Magazine Humeur

Belgique “unie”

Publié le 04 juillet 2010 par Jlhuss

Étape 1 Rotterdam-Bruxelles

capture16.1278258858.JPG
Benjamin : Sortir les cartons jaunes (voire rouges) !!

Une fois de plus Cavendish flanque des collègues par terre… (Première des trois grosses chutes au cours des deux derniers kilomètres) en s’appuyant carrément sur Freire. Ensuite succession d’écarts “bizarres”, qui entraîne des chutes monstrueuses. Il faudra voir si les commissaires décident quelque chose, parce que cette arrivée n’était pas précisément risquée compte tenu de la longueur de la ligne droite. Je ne serais pas surpris qu’il y ait des déclassements et des pénalités.

capture.1278258722.JPG
Sinon, cela doit être le soulagement pour les favoris (sauf si l’un d’eux a été touché dans les gamelles, ce que je n’ai pas vu) : le vent n’a pas joué de sales tours, et il n’y a eu “qu’un” équipier largué suite à une fracture probable de la clavicule. Ils ont été trop nombreux à ne pas avoir pu disputer leur chance – dont le favori, Farrar. Hushovd, très régulier et qui fait trois quand les autres candidats au maillot vert ne rentrent pas dans les points a réalisé une très bonne opération. Au moins une vingtaine de points d’avance sur ses principaux rivaux. A ne pas oublier malgré les péripéties : la victoire méritée de Petacci.

J’ai bien aimé le superbe numéro d’Alexandr Pliuschin, sorti au moment où les échappés du matin allaient être repris. Si ça c’était un peu regardé derrière, cela avait une chance infime de réussir. Mais au moins, il aura montré (et mouillé) le maillot (de champion de Moldavie)

capture10.1278258797.JPG
Si vous allez sur le bord de la route comme les millions de fans du vélo (quoiqu’on en dise) … ne traversez pas devant les coureurs, ne courez pas à leurs côtés, ne les arrosez pas (un jet d’eau a failli renverser Pliuschin), surveillez vos gosses et tenez votre chien en laisse ! Un pauvre clébard affolé s’est retrouvé au milieu du peloton et a fait tomber trois coureurs… heureusement sans dommage.

Coup de chapeau à Hansen, qui a fait quasiment cent cinquante kilomètres avec une sérieuse blessure à l’épaule (vraisemblablement, clavicule pétée)

Le vélo pour les nuls : Directeurs sportifs et oreillettes.

oreillette3.1278258572.jpg
Depuis que les oreillettes ont été mises en place, la marge d’initiative des coureurs est considérablement diminuée : ceux-ci sont renseignés en temps quasiment réel sur les écarts, sur les péripéties de la course, et sur ce que leur directeur sportif veut qu’ils tentent de faire.

Il y a une volonté de l’UCI (pour une fois bien inspirée) de revenir sur ce “progrès”. A nouveau, le coureur qui aurait besoin d’instructions ou de conseils devrait se laisser décrocher – ou envoyer un équipier à la voiture – pour capter infos, conseils et instructions. Une tentative d’instituer une “étape sans oreillette” a eu lieu l’an dernier sur le Tour, tentative sabotée par une “grève perlée” plus ou moins imposée par des équipes de cadors (évidemment Armstrong était en tête de ce “combat”).

oreillette4.1278258946.jpg
Le motif invoqué – pas entièrement faux, on doit le reconnaître – de l’hostilité de certains vis-à-vis de la disparition des oreillettes, c’est la sécurité : les routes sont parsemées d’obstacles bien plus nombreux qu’auparavant avec les gendarmes couchés, les ronds points, les terre-pleins et les oreillettes aident à la sécurité. Une alternative serait de les laisser à qui le souhaite, mais pour ne capter que des messages liés à celle-ci, du genre : “attention, rond point au km112″ ; “rétrécissement dangereux au km 143″ ; “chute collective en tête de peloton”, etc.

Fignon signalait pour sa part l’en dernier que courir avec une oreille bouchée et subir des messages nasillards arrivant inopinément, ça ne devait pas être génial pour garder le sens de l’équilibre. En ce qui me concerne, je ne peux qu’abonder : ayant des problèmes auditifs, je n’imagine pas une seconde rouler dans ces conditions !

Les coureurs privés d’oreillette récupéreraient ainsi une marge d’initiative, ne seraient plus réduits à un rôle de machine à pédaler… tout en ayant le loisir de se référer au capitaine de route, de se laisser décrocher vers leur voiture pour capter des instructions ou demander des conseils. A noter que certains sont en faveur de la suppression des oreillettes : Voeclerck a gagné au championnat de France, sans oreillette, et il s’est déclaré enchanté de cette manière de courir. L’ardoisier, qui indique les écarts, récupérerait tout son pouvoir – d’autant plus que grâce à l’emploi des transpondeurs et GPS les informations sont obtenues quasiment en temps réel.

Le porteur d’eau : Équipier modèle qui se laisse décrocher jusqu’à la voiture de l’équipe afin de ramener des bidons pour son boss, et accessoirement pour ses collègues. On en voit ainsi remonter chargés comme des mules, avec une dizaine de bidons glissés sous le maillot. Ces bidons sont rarement de l’eau pure : ils contiennent aussi, selon les besoins, du glucose, des électrolytes et autres composants permettant d’alimenter la machine et de favoriser l’élimination des déchets (dont les lactates qui, accumulés, sont à l’origine des douleurs et des crampes ; on verra un autre jour comment ils se forment)

Depuis la mort de Simpson en 1967 (déshydraté, épuisé et n’ayant pas senti ses limites parce que chargé comme une mule sur le Ventoux), il y a aussi des “motos fraîcheur” à disposition des coureurs, qui délivrent de l’eau minérale à volonté. Les coureurs évitent souvent de boire ce qu’on leur tend du bord de la route. En revanche, pour s’asperger c’est tout bon ! De même, vous leur ferez toujours plaisir, en sommet de col, en leur proposant des journaux à glisser sous le maillot pour ne pas se refroidir pendant la descente.

frs_pelissier_4.1278183709.jpg

capture24.1278258893.JPG
capture12.1278258830.JPG

garin-jlhuss.1278183996.jpg

Le Chat : Les belges ont un Roi, certes, mais c’est la “Petite Reine” qui réussit à faire l’unité du pays !  Sur les routes, francophones et flamands sont au coude à coude pour applaudir les “géants” … Peut-être n’applaudissent-ils pas les mêmes ? Mais ils sont là ensemble et en nombre au bord de la route. Le sport est un facteur d’unité; il dépasse les frontières et les idéologies.

Pour la course et en particulier la fin … Incroyable ! Que de chutes … Il y avait quelques “cartons rouges” à distribuer ! Je suis d’accord avec benjamin. Des amateurs ou des petits voyous ?

capture3.1278258769.JPG

A demain …Peut-être !

profil-etape.1278197633.jpg

etape-2.1278262933.JPG


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines