Magazine Culture

Jill Scott - The Light Of The Sun (2011)

Publié le 22 juin 2011 par Soulbrotha
Jill Scott - The Light Of The Sun (2011)01. Blessed
02. So In Love (feat Anthony Hamilton)
03. Shame (feat Eve & The A Group)
04. All Cried Out Redux (feat Doug E. Fresh)
05. Le BOOM Vent Suite
06. So Gone (What My Mind Says) (feat Paul Wall)
07. Hear My Call
08. Some Other Time
09. Quick
10. Making You Wait
11. Until Then (I Imagine)
12. Missing You
13. When I Wake Up
Depuis 2004 et l'inoubliable Beautifully Human, il n'est pas excessif de dire que Jill Scott s'est quelque peu égarée. The Real Thing en 2007, sans être nullissime, est un album assez raté et il l'est pour de mauvaises raisons. Ce n'est pas tant que l'immense talent de la poétesse de Philadelphie s'est envolé mais ce troisième album studio semblait surtout mal produit, peu inspiré. On saura plus tard que le relatif échec de ce projet est en partie du aux problèmes entre Jill et le label Hidden Beach qu'elle quittera quelques plus tard.
C'est donc détentrice d'un contrat tout neuf chez Warner et calée dans une nouvelle dynamique que Jill Scott revient avec ce quatrième album studio. Au premier abord, le changement d'image (pour dire les choses élégamment...) constaté sur la pochette surprend, comme si la belle diva avait cédé à certaines tentations de superficialité. Il n'en est rien et "The Light Of The Sun", s'il reste un album vendable, contient ses moments de complexité, avec notamment deux pistes de 9 et 11 minutes...
Dans une scène Soul assez mal en point par les temps qui courent, c'est franchement agréable d'entendre une chanteuse comme Jill sur des morceaux aussi réussis que "Blessed", "Le BOOM Vent Suite" ou "Making You Wait". Globalement, la plupart des pistes sont propres, bien produites, sans véritable fautes de gout (même si, par exemple, on peut se demander ce que fiche Paul Wall sur "So Gone (What My Mind Says)").
Le léger sentiment de malaise que peut ressentir un fan de Jill Scott à l'écoute de cet album, ce n'est pas son contenu en lui même. Vraiment, c'est de la bonne came (même si la deuxième moitié du disque est plus anecdotique). Non, ce qui est dérangeant, c'est plutôt de constater qu'aujourd'hui, celle qui était une diva fascinante, capable de sortir des morceaux vertigineux comme Talk To Me ou Can't Explain n'est plus qu'une chanteuse de R&B comme les autres, largement rentrée dans le rang. Jill fait le boulot, un point c'est tout. Certes, vu d'où elle revient, c'est déjà pas si mal mais on attend toujours un véritable retour sur le devant de la scène, sa véritable place.
* Site officiel
* Spotify
* Deezer
* So In Love (feat Anthony Hamilton)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Soulbrotha 443 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines