Magazine Culture

L'Année Dernière à Marienbad

Publié le 22 juin 2011 par Hunterjones
L'Année Dernière à MarienbadQu'est-ce qu'il fait chaud sur  Montréal ces temps-ci, on se rafraichit comme on peut.
J'aime le froid. Et ce film est à la fois froid et très chaud.
Chaud de par sa sensualité. Froid par sa majestueuse photographie en noir et blanc garcieuseté de Sacha Vierney.
La première fois que j'ai vu le second film d'Alain Resnais (le premier avait été le tout aussi excellent Hiroshima Mon Amour) scénarisé par Alain Robbe-Grillet, j'avais été soufflé. C'était dans le cadre d'un cours de cinéma autour de 1992, tôt le matin.
L'Année Dernière à MarienbadJe me relevais d'une brosse comme bien souvent et j'avais mis sur le compte de l'extrème fatigue et de la grisaille post-bachannale mon grand plaisir à visionner ce film. L'expérience avait été suffisament agréable pour que je reloue le film 6 mois plus tard afin de voir si ce que j'avais senti pendant le premier visionnement de ce film de 1961 était bien réèl et non influencé par des états seconds.
Et ben non. C'était bien réèl, je voyais un bijou de film qui me bouleversait.
J'ai refais la même chose autour de 2003. Maintenant doublement papa, étais-ce toujours le type de film qui me ferait tant d'effet?
Tout
à
Fait.
Je me suis retapé ce film cette semaine.
L'Année Dernière à MarienbadCet exercise sur la mémoire, où un homme à l'accent italien (X) tente de convaincre une splendide femme (A) mariée à un joueur compulsif (M) qu'ils se sont vus/fréquentés au préalable et qu'elle l'attends lui, afin de se sortir de son ménage potentiellement drabe est toujours aussi savoureux pour moi 50 ans après sa sortie.
Les plans offrent des chorégraphies qui sont presque de la danse de mannequins en vitrine. Les longs travellings langoureux évoquent un voyage en train dans les longs corridors du château. Les longs corridors de la mémoire.
Ce film c'est la poésie de l'être. La poésie de l'architecture. La poésie de l'architecture de l'être.
L'Année Dernière à MarienbadDelphine Seyrig dans le rôle de A est désirable comme c'est interdit. X et M jouent dans un château à un jeu de carte ou à un petit jeu de bâton qui peu paraitre de la science-fiction mais n'est-ce pas un peu de la fiction scientifique que de tenter de s'immiscer dans la chimie qui se dessine entre deux êtres de toute façon?
Une musique d'orgue hantée meuble les mouvements de caméra qui semblent circuler au travers de fantômes, au travers de gens, au-dessus de ceux-ci comme des âmes survolant des corps bien là mais aussi totalement absents. Des mannequins, figurants de la mémoire de cet homme à l'accent italien convaincu d'avoir déjà rencontré cette délicieuse femme.
L'Année Dernière à Marienbad
L'homme et la femme semblent avoir quitté le pays de leur être et plus le film avance, plus ils semblent s'enfoncer loin d'eux-même. On a l'impression d'être une mouche dans ce château ou restent en suspension les lourds silences qui se trament dans les têtes des invités éparpillés.
La mise en scène est froide et les mirroirs, réels ou fictifs, sont omniprésents. Et somptueux, d'une grande classe.
L'Année Dernière à MarienbadIl smagit pratiquement du voyage au sein d'un rêve et plusieurs n'y trouveraient pas leur compte. La lourde musique d'orgue qui vient appuyer sur deux violonistes jouant à l'écran ainsi que la trame narrative répétitive peuvent désorienter celui qui est habitué à une structure narrative simple. Mais quiconque a déjà lu Robbe-Grillet s'y retrouve facilement.
Ce film est presque une peinture. Une fresque de la bourgoeisie. Un portrait de la mémoire (ce qu'était aussi Hiroshima Mon Amour).
Visionner ce film c'est comme voir des ombres qui attendent que l'un et l'autre se rapprochent. Ce film est presque une expérience spirituelle pour moi. Une ivresse lancinante qui n'a même pas besoin du joint de pot ni de la bouteille pour que je plane.
L'Année Dernière à Marienbad
Je ne sais trop pourquoi ce film me transporte autant. Récemment je remarquais que je m'intéressais aux oiseaux de plus en plus. À ce cardinal qui vient chanter certains matins près de la verrière sur les fils au-dessus de la piscine.  Seyrig dans un costume blanc à plume rapelle un oiseau bléssé à un certain moment du film. Cet italien est peut-être tout simplement à la chasse. Elle est alors étouffée par ses inquisitions.
Tout le film est en évocations, en caresses, en préliminaires.En surfaces mystérieuses.
"Vous étiez là à vous perdre, pour toujours dans la nuit tranquille, seule avec moi."
L'Année Dernière à Marienbad
C'est la dernière ligne du film.
Un film que je suis à voir, à revoir, à acheter, et à revoir encore.
Car je l'adore.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Année Adele

    Année Adele

    Mes rognons, c'est la fête aujourd'hui. Outre le fait que Britney sort son nouvel album (que tout le monde écoute de toute façon depuis trois semaines) et que... Lire la suite

    Par  Vinsh
    HUMEUR
  • La dernière représentation

    dernière représentation

    Un vieux et désabusé communiste cubain me disait dans une rencontre éclair que nous avons eu récemment à Madrid : « Ce 6e congrès du parti me rappelle cette... Lire la suite

    Par  Copeau
    CULTURE, INTERNET, MÉDIAS, PRESSE ÉCRITE, SOCIÉTÉ
  • La dernière bagnarde

    dernière bagnarde

    Avec pour point de départ l'enquête menée en 1923 par Albert Londres, un confrère journaliste, auprès de Marie Bartête, la dernière bagnarde de la République,... Lire la suite

    Par  Apollinee
    CULTURE, LIVRES
  • Une année...

    année...

    Entre ces deux photos il y a une année qui s'est écoulée (ou presque mais faut bien jouer le jeu, j'avais pas deux photos potables pile comme il fallait)... Don... Lire la suite

    Par  Aileen
    BÉBÉ, EDUCATION, ENFANTS, HUMEUR, JEUX & JOUETS
  • La Dernière Piste

    Meek’s Cutoff (La Dernière piste) de Kelly Reichardt est un « western », soit. Epoque : 1845. Lieu : Territoire de l’Oregon. Pourtant, d’un western en tant que... Lire la suite

    Par  Mg
    CINÉMA, CULTURE
  • L'ANNEE DERNIERE A MARIENBAD d'ALAIN RESNAIS

    L'ANNEE DERNIERE MARIENBAD d'ALAIN RESNAIS

    VIDEOAlain Resnais, l'auteur de quelques-uns des films qui ont marqué le cinéma contemporain : Nuit et brouillard, Hiroshima mon amour, Muriel ou le temps d'un... Lire la suite

    Par  Abarguillet
    CINÉMA, CULTURE
  • Dernière minute

    Dernière minute

    Finalement, le plan B va devoir attendre un peu. J'ai reçu ce matin dans ma boîte vocale un message de rappeler dès que possible une compagnie d'autobus de... Lire la suite

    Par  Jeff
    HUMEUR

A propos de l’auteur


Hunterjones 355 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines