Magazine Internet

Anonymat et pseudos dans les blogs

Publié le 30 janvier 2008 par Nicolas J
Avec des copains de blogs (des copines plutôt), on s’interrogeait sur l’opportunité de diffuser nos photos sur les blogs. Sur le blog politique, en parlant des municipales dans mon patelin d’enfance, j’ai été titillé pendant quelques jours par un commentateur anonyme qui savait qui je suis : c’est très énervant. Enfin, nea sur son blog a été trollée par un clown non anonyme.
Mon nom ne figure en principe jamais sur les blogs. Je l’ai récemment fait ôter du blog du PS du KB (le secrétaire de section m’avait présenté comme blogueur du coin dans son discours de vœux).
Je fais ça pour éviter qu’une personne cherchant des renseignements sur moi (comme un employeur), même pour rigoler (comme un collègue de bureau), tombe sur mon blog et s’aperçoive de mon intense activité blogueuse, de mon gauchisme primaire et de mes nombreuses soirées au bistro.
Par contre, c’est très dur ! D'une part, d’autres blogeurs parlent de vous, il faut les faire rectifier. D’autre part, on fait des conneries. Je suis me inscrit à différentes gadgets avec mon vrai nom (Paperblog et Allianzo sont mortels pour moi)… Et Google a de la mémoire. J’ai la « chance » d’une part d’avoir un nom relativement répandu et, d’autre part, que les gens ne pensent pas à google pour chercher des renseignements sur des particuliers !
Par contre, je ne suis pas anonyme ! Sur le blog principal, il y a l’adresse de mon site web, où l’on retrouve mon CV (nom, adresse, numéro de téléphone, …) et ma généalogie. D’autres solutions permettent de me retrouver. D’ailleurs, tous les blogueurs « anonymes » qui ont leur propres noms de domaine (c’est-à-dire qui n’ont pas une adresse .blogspot, .over-blog, .hautetfort, …) devraient y penser.
Le fait de ne pas être anonyme m’empêche de parler de mon boulot dans mes blogs et de différents aspects de la vie privée. Je comprends donc parfaitement les gens qui ont des blogs anonymes. Surtout ceux qui bloguent pendant les heures de travail.
Néanmoins, ma principale activité de blogueur tourne autour de la politique. Je donne mon avis sur un tas de sujet et critique nominativement des gens. J’estime ne pas avoir à le faire anonymement. Chacun ses principes.
Je ne diffuse que rarement ma photo (mais ça m’arrive parfois). J’ai trop peur qu’un type de mon entourage (notamment parmi les 450 qui bossent dans mon immeuble) tombe sur le blog par hasard et se dise : « Tiens ! C’est le gros frisé qu’on voit à la cantine ! Voyons voir ce qu’il dit et envoyons son URL à son chef ».
Enfin (ou presque), je signe tous les commentaires dans les blogs en précisant l’adresse de mon blog (généralement PMA) : je ne suis pas anonyme… Les tauliers des blogs en question peuvent savoir ce que j’écris (et retrouver mon nom, ce qui n’est qu’annexe). Mais j’ai horreur des commentateurs qui signent sans être identifiable. Quand ils ne font pas une remarque aimable, ça me sort pas les trous de nez !
Ils ont peut-être des raisons de rester anonyme : c’est le cas du commentateur que je citais en introduction dans des billets à propos des municipales au patelin. Le pire c’est que je l’ai assez bien connu il y a une bonne trentaine d’années : j’ai été pendant des années dans la même classe que sa sœur. Il m’a envoyé un mail pour s’identifier et se justifier. Il fallait qu’il soit anonyme mais ne pouvait pas savoir à quel point ça m’énervait.
C’est ainsi que je considère tous les commentateurs anonymes émettant des critiques comme des trolls, sachant que tous les trolls ne sont pas anonymes.
Un pseudo bidon ou un simple prénom ne lèvent pas l’anonymat. J’ai croisés plusieurs fois dans la blogosphère de droite une dame qui signait « Anne ». Je la qualifiais de troll pour rigoler (sur des blogs de droite, c’est plutôt moi le troll !) car elle avait le même discours que mes propres trolls « les chômeurs sont tous des fainéants », « tous les problèmes viennent de l’immigration massive et des étrangers », « c’est la faute aux 35 heures », « Nicolas Sarkozy est l’homme qu’il nous faut pour remettre le pays sur les rails », …
Un jour qu’on s’engueulait copieusement, je lui ai renvoyé son anonymat dans la tronche « tu as beau jeu de tenir des propos racistes contre les immigrés en te cachant derrière ton anonymat »… Elle m’a répondu : « Je ne suis pas Anonyme. Je signe tous mes billets. Anne ». Bravo ! Quel courage ! Dès que vous rencontrerez une Anne dans un blog, vous pourrez lui tomber dessus pour son racisme primaire.
Par contre si vous rencontrez un Nicolas sur les blogs non Blogger : ce n’est pas moi. C’est forcément un usurpateur. Un Nicolas J peut être moi, mais je n’ai pas l’exclusivité. Une recherche google peut être amusante. La première entrée est mon blog. Vous parlez d’un anonymat ! La deuxième entrée est un photographe. Probablement un homonyme d’ailleurs.
Ainsi, les pseudos « Gudule », « Jojo », … sont à proscrire. Franssoit et Monsieur Poireau sont de bons pseudos mais déjà pris. Quand je vois ces signatures dans les blogs, je sais qu’il s’agit (probablement) des tauliers de leurs blogs respectifs (sauf usurpation d’identité que je ne tarderai pas à découvrir, par exemple si un pseudo Franssoit dit des grossièretés). Il y a d’autres bons pseudos dans la blogosphère… mais ma machine à distribuer des liens est en panne.
Ca me fait penser que je connais deux pseudos « mc » dans les blogs ! Edit 13h50 : c'est rigolo, pendant que je mettais en page ce billet, les deux mc se sont croisés dans les commentaires d'un billet. Quicoulol a encore gagné un lien.

Les pseudos significatifs sont également à proscrire. L’autre jour, j’ai eu un « mltpskb ». J’ai tout de suite compris qu’il s’agissait d’un militant PS du Kremlin-Bicêtre ! C’est un ridicule… Le type se vante de militer au PS mais n’ose pas communiquer son nom. Vive la démocratie !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nicolas J 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine