Magazine Côté Femmes

Mutilation génitale féminine et tradition

Publié le 31 janvier 2008 par Willy
Les faits sont troublants. D’après Amnesty International, actuellement, entre 130 et 140 millions de fillettes et de femmes auraient subi une mutilation sexuelle. En quoi consiste cette mutilation sexuelle? Quel rôle y joue la tradition? La religion?

Mutilation génitale féminine et tradition

La mutilation génitale sexuelle peut se résumer en quelques mots. Elle est une pratique ancestrale consistant à ôter à l’aide de moyens le plus souvent rudimentaires la totalité ou une partie des organes génitaux féminins les plus sensibles tels que les lèvres vaginales ou le clitoris.

 


On distingue quatre formes majeures de mutilation génitale chez la femme :

Circoncision féminine ou sunnite qui est la seule technique pouvant être rattachée à la circoncision masculine.
Cela consiste en l’ablation du prépuce clitoridien et du frein du gland du clitoris.

moins importante. Cela va de l’amputation partielle du clitoris à une amputation plus large s’accompagnant d’une excision partielle des petites lèvres vaginales.

;ablation des petites lèvres et l’incision presque totale des grandes lèvres, puis les sutures l’une à l’autre, couvrant l’urètre et l’entrée du vagin et ne laissant qu’un minime pertuis très postérieur pour le passage de l’urine et des règles.

 


Il existe malheureusement d’autres formes de mutilations génitales telles que l’introcision, consistant en un élargissement de l’entrée du vagin à l’aide d’incisions pouvant aller de l’hymen au périnée. On trouve aussi le grattage de l’orifice vaginal, l’introduction de substances corrosives ou de plantes dans le vagin ou, encore, la ré-infibulation (suture des grandes lèvres) après séparation du conjoint ou suite à un accouchement.
Néanmoins ces pratiques extrêmes restent moins pratiquées.

 


Lorsque l’on dresse une carte de l’excision dans le monde, on remarque qu’elle est presque quasiment concentrée en Afrique.
L’Excision est pratiquée dans 25 pays d’Afrique ainsi qu’en Indonésie, en Malaisie, en Egypte ou, encore, au Yémen. L’infibulation est surtout pratiquée en Ethiopie, en Egypte, au Mali, en Somalie ou, encore, au Soudan.
L’introcision, pour sa part, est pratiquée principalement par les aborigènes d’Australie ; on retrouve néanmoins cette pratique dans certaines tribus du Pérou. Ci-dessus on peut observer une carte de la répartition des mutilations génitales féminines sur le continent africain. En rose, on retrouve les pays où est pratiquée l’excision et, en rouge, les pays où est pratiquée l’excision, mais aussi l’infibulation.

« L’excision est une coutume qui n’a rien à voir avec la religion » (Cheikh Tantawi).

 


Dans la plupart de ces pays c’est la tradition qui est revendiquée dans l’acte d’excision. Mais à travers cette « tradition », la religion musulmane est devenue un prétexte. « A tort », précisent certains spécialistes et islamologues. Comme le confirmait Mme Penda Mbow, historienne et islamologue, « aucune sourate, aucun hadith ne recommande l’obligation de l’excision ».
Les quatre filles du prophète Mahomet lui-même n’étaient pas excisées.
L’apparition de la clitoridectomie est souvent apparentée à celle de l’islam. Pourtant, cette coutume était déjà répandue dans certaines régions de la péninsule arabe bien avant l’apparition de l’islam. Le prophète Mahomet aurait même essayé de l’enrayer car il considérait cet acte comme nuisible à l’équilibre sexuel féminin.
D’après Pierrette Herzberger Fofana, chercheuse et universitaire d’origine sénégalaise résidant en Allemagne, la Charia (ensemble de règles de conduite de la religion musulmane) reconnaîtrait l’excision comme une valeur chez une femme, une marque d’honorabilité, mais ne la recommande ni ne l’exige. Elle ajoute : « cette coutume s’est transmise de génération en génération et, avec le temps, elle a été associée abusivement à la religion, pour finalement se confondre dans l’imaginaire de bon nombre de musulmans comme étant un commandement du prophète ».

Contrairement à ce qui pourrait ressortir des chiffres actuels, l’excision n’est pas qu’un phénomène africain, mais a fait partie intégrante de la médecine européenne du XIXe siècle à travers la personne du médecin Isaac Baker Brown.
Celui-ci se fit connaître grâce à son traitement des kystes dans les ovaires. Il établit une thèse révolutionnaire consistant en l’ablation du clitoris afin de régler des problèmes nerveux. Selon lui, l’origine de toutes maladies nerveuses prenait sa source dans la masturbation. Ainsi, en ôtant la principale source de plaisir, c’est-à-dire le clitoris, voire les petites lèvres, il pensait pouvoir enrayer le problème.
L’excision fut une pratique courante dans l’Europe du XIXe siècle et n’était pas considérée comme un acte barbare.
Ainsi la question que l’on peut se poser est de savoir pourquoi l’excision dérange ? En quoi est-elle un viol du corps et de la conscience humaine ? Quelles sont les conséquences physiques et psychologiques sur la femme, sociales et humaines sur nos sociétés ?

 


Adeline Journet pour www.buddhachannel.tv

  Par Adeline-Journet - http://www.agoravox.fr/


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par hangelot
posté le 10 avril à 15:46
Signaler un abus

bonjour , peut-on se faire opérer ainsi par choix ? Même je demanderai une anesthésie !

A propos de l’auteur


Willy 401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte