee-bibi-khanym.1276677506.JPG

L’Observatoire d’Ulug Beg date de 1420. Il ne subsiste aujourd’hui que la partie souterraine du plus grand sextant du monde sur 90°. Un arc de 11 m sur les 63 d’origine, bordé de briques recouvertes de marbre, porte les degrés gravés. Impressionnant. Un astrolabe monté sur rails de part et d’autre du sextant permettait d’effectuer les mesures. Ulug Beg était un savant, un érudit, un poète et mathématicien, et un très grand astronome. Il a déterminé le cycle de la rotation de la planète Saturne, a enregistré les coordonnées de plus de 1000 étoiles, la durée de l’année stellaire avec moins d’une minute d’erreur… Son fils, allié à des fanatiques religieux, l’assassina en 1449. Ils firent disparaître ses réalisations et son observatoire comme attentatoires à l’obéissance aveugle due à Allah. Le précepteur d’Ulug Beg, Khadizad Roumi, aimait à dire « où commence la connaissance finit la religion ». Il paya de sa vie son érudition. Inlassablement, l’être humain se débat pour sortir de sa glaise ; il préfère croquer le fruit de l’arbre de la Connaissance à vivoter comme un bébé, au chaud dans un paradis paternellement divin.

L’ensemble architectural Khodja Abd-i-Dardoun date du XIIe au XIXe siècle, sans cesse augmenté et remanié. L’endroit est propice à la prière et… au repos du touriste exténué. Au centre d’une belle cour carrée, avec l’ombre des arbres centenaires, un bassin reflète le mausolée.

L’ensemble architectural Khodja Akhrar est aussi repos et sérénité. Le mausolée de Khodja Akhar est dédié au soufi qui fut un chef spirituel et politique au XVe siècle. La medersa comporte sur son portail, comme à Chi Dor, des lions-tigres peu conformes au dogme musulman.

samarcande-gavroches.1276677493.jpg

La soirée se passe chez l’habitant où un succulent repas arrosé de vodka, de vins du crû est offert. Histoire de faire connaissance avec les locaux, de tenter de parler avec eux avec sourires et gestes. Ils sont sympathiques et avenants les Ouzbèks, leur cuisine est délicieuse, les produits du marché variés et d’excellente qualité.

La prochaine étape, ce sera Shabrisabz.

Sabine


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Argoul 1120 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte