Magazine

Koosh Koosh, what is that Koosh Koosh?

Publié le 24 novembre 2007 par Gilles Poirier


Mardi 20 Novembre

Les journées à rallonge se suivent et hélas se ressemblent. Le client met toute la matinée à se mettre en branle, choisis l’heure de midi pour pressuriser le compresseur (résultat il faut qu’un de nous reste pendant l’heure de midi pour surveiller le compresseur), puis finalement après avoir essuyé tous les problèmes de réseau électrique ou de turbine qui tombe en carafe, on fini par démarrer vers 17h et ca fait qu’il faut qu’il y ait encore un de nous pour surveiller le compresseur le soir. Résumé, je mange en vitesse mon sandwich chaque midi vers 13h30 et je reste coincé le soir jusqu’à 19h30, ayant juste le temps d’arriver à la cantine avant la fermeture à 20h. La cantine ici ne fonctionne que le matin et le soir. Le midi, c’est sandwich obligatoire, celui que l’on a préparé nous même le matin. Le matin, on peut déjeuner comme on veut, il y a du thé, du café, du jus d’orange, des yaourts, des fruits, on peut demander au cuistot de nous faire une crêpe que l’on arrose au choix de sirop d’érable, miel ou confiture. On peut également avoir une omelette, des toasts, du pain avec beurre confiture, de la salade de fruits ou même de la soupe ou de la viande. Pour le sandwich, il y a des gros pains ronds que l’on peut farcir d’omelette, thon, fromage, tomates, salade, oignons, mayonnaise, moutarde, olives et cornichons (mon préféré) ou alors on peut remplacer le thon par du rôti de veau, du poulet ou du steak haché froid et à coté du sandwich, les fruits et un yaourt, plus pour ceux qui aiment ca, des boissons style coca cola. La cantine du soir, propose toujours deux types de viandes, du riz, des pates, des frites excellentes et des légumes (haricots, chou, brocoli). En dessert, tartes aux pommes, aux ananas, flan, fruits et viennoiseries sont au rendez vous chaque soir. Les plats sont bons, les desserts excellents mais jamais exotiques ni même local, les amateurs comme moi de couscous et de pâtisseries marocaines et de thé à la menthe seront déçus mais il faut bien plaire à ces « fucking » américains étant donné que ce sont eux les rois sur ce chantier. Et un « fucking » américain ne mange pas ce qu’il n’arrive pas à prononcer, koosh koosh, what is that koosh koosh?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gilles Poirier 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte