Magazine

Hugo Chavez serait sur le point de subir une opération “Just Cause”?

Publié le 01 février 2008 par Hugo Jolly

Il semble bien, en tout cas, que le journal capitaliste “Le Monde”, connu pour camper sur les positions réactionnaires et mensongères de Washington,ait déjà commencé son œuvre propagandiste mensongère en publiant dans ses manchettes que Hugo Chavez, président élu démocratiquement au Vénézuéla , participerait au trafic mondial des drogues. Toutefois, ces mensonges d’abord proférés par la maison blanche, sont pauvres de preuves et contredites par l’organisation des nations unies. C’est en fait une vilaine habitude à Washington et un prétexte, précédant des interventions militaires.

C’est en fait une photo du maire chaviste de Caracas, Juan Barreto, prise avec un homme d’affaires et trafiquant de drogue, soit Walter Del Nogal, qui a suffit à Washington pour émettre cette accusation mensongère.

La photo de George Bush senior, elle, a par contre très bien démontré que ce dernier entretenait des liens étroits avec Manuel Antonio Noriega. Ce dernier, contrôlait effectivement le trafic de la drogue, passant à peu près toute par le Panama, alors sous sa dictature que soutenait d’abord Washington. D’ailleurs, Washington a toujours été soupçonné de prendre sa part, dans ces trafics illicites. Ensuite vain l’opération « Just Cause », une opération militaire qui avait coûté la vie à plusieurs milliers de panaméens, bien sûr contredits par les chiffres de la US ARMY. Dans cette opération, Bush avait usé d’un abus de pouvoir, très excessif.

Avant la parution de cette énigmatique photo, Bush senior avait toujours soutenu qu’il n’avait jamais rencontré Manuel Antonio Noriega. Ce mensonge ne l’a cependant pas arrêté dans folie meurtrière et impérialiste, que fût l’opération « Just Cause ».

Le 8 août 2005, le Vénézuéla mit fin à son entente avec la DEA. La raison évoquée par le Vénézuéla était parfaitement crédible et fût de toute façon, prouvée ensuite par les magouilles qu’entretenait Washington, avec les paramilitaires colombiens, débusqués sur le territoire vénézuiélien à au moins, deux reprises. En fait, les agents états-uniens de la DEA, passaient le clair de leur temps à espionner, au lieu de respecter la dite entente.

Toutefois, malgré le bris de cet engagement auprès de la DEA (espionne), le Vénézuélamaintient 50 accords internationaux, avec 37 pays, sur cette question. Il est aussi à noter que depuis le bris de cet accord, le Vénézuéla a augmenté ses prises, donc la rentabilité de ce service. Effectivement, en 2004, les services vénézuéliens et la DEA, trouvèrent 43 tonnes de cocaïne, alors qu’en 2005, après l’expulsion de la DEA, le chiffre passa à 77.5 tonnes. D’après l’O.N.U., depuis 3 ans, le Vénézuéla se retrouve 3e sur la liste pays comptabilisant les plus fortes saisies de cocaïne au monde.

Quant à Del Nogal, le Vénézuéla avait accepté de collaborer avec les juges italiens et menaient déjà, eux même, leur propre enquête à son sujet. Quant à la photo elle-même avec le maire de Caracas, il s’agissait d’une réunion de membres de son parti politique avec de nombreux entrepreneurs servant à solliciter des fonds pour leurs campagnes électorales, ce qui est légal au Venezuela et ailleurs dans le monde. Il fallut que ce soir là, passe par là, un riche caïd et homme d’affaires.

Le 20 janvier 2007 lors d’une visite en Colombie, John P. Walters, directeur du Bureau de la politique de contrôle des drogues de la Maison-Blanche, a déclaré « qu’Hugo Chavez est en train de devenir un important facilitateur du trafic de cocaïne vers l’Europe et d’autres régions de l’hémisphère. Un autre mensonge imputable à la maison blanche, qui n’est pas sans nous rappeler ceux proférés pour justifier l’invasion illégitime de l’Irak. Mais remontant à l’époque où le père de George Bush, soit George Bush senior, était alors président de l’empire états-unien, cette même accusation fût aussi le mensonge médiatique, qui allait légitimer l’intervention « Just Cause » au Panama.L’affirmation de John P. Walters fût toutefois, démentie. D’abord par le rapport mondial sur les drogues de l’O.N.U., ensuite par le Mécanisme d’évaluation multilatéral de l’Organisation des États américain, qui souligne même les bons résultats des travaux vénézuéliens à ce sujet.

Cette propagande mensongère, vomie volontairement par Walters, chevalier de l’empire états-uniens, ne vise qu’à rendre Chavez et le Vénézéula, étroitement liés au trafic international de la drogue, aux yeux de la population globale, afin de légitimer les pires atrocités comme par exemple, la guerre.

Les États-Unis déclencheront-ils une autre guerre illégitime? Envahiront-ils encore une fois, un territoire souverain, pour y imposer une nouvelle dictature bourgeoise, docile à leurs volontés?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hugo Jolly 383 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte