Magazine Culture

Ipod's favorite : semaine du 21 au 27 décembre

Publié le 22 janvier 2008 par Nicolas Lordier

20298867_p

Pour bien démarrer l'année, nous avons trois disques majeurs à mettre en lumière. Une fois de plus, c'est 100% british... Mais ne seraient-ils pas les rois de la pop? La réponse est oui. Et ce n'est pas ces trois albums qui nous prouveront le contraire.

space_oddity

David Bowie - Space Oddity (1969)

Probablement l'une des dernières légendes de la pop encore vivante, David Bowie livrait en 1969 un premier album d'exception alors que les Beatles était sur le point de se séparer. Loin de ses expérimentations berlinoises ou du glam de Ziggy Stardust, voici un disque de pop psychédélique qui a marqué cette fameuse année érotique. Chansons somptueuses ("Cygnet Commitee", "An Occasional Dream" et "Wild Eyed Boy From Freecloud"), interstellaires ("Space Oddity" et l'invention du Major Tom) et déjà proches de l'énergie des disques qui suivront ("God knows I'm Good"), Bowie, pour son premier LP, vient de placer la barre très haut.

goingblankagain

Ride - Going Blank Again (1992)

Groupe phare de la scène noisy pop anglaise (ou shoegazing pour les puristes), Ride est l'un de ces groupes (avec les Happy Mondays, My Bloody Valentine...) peu connus hors de leurs frontières mais véritablement de vraies références pour la génération brit pop qui va suivre (Oasis et consorts). Avec cet album majeur et l'hymne "Leave Them All Behind" qui dure pas moins de 8 minutes 17, Ride s'impose comme un grand d'Angleterre. Guitares saturées, effets psychédéliques, mur du son, compositions soignées ("Time Machine"), mine de rien, Ride a mis le pied à l'étrier d'un certain groupe américain, les Dandy Warhols...


george

George Michael - Ladies & Gentlemen, the Best Of George Michael (1998)

Compositeur et mélodiste hors pair, cette rétrospective de George Michael est impressionnante. Un double album qui regroupe pas moins d'une vingtaine de titres emblématiques. Plus de la moitié sont des perles ("I Have Been Loved", "Jesus To A Child", "Careless Wishper"...), des tubes ("Faith", "Praying For Time"...) ou des moments de bravoure (le duo avec Mary J. Blige sur le "As" de Stevie Wonder ou "Somebody To Love" avec Queen). De mon point de vue, George Michael possède une des plus grandes voix de la pop de ces cinquante dernières années. Un disque à posséder absolument.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nicolas Lordier 203 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines