Magazine Culture

Indian Creek

Publié le 05 juillet 2010 par Litterature_blog
Indian CreekA l’automne 1978, Pete Fromm s’apprête à passer sa troisième année à l’université du Montana. Il apprend par hasard que le Fish and Game Department de l’Idaho (l’équivalent de l’ONF) cherche quelqu’un pour s’occuper de 2,5 millions d’œufs de saumon implantés dans le bras d’une rivière. Le job est à priori simplissime : veiller sur les œufs pour leur permettre de passer l’hiver sans geler afin qu’ils puissent entamer leur grande migration vers l’océan dès le printemps. De la mi-octobre à la mi-juin, Pete Fromm va donc passer huit mois au cœur des montagnes rocheuses, seul sous une tente. Séduit par les récits de trappeurs que lui a racontés un copain de fac, il s’est embarqué dans cette aventure sans aucune expérience de la vie en pleine nature, encore moins l’hiver.
Tour à tour bucheron, braconnier, chasseur de lynx et éleveur d’œufs de saumon, il raconte avant tout une aventure humaine inoubliable pour un jeune de 19 ans. La rudesse de l’hiver dans cette partie de l’Idaho est particulièrement difficile à supporter : neige, blizzard, températures polaires… Pete Fromm va s’adapter. Pour éviter la monotonie, il multiplie les activités et apprend à découvrir la beauté de la nature qui l’entoure. Et malgré quelques moments de doute et de déprime passagère, il gardera de son passage à Indian Creek un souvenir impérissable.
De prime abord, on pourrait penser que ce récit a beaucoup de points communs avec Into the Wild. En fait, les deux textes sont très différents. Déjà, dans Indian Creek, les événements sont racontés par celui qui les a vécus. Ensuite, les motivations de Pete Fromm n’ont aucun rapport avec celles de Christopher McCandless. Il n’y a chez lui aucune volonté de fuir la société. Il veut juste jouer les trappeurs et vivre des aventures qu’il s’imagine déjà raconter à ses petits enfants, rien de plus. Enfin, le texte de Pete Fromm se termine parfaitement bien et est souvent assez drôle, ce qui n’est évidemment pas le cas d’Into the Wild.
D’ailleurs, l’auteur a la finesse de ne pas embarquer le lecteur dans d’interminables réflexions philosophiques sur le sens de la vie alors que son expérience de la solitude en milieu hostile aurait pu facilement l’entraîner dans cette voie. Il préfère, sans nier les difficultés, insister sur les bons moments et les petites anecdotes concernant son quotidien.
Indian Creek est un roman que l’on peut sans problème classer parmi les œuvres de Nature Writing (genre littéraire mêlant observation de la nature et considérations autobiographiques). C’est frais, vivifiant et très joliment écrit. A découvrir d’urgence pour tous ceux qui sont en manque d’air pur et de nature sauvage.
Indian Creek, de Pete Fromm, éditions Gallmeister, 2010. 238 pages. 9 euros.
L’info en plus : Les éditions Gallmeister viennent de publier le second ouvrage de Pete Fromm traduit en français. Avant la nuit est un recueil de nouvelles ayant pour cadre les paysages du Montana et de l'Ouest. Avis aux amateurs de grands espaces !
Indian Creek

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Litterature_blog 19169 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines