Magazine Cinéma

Asterix aux jeux olympiques – Le navet de 2008

Par Bebealien

Je n’ai pas écris d’article hier, car je n’arrivais pas à me motiver pour bouger jusqu’à la salle de ciné la plus proche pour y affronter le nouvel opus d’Asterix. J’ai eu tort. J’en sors avec suffisamment de matière pour pondre un article bien sanglant. Le film n’est pas nul, il est archi-nul, pas drôle et pété de thunes dépensées n’importe comment…

Asterix 3 – gros budget pour gros navet.

Thomas Langmann, destinataire de cette diatribe

Lettre ouverte à l’intention de Thomas Langmann, producteur et réalisateur de ce « film ». Monsieur Langmann, arriver à débloquer le plus gros budget de l’histoire du cinéma français pour pondre une bouse à ce point infâme dénote un mépris énorme pour le cinéma. J’espère que vos prochaines productions, donc le fameux Messrine de Richet ainsi que le prochain film de Siri sur Christophe Rocancourt sauront faire oublier cet outrage. Ça ne devrait pas être trop dur, vu le talent des deux bonshommes, tous les deux excellents réalisateurs, si jamais vous jurez de ne plus JAMAIS toucher à une caméra.

Economisez 10 euros, n’allez pas voir ce film…

Mais avant d’expliquer pourquoi vous avez tout foiré, parlons des quelques points positifs. Ils sont vraiment peu nombreux donc on devrai en faire vite le tour. Les trois sont liés au casting. Tout d’abord Delon. Excellente idée. Delon est réellement impérial dans le rôle et se complaît à se moquer de lui même. On ne l’avait pas vu depuis longtemps, il est plus que jamais un très bon acteur et j’espère avoir la chance de pouvoir le faire jouer un jour… qui sait. Bien sûr vous n’avez pas pu vous empêcher de lui rajouter un monologue extrêmement lourd où il parodie les guignols et où il cite quelques titres de films dans lesquels il a joué. Sachez, monsieur Langmann, que l’humour cela se travaille. En général, c’est la finesse, y compris dans l’humour gras, qui fait rire.

Delon, impérial. Le césar du meilleur acteur va à César

Dans les bons points, on pourra également cité Jérome LeBanner, champion de free-fight et masse de muscle qui étrangement est très très bon dans son rôle de méchant athlète romain. Très bonne surprise et grosse envie de le revoir vite dans un rôle à contre-emploi. Enfin Depardieu, seul rescapé des trois films, et seul acteur arrivant à donner une sensibilité à son personnage (et pourtant je l’aime vraiment pas toujours le Gégé). Voilà. C’était les bons points. Maintenant je vais devenir saignant.

Jérome Le Banner, vrai bonne surpise dans son rôle de méchant

Déjà monsieur Langmann, je comprend que le métier de producteur donne parfois envie de devenir réalisateur. Aider des réals en produisant des films réussis est certes satisfaisant mais vous donne l’impression de ne pas pouvoir exprimer votre créativité. Alors vous décidez de vous aussi toucher à la caméra pour ce nouvel opus d’Asterix. Sauf qu’on ne s’improvise pas réalisateur. Faire vingt fois le même plan aérien à la grue et n’avoir aucune idée de mise en scène n’a jamais permis de faire un bon film. Dilapider une grosse partie du budget dans des effets spéciaux foireux et inutiles non plus. Essayer de faire des plans « a l’américaine » mais sans aucune justification de mise en scène ou sans aucun autre intérêt que d’être joli (et encore c’est plus que fortement discutable) encore moins. Donc arrêtez de vous prendre pour Tony Scott réalisant Gladiator. Vous n’en avez pas la talent.

Ensuite, c’est bien gentil de vouloir faire du gag référentiel en proposant à plein de people de venir cachetonner deux minutes contre un gros chèque, mais c’est vite très lourd. A la limite il aurai juste suffit de garder la petite apparition de Schumacher (qui peut être amusante si on a quelques grammes d’alcool dans le sang) et oublier le reste. Mais se taper des séquences à répétition avec Francis Lalanix, ou faire apparaître sans raison et coup sur coup Jamel, Zidane, Moresmo et Tony Parker pour meubler les deux minutes de la fin, çà fait franchement pitié. Ok vous avez un carnet d’adresse sympa, mais quelque part on s’en balance.

Humour lourd…

Il faut savoir aussi que le film s’appelle ASTERIX aux jeux olympiques. On s’attend donc à voir un film centré autour du gaulois et de son compère de toujours. Ici, il doit être le personnage qu’on voit le moins à l’écran et il doit avoir au maximum dix lignes de texte à déclamer. Lui préférer le beau gosse mais ultra fadasse Stéphane Rousseau dans le rôle du bellâtre inutile est une faute de goût. Faire des erreurs de casting sur toute la ligne (à part les trois rôles cités plus haut) aussi. Là encore, on sait que les gens du cinéma sont vos amis, mais enfin bon… Y’en à marre de Dubosc et Semoun dans des rôles de comiques pas drôles, de donner n’importe quoi à jouer à Poelvoorde et Garcia qui arrivent à être insupportables ( un comble ! ), de mettre Sim dans le rôle d’Agecanonix (pourquoi pas) accompagné de Adriana Karembeu (au secours), de faire le Panomarix le plus raté qui soit en y mettant Jean-Pierre Cassel qui mérite beaucoup mieux… et surtout marre de voir plein de têtes connues venir jouer deux secondes à l’écran. On s’en fout.

Bon ok elle est belle, mais elle est doublée, et mal. Alice… tadadadada… Alice…

Un film demande également un scénario. Là… euh… Alafolix veut gagner les jeux olympiques pour se marier avec la princesse grecque Irina (jouer par Vanessa Hessler, mais si, la Alice de la pub Alice). Voilà. Ah et euh Brutus la veut aussi et veux tuer son père. Voilà. Hum… Comment dire. C’est indigent. Un scénario, normalement on y raconte quelque chose. On ne met pas des scènes les unes à la suite des autres en espérant que çà marche. Chabat n’avait peut être pas totalement respecté l’esprit de la série, mais son Asterix était réussi, et surtout drôle, contrairement au premier. Là je me demande si on tombe pas encore plus bas que le ratage intégral du premier essai.

Donc par pitié monsieur Langmann, dorénavant, contentez vous de produire et de ne surtout pas interférer dans la partie créative de vos films. Par pitié. Ou alors ne jetez pas à ce point l’argent par les fenêtre alors que pas mal de bons films n’arrivent pas à se monter….


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par lalanix
posté le 11 février à 21:53
Signaler un abus

Merci pour ton papier. Je suis tout à fait d'accord avec toi au sujet de Thomas Langmann... ce que je ne comprends pas: comment a t'il fait pour avoir de l'argent ( et autant) sur ce coup là ?

A propos de l’auteur


Bebealien 53 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog