Magazine Politique

Les émotions ne doivent pas nous gouverner !

Publié le 31 janvier 2008 par Christophe Laurent
Je reprends ici le titre d’un article paru sur le site de Libération à l’occasion de l’interview de Philippe Schmitt ce colonel dans l’armée de terre, est le père d’Anne-Lorraine Schmitt, la jeune femme de 23 ans tuée à coups de couteau en novembre dernier dans le RER D lequel voit dans le projet de loi de rétention de sûreté un texte de progrès. Ainsi selon lui : "l’émotion, c’est le carburant de l’évolution positive des lois pénales. S’il n’y avait pas eu d’émotion face au nombre de morts sur la route, il n’y aurait jamais eu la mise en place des radars." Disant cela Philippe Schmitt tend à expliquer comme un bienfait l'utilisation de hyper médiatisation des faits divers dont il a souffert et dont nombre de concitoyens souffrent régulièrement en la justifiant par le fait qu'elle contribue à l'évolution de la règlementation.   Personnellement, je suis très inquiet au contraire de cette surenchère qui ne laisse justement que la part à l'émotion, et interdit à la raison de faire son oeuvre. L'exemple pris par M. Schmitt est significatif du malentendu et de la manipulation dont les citoyens - et en premier lieu les victimes elles-mêmes - font l'objet. En effet, si l'application des peines en matière d'accidents de la route demeure relative au regard des conséquences parfois meurtrières, et si il a fallu attendre le XXI ème siècle pour que la France se donne les moyens de faire respecter les autres dans l’acte de conduire, c'est essentiellement du au manque de courage des responsables politiques qui pendant des années ont préféré écouter les sirènes des lobbys puissants de l'industrie automobile qui regardaient d'un mauvais oeil tout tendance à vouloir restreindre la liberté (l'égoïsme) de l'automobiliste. Alors certes le travail des associations a porté ses fruits à force d’obstination, mais dans cette perspective l'utilisation médiatique des évènements dramatiques ne doit pas laisser croire qu'il s'agit là du meilleur moyen pour devenir plus civilisé. Au contraire, plus les émotions nous gouverneront plus il est à craindre pour nos droits et libertés fondamentaux. Rappelons que l'ONU vient d'adopter un moratoire universel sur l'application de la peine de mort et que l'interlocuteur a beau dire qu'il ne réclame pas la peine de mort pour son cas, ce faisant il réintroduit néanmoins de fait le débat comme pour en légitimer la discussion ! et ne doutons pas que quelque habile homme politique voit là selon les circonstances un nouvel outil à la manipulation des masses!   Avec tout le respect que l'on doit aux victimes ...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christophe Laurent 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines