Magazine Cinéma

Big fish

Par Cinephileamateur
LM'affiche française
De : Tim Burton.
Avec : Ewan McGregor, Albert Finney, Billy Crudup, Jessica Lange, Marion Cotillard, Alison Lohman, Helena Bonham Carter, Danny DeVito, Steve Buscemi, Robert Guillaume, Matthew McGrory, David Denman, Ada Tai, Arlene Tai, Perry Walston, Hailey Anne Nelson, John Lowell...
Genre : Comédie - Drame - Fantastique.
Origine : États-Unis.
Durée : 2 heures 05.
Date de sortie : 3 mars 2004.
Synopsis : L'histoire à la fois drôle et poignante d'Edward Bloom, un père débordant d'imagination, et de son fils William. Ce dernier retourne au domicile familial après l'avoir quitté longtemps auparavant, pour être au chevet de son père, atteint d'un cancer. Il souhaite mieux le connaître et découvrir ses secrets avant qu'il ne soit trop tard. L'aventure débutera lorsque William tentera de discerner le vrai du faux dans les propos de son père mourant.
Une fois n'est pas coutume, je n'avais pas revu "Big fish" depuis sa sortie au cinéma. Il faut dire aussi que je gardais en moi le souvenir d'un film qui m'avais laissé un avis mitigé, que j'avais préféré oublié un peu et dont j'avais quelques craintes à revoir. Pourtant, continuant dans ma lancé, j'ai enfin revu ce film.
Une nouvelle fois n'est pas coutume, c'est avec un second visionnage que j'ai vraiment commencé à apprécié cette œuvre. Très beau conte, j'ai beaucoup aimé le scénario écrit par John August. Je n'ai pas lu le livre d'origine de Daniel Wallace donc je n'en ferais aucune comparaison mais j'ai vraiment été agréablement surpris par ce film que j'ai réellement redécouvert. Je pense que si la première fois je n'avais pas accroché c'est à cause de la version originale. C'est pas que les acteurs soient mauvais bien au contraire (j'y reviens plus tard) mais cette histoire possède plusieurs niveau de lecture et c'est grâce à la version française qui m'as totalement débarrassé de l'obstacle de la lecture que j'ai vraiment pu savourer ce film. D'un premier coup d'œil, nous avons une simple histoire, celle d'un homme malade qui raconte sa vie avec imagination à son fils. Là où le scénario va devenir fort c'est qu'il va mélanger avec habileté la réalité et la fiction. On est jamais perdu dans ce conte d'aventure où il se passe toujours quelques choses de passionnant. Rempli de magie, de joie, d'humour, on se retrouve un peu comme un enfant à qui on raconte une belle histoire pour faire de beaux rêves et cela fonctionne à merveille. C'est aussi l'histoire d'un homme qui à décidé de faire de sa vie une grande aventure. Du coup, sa vie qui est très bien mais qui reste quand même "banale" (je mets des guillemets car il lui arrive quand même quelque chose) devient extraordinaire. Le scénario nous apprend alors à vivre avec le sourire, à donner vie à nos rêves les plus fous et à faire naître l'impossible. Tellement convaincu par ses récits, sa vie "banale" est alors devenue cette aventure et c'est à travers celle ci que sa mémoire est toujours là et continue à vivre. J'ai aimé cette façon de marquer l'Histoire, de se la réapproprier sans pour autant la déformer. D'ailleurs, la scène du médecin qui dit William préféré l'histoire de sa naissance fantaisiste plutôt que telle qu'elle s'est passé réellement est un bon exemple. Concrètement, c'est quasiment la même sauf qu'en l'embellissant, le père de William lui à donné une toute autre ampleur, une toute autre dimension et c'est cette ampleur que Edward donne à sa vie qui fait qu'il l'as pleinement vécu. En me relisant je prends conscience que j'ai vraiment du mal à exprimer pourquoi cet aspect de l'histoire m'as plu (je sais même pas si je me fais comprendre) mais j'ai adoré. Ça me fait pensé à une citation de St Exupéry (qui est un peu ma philosophie de vie) : "Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve, une réalité.". Certes, dans son conte tout ne c'est pas passé ainsi mais William à permis à ses rêves de vivre, ses rêves sont devenus une réalité à ses yeux. J'aime cette façon joyeuse d'aborder la vie mais aussi la mort qui elle aussi prend une dimension magique qui fait que même si à certains moment on à la larme à l'œil, on ne peut que ressentir du bien être face à cette histoire où même la mort n'est pas une fin mais plutôt une renaissance qui lui permet de crée sa légende. J'ai bien aimé aussi cet aspect du fils qui cherche à comprendre son père. Ses deux êtres qui s'aiment mais qui ont du mal à se comprendre m'as touché. Elle est montré de façon très émouvante tout comme l'histoire d'amour qui est très belle. Du coup, le scénario nous apporte tout ce dont on à besoin pour avoir le sourire aux lèvres dans un film : de la magie, de l'aventure, du fantastique, de l'amour, de l'amitié, de l'humour, du rêve... le tout ancré dans un réel qui fait qu'on à la pêche jusqu'à la scène finale qui nous laisse certes avec la larme à l'œil mais qui nous empli également de joie.
L'histoire fonctionne aussi parce que le casting est également très bon à commencer par un Ewan McGregor impeccable. L'acteur incarne à merveille la magie, la folie, la naïveté, la fraicheur de son personnage. On se sens tout de suite attaché à son rôle que le comédien joue avec justesse. J'ai ressenti beaucoup de tendresse et d'affection pour son personnage ce qui le rend crédible de bout en bout en bonne âme prêt à tout pour son prochain. Albert Finney est lui aussi remarquable. Incarnant le même personnage des années plus tard, l'acteur est crédible, charismatique et reste lui aussi très fascinant dans sa façon de raconter sa vie à sa façon, cette vie qui lui appartient et qu'il à souhaité vivre à sa sauce. Sans que l'un ou l'autre se copie, le duo Ewan McGregor - Albert Finney s'avère complémentaire et très cohérent. J'ai eu un peu de mal au début avec Billy Crudup (je sais pas pourquoi mais il me faut toujours un petit temps d'adaptation pour accrocher à son jeu) mais sa prestation est elle aussi très bonne. Il fait bien évolué son rôle en lui donnant plus de consistance au fur et à mesure que le film avance pour arriver au final où il m'as ému et paru très convaincant. J'ai d'ailleurs apprécié la façon dont le flambeau est passé entre Edward (Ewan McGregor - Albert Finney) et William (Billy Crudup) qui fini lui aussi par prendre la vie joyeusement. Jessica Lange est remarquable elle aussi bien qu'elle apparaissent un peu plus en retrait mais j'ai aimé la façon qu'à l'actrice d'exister et de donner de l'importance à son rôle sans forcément tirer la couverture vers elle. Son personnage devient alors discret mais indispensable au même titre que celui d'Helena Bonham Carter. La comédienne est toujours bonne et j'ai aimé sa façon de donner vie de façon différente à son personnage qu'il se situe dans la réalité ou dans la fiction. Elle m'as elle aussi beaucoup ému surtout lors de sa dernière scène avec Ewan McGregor et celle où elle raconte son rôle à dans la vie d'Edward à William. Dans les rôles encore un peu plus secondaire, j'ai été charmé par Alison Lohman qui dégage qu'elle chose que je ne saurais décrire mais qui fait qu'on est nous aussi sous son charme et qu'on comprend parfaitement Edward. Marion Cotillard quant à elle (qui faisait ici ses premiers pas à Hollywood ;-) ) s'en sors très bien. Elle n'as rien d'exceptionnel dans ce film car son rôle est très en retenu mais l'actrice le joue vraiment bien avec calme et méthode. Matthew McGrory m'as lui attendri dans le rôle de Karl au point que j'aurais même aimé en savoir un peu plus à son sujet et Robert Guillaume en médecin dégage une certaine sagesse appréciable. En guest star de luxe, j'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver Danny DeVito dans un registre où il est excellent en étant drôle sans être risible tout comme Steve Buscemi qui joue un personnage décalé qui lui va comme un gant. L'ensemble de cette distribution est très bonne, chaque acteur ayant su parfaitement rester à sa place afin que l'histoire se concentre avec beaucoup de justesse sur Edward mais aussi sur sa relation avec William.
A la sortie de ma salle de cinéma, je me souviens ne pas avoir trouvé ce film très burtonnien. Pourtant, il l'est. En effet, Tim Burton signe une mise en scène soigné qui, sans être dans l'excentricité d'un "Batman", "Beetlejuice" ou "Mars attacks!" pour ne citer que ceux là, porte totalement sa signature. On y retrouve ses sujets de prédilection dans une ambiance fantastique avec des couleurs vive qui caractérise bien chaque décors. Son personnage pas forcément compris mais qui fascinent et aussi présent tandis que dans sa réalisation, il nous offre des plans d'une grande richesse et d'une grande originalité qui fait que même en reconnaissant sa patte, on sens qu'il se renouvelle (d'ailleurs, il prend même des risques avec par exemple cette scène sous l'eau où il montre avec finesse la nudité d'une femme pour la première fois de sa carrière il me semble... du moins je crois pas me souvenir l'avoir vu ainsi dans ses précédent long métrage). Les décors sont magnifique et bien exploité eux aussi. Très différents, ils nous permettent de bien faire la différence non seulement avec le lieu où se situe l'action mais aussi si on est dans la réalité ou l'imaginaire. Les décors aussi sont burtonnien comme par exemple le mythique arbre effeuillé qui correspond bien à son monde où encore la porte bancale de Jenny. La photographie est très belle (le plan avec toute les jonquilles est superbe) et j'ai apprécié les effets visuels qui sont remarquable. Il y à juste à un moment où la tête d'un lion fait un peu trop marionnette pour moi sinon le reste j'ai vraiment trouvé ça très beau que ce soit la scène où Ewan McGregor saute en parachute où encore celle de la voiture sous l'eau sans parler de la scène de la baignoire qui en plus d'être forte émotionnellement et magnifique. Un excellent travail à été fait aussi sur la lumière qui se veut chaleureuse quand on se trouve plongé dans le conte et légèrement plus froide lorsque la dure réalité se fait rappeler. Les deux ambiances sont bien intégré d'ailleurs je trouve lors de la dernière scène d'Albert Finney qui est l'une de mes préférés du film (avec celle de la baignoire et le champ de jonquille mais il y en à d'autre ;-) ). J'ai bien aimé aussi les costumes que j'ai vraiment trouvé très beau. La bande originale de Danny Elfman est encore une fois parfaite dans l'univers de Tim Burton. Ses musiques collent merveilleusement bien avec le film tout en intégrant joliment des chansons comme "All Shook Up" interprété par Elvis Presley qui tombe à un moment judicieux du film je trouve ou encore le très beau titre "Man of the Hour" interprété par Pearl Jam (et écrit par Eddie Vedder à qui l'on doit la très belle bande originale de "Into the wild" ;-) ). Quoiqu'il en soit, dans son ensemble la bande originale composée par Danny Elfman figure comme l'une de mes préférés parmi ses collaborations avec Tim Burton. Le compositeur à su comme le réalisateur apporter son univers sans forcément que ça se ressente et su se renouveler. C'est un poème que l'on voit défilé sous nos yeux pendant deux heures environ et la mise en scène de Burton en tout cas nous apporte l'essence poétique nécessaire à cette œuvre.
Pour résumé, "Big fish" est l'exemple type du film dont il m'as fallu une seconde chance pour l'apprécier. Mon avis mitigé à totalement disparu pour laisser place à la satisfaction d'avoir redécouvert un magnifique conte grâce à une version française qui m'as permis de mieux savourer les différentes lectures du scénario. Le casting est excellent et Tim Burton nous offre une excellente réalisation, véritable invitation aux rêves et au fantastique comme il est l'un des rares metteur en scène à savoir le faire. Je sais pas si j'ai réussi à me faire comprendre sur ce que j'ai aimé dans cette histoire car j'ai eu du mal à trouver mes mots pour l'exprimer (surtout que j'ai du oublier des choses car je suis sûr qu'il y à d'autres points que j'aurais pu évoquer) mais j'ai beaucoup aimé cette histoire très forte et riche en émotions. Lorsque le film se termine on à la larme à l'œil devant ce film très émouvant qui nous achève avec une scène finale d'une grande beauté mais on garde tout de même le sourire aux lèvres avec une grande envie de profiter de la vie pleinement. Je regrette pas d'avoir laissé une seconde chance à "Big fish" en tout cas que je recommande donc au passage :-) .
Ewan McGreggorAlbert Finney et Jessica Lange



