Magazine

La créativité ne s'ouvre pas comme un robinet; il faut l'humeur adéquate.

Publié le 21 novembre 2007 par Monsieur L'Adulte

J’ai toujours cru que la créativité et le génie ne pouvait s'épanouir que dans un milieu qui respecte l'individualité et encourage la diversité, qui ne tentait pas de la canaliser dans une direction particulière. Bref, l’inventivité et l’imagination, selon ma conception d’artiste-manqué-parce-que-ne-pratique- aucune-forme-d’art-à-long-terme, doit prendre de la latitude et la permission d’explorer. Parce qu’une professeure de dessin, indescriptiblement jolie, m’a jadis appris qu’il fallait sans cesse se remettre en question afin de pousser plus loin, j’ai toujours été surpris que l'envie de créer, le besoin de s'exprimer par l'art, émergent de contrées davantage oppressives et directives, incalculables. J’admire au plus haut point ces revendications différentialistes menées envers et contre tous, souvent au détriment d’une paix personnelle dans l'espoir d'une paix collective, malgré les risques et les menaces. Voici donc un grand parmi les grands, un homme fort qui dérange par ses mots, qui les chante malgré le fusil pointé dans le dos. Un homme qui dénonce en prônant l’éveil des consciences à l’intérieur d’un monde où le système a rendu le pauvre impuissant et muet. J’ai le chapeau bas la main pour cet homme, et pour les autres qui comme lui, n’acceptent pas, comme la preuve qu'il n'y a que le chien qui s'assoit lorsqu'on en donne l'ordre.

« Après l'abolition de l'esclavage Ils ont créé la colonisation Lorsque l'on a trouvé la solution, Ils ont créé la coopération Comme on dénonce cette situation. Ils ont créé la mondialisation. Et sans expliquer la mondialisation, C'est Babylone qui nous exploite »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :