Magazine Design et Architecture

Des villes où il fait bon de vivre !

Publié le 05 juillet 2010 par Heilios

Le Crédit Foncier et l’Université Paris-Dauphine publient une étude sur l’attractivité des territoires qui mesure scientifiquement l’attractivité résidentielle des 100 plus grandes agglomérations françaises, à partir de leur solde migratoire, associé à une série de 200 caractéristiques urbaines (localisation, flux démographiques, densité de commerces etc.).

carte-attractivité-villes-france2
Les villes les plus « attractives » de France © Les Echos
carte-attractivité-villes-france2
© Les Echos

Pour mesurer scientifiquement l’attractivité résidentielle des villes françaises, les sociologues de l’université Paris-Dauphine Hervé Alexandre, François Cusin et Claire Juillard ont puisé dans les statistiques des recensements de l’Insee de 1999 et de 2006 retraçant les flux réels de population (naturels et migratoires), dans une centaine d’agglomérations françaises.

En effet, l’attractivité d’une ville découle mathématiquement du nombre d’arrivants et de sortants.

Logique : si une ville plaît, attire de nouveaux citoyens, c’est bien qu’elle est attractive !

Nantes et Rennes, qui sont souvent situées en tête de classement, ne sont ici pas si bien placées alors que la ruée vers Ajaccio est remarquable : cette ville de moins de 70.000 habitants affiche un solde migratoire de près de 20 % avec plus de 10.000 nouveaux arrivants entre 1999 et 2006…

Viennent ensuite avec plus de 5 % de croissance, Bastia, Arcachon, Sète et Fréjus, qui confirment clairement l’idée que la taille n’est pas forcément un plus.

En tête de ces mauvais élèves, Charleville-Mézières, qui voit partir 8,8 % de sa population, suivie par Dunkerque, Maubeuge, Le Havre, Montbéliard et Cherbourg. Paris, dont le solde relatif négatif n’est que de 1,5 %, a tout de même perdu dans l’absolu 145.000 habitants sur la période et se retrouve en 52e position du classement général.

Ces résultats dessinent la carte d’une France des petites villes ensoleillées. Première du classement, Ajaccio est l’une des plus méridionales des villes françaises (suivie par Bastia) alors que Dunkerque, dans les dernières, occupe l’extrême nord du territoire.

En ce sens, « l’attractivité résidentielle emprunte les mêmes chemins que l’attractivité touristique » On notera que malgré des politiques urbaines dynamiques et innovantes, Lyon ne figure qu’au 43e rang, Lille est 82e

Et pour vous ? Quelles sont les agglomérations les plus attractives ?

Source : Le Moniteur, Batiactu, Les Echos


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Heilios 10539 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte