Magazine Culture

Le bal, Irène Némirovsky

Par Antigone

le_bal

Voici une nouvelle lecture, effectuée dans le cadre de l'

Atelier livres en poche

(Maison Gueffier, La Roche sur Yon)

Résumé (quatrième de couverture) : "Récemment passés de la gêne à l'opulence, M. et Mme Kampf décident de donner un bal. Leur fille Antoinette, qui vient d'avoir quatorze ans, rêverait d'y assister. Mais Mme Kampf, peu soucieuse de présenter à ses admirateurs une fille déjà si grande, oppose un refus formel.

Antoinette ne préméditera pas sa vengeance : elle l'accomplira d'un geste, dans un état second...Elle sera terrible."

Avis d'Antigone : Ce court roman est efficace, et terrifiant. Il m'a fait penser à cette nouvelle de Maupassant "La parure", même si l'intrigue ne se déroule ici, dans le récit de Irène Némirovsky, que sur quelques jours. On y retrouve ce même enchaînement implacable et cet abîme dans laquelle les héros se retrouvent piégés suite à un excès d'orgueil. Ce "bal" a la dimension d'un classique, c'est certain, et il me donne envie de poursuivre ma quête dans les autres titres de cet auteur, que je ne connaissais pas encore !

Extrait :  "Un bal... Mon dieu, mon dieu, ce serait possible qu'il y eût là, à deux pas d'elle, cette chose splendide qu'elle se représentait vaguement comme un mélange confus de folle musique, de parfums enivrants, de toilettes éclatantes...de paroles amoureuses chuchotées dans un boudoir écarté, obscur et frais comme une alcôve...et qu'elle fût couchée ce soir-là, comme tous les soirs, à neuf heures comme un bébé... Peut-être des hommes qui savaient que les Kampf avaient une fille demanderaient-ils où elle était ; et sa mère répondrait avec son petit rire détestable : "Oh, mais elle dort depuis longtemps, voyons..." Et pourtant qu'est-ce que ça pouvait lui faire qu'Antoinette, elle aussi, eût sa part de bonheur sur cette terre ?... Oh ! mon Dieu, danser une fois, une seule fois, avec une jolie robe, comme une vraie jeune fille, serrée dans des bras d'homme... Elle répéta avec une sorte de hardiesse désespérée en fermant les yeux, comme si elle appuyait sur sa poitrine un revolver chargé :

- Seulement un petit quart d'heure, dis, maman ?"

Avis des autres participants à l'"atelier" (réunion d'hier au soir) : Je n'ai malheureusement pu me rendre à cette réunion, mais parions que les participants n'en ont dit que du bien !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Irène Némirovsky, « Suite française » 2.

    p.15 : « Elle (Irène) avait élaboré une technique romanesque qui s’inspirait de la manière d’Ivan Tourgueniev. » p.16 : »Saint-Pétersbourg est une ville mythiqu... Lire la suite

    Le 19 septembre 2008 par   Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • Irène Némirovsky, « Suite française » 6

    p.28 : « Des sacs de sable enfermaient les principaux édifices jusqu’à moitié de leur hauteur, ensachaient les danseuses de Carpeaux sur la façade de l’Opéra, (... Lire la suite

    Le 10 octobre 2008 par   Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • Une lady sinon rien de Meredith Duran

    Broché : 375 pages Éditeur : J’ai Lu Date de parution : 28 septembre 2012 Réédition le 9 juillet 2014 Collection : J’ai Lu pour Elle Langue : Français ISBN-10... Lire la suite

    Le 16 août 2014 par   Artemissia Gold
    CULTURE, LIVRES
  • Irène Nemirovsky, Jézabel (1935)

    Une très belle photo de couverture, isn’t it? C’est l’histoire d’une femme fatale. Le roman débute par sa perte : tassée dans le box... Lire la suite

    Le 15 août 2014 par   Ellettres
    CULTURE, LIVRES
  • 10 août / Sstresss

    10 août Sstresss Une feuille qui tombe et je bondis, alors une porte qui claque, c'est comme... Comme une balle éjectée d'un revolver. Peur. Lire la suite

    Le 10 août 2014 par   Blackout
    CULTURE, LIVRES
  • Deux gosses de riches

    de Mignon G. EberhartEmily sonna chez sa soeur Diana. Pas de réponse. Elle insista et attendit. Soudain, la porte s'ouvrit, une main lui saisit le poignet, la... Lire la suite

    Le 07 août 2014 par   Krri
    CULTURE, LIVRES
  • 4 août 1914: la guerre générale est déclarée le jour où la France enterre Jaurès…

    L’Allemagne envahit la Belgique. Les députés français votent à l’unanimité 
les crédits de guerre. Les députés allemands, sociaux-démocrates en tête, font 
de... Lire la suite

    Le 04 août 2014 par   Jean-Emmanuel Ducoin
    CULTURE, HUMEUR, MÉDIAS, POLITIQUE, SOCIÉTÉ

LES COMMENTAIRES (2)

Par Pooweni
posté le 18 octobre à 15:36
Signaler un abus

Je voudrai vous demandez si vous pourriez faire un résumé du livre. En faite je n'ai pas bien compris si Miss Betty mets les lettres ou non à la poste. Si non le suspense serait gaché donc je pencherai plutôt sur oui mais alors pourquoi les invités ne seraient pas venus ? Aurai-t-ils tous organisés cela ou l'image de nouveau riche les auraient éffraiés ?? Merci de bien vouloir me répondre


On peut vaincra avec une épée et être vaincu par un baiser...

Par sousou
posté le 28 octobre à 16:42
Signaler un abus

je lai lu ce livre lané derniere et seriue il est bien je vous conseile de le lire les gens!!

Ajouter un commentaire