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Notorious Big

    genre: drame (interdit aux - 12 ans)année: 2009durée: 1h55l'histoire: L'ascension de Christopher Wallace qui, en quelques mois, va passer des rues malfamées de... Lire la suite

    Le 18 novembre 2010 par   Eelsoliver
    CINÉMA, CULTURE
  • Big Boss

    genre: action, arts martiauxannée: 1971durée: 1h45l'histoire: Cheng, un jeune immigrant chinois, part chercher du travail en Thaïlande. Lire la suite

    Le 18 juillet 2011 par   Eelsoliver
    CINÉMA, CULTURE
  • [ Critique dvd ] Big Beat story vol.1

    Dans les années 80, les émissions cultes du rock’n roll avaient pour nom « Houba Houba » (Les enfants du rock), « Chorus », « L’Écho des savanes »… Aux... Lire la suite

    Le 22 août 2011 par   Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • Big Mamma: De père en fils

    ComédieFilm américainNote globale: 10/20Réalisateur: John WhitesellActeurs principaux: Martin Lawrence, Brandon T. Jackson, Jessica LucasDurée: 1h47Synopsis... Lire la suite

    Le 04 avril 2011 par   Hallyne
    CINÉMA, CULTURE
  • Big Mommas: Like Father, Like Son

    Big Mamma is back! Martin Lawrence alias Big Mamma est de retour dans un 3è volet de cette saga déjantée! Réalisé par John Whitesell (Big Mamma 2) et Matthew... Lire la suite

    Le 08 novembre 2010 par   Popmovies
    CINÉMA, CULTURE
  • Big Nith. Louis Prima

    À table ( Big Night ) est un film américain réalisé par Campbell Scott et Stanley Tucci, sorti en 1996. Lire la suite

    Le 18 janvier 2011 par   Josepha
    CINÉMA, CULTURE
  • CARS 2 : Découvrez les croquis crées pour représenter la Tour eiffel, big Ben...

    Cars 2 de Disney.Pixar débarque en France le 27 juillet et aux Etats unis le 24 juin. Dans ce second volet, il sera question de compétition à l’échelle... Lire la suite

    Le 17 mars 2011 par   Hollywoodinside
    CINÉMA, CULTURE, PEOPLE

Ajouter un commentaire