Magazine

Etat chronique de poésie 937

Publié le 06 juillet 2010 par Xavierlaine081

937

Délaissant les bras langoureux de Sorgues

Pourchassés d’escadrilles hurlantes et piquantes

Tu reprends le chemin des buissons et des maquis

*

Ce qui vient au détour de nuées orageuses

Se tisse au secret sentier

Une beauté y déambule d’un pas chaloupé

Et serein

*

Nous n’avons rien esquissé

Pas même un sourire de complicité

*

Car nous savions le geste vain

Qui pousse la porte et consomme les nectars

*

Nous en étions quitte avec l’éphémère splendeur

Nos lèvres la dégustaient en silence gourmand

Le haut pays déjà nous appelait

*

Nous inscrivons sur la toile du monde

Les calligraphies somptueuses des amours échevelées

Un souffle court sur nos paupières apaisées

Tenant au grand large les sombres précipices

*

Tu sais

Amie

La saveur de ce temps

Infime

Lové dans un soupir

*

Tu sais

Toute l’étendue de nos ignorances

L’indiscutable plaisir

D’attendre

Dans un frémissement de l’ombre

*

Qu’au dehors les brumes et fumées s’amoncellent

Nous voici décidés

Les chemins de traverses sont nôtres

Où nous flânerons

Entre deux vers ébahis

.

Manosque, 24 mai 2010

©CopyrightDepot.co 000455677

sceau1.gif


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Xavierlaine081 5039 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte