Magazine Culture

Les Visages / Jesse Kellerman

Par Bibliomanu
Les Visages / Jesse KellermanEthan Muller dirige une galerie d'art. Entre l'installation des expositions, les catalogues à réaliser, les artistes à gérer, le temps libre est une denrée rare. Aussi, quand Tony, le bras droit et ami de son père avec lequel il n'entretient plus aucune relation, lui demande de le rejoindre d'urgence pour évaluer des œuvres dont il est entré en possession, Ethan est tout disposé à refuser. Mais la curiosité finit par l'emporter. Qui plus est, le résultat va bien au-delà de ses attentes. L'œuvre est magistrale, colossale, unique : des milliers de dessins et croquis qui, mis bout à bout sur leurs quatre faces - si tant est qu'il soit possible de les exposer en un même lieu - se combinent au point de révéler leur essence, tourmentée et exaltée. Sur certains d'entre eux figurent des visages d'enfants, enlevés et tués des années auparavant. Et Ethan ne peut même pas compter sur l'auteur de ces dessins pour en savoir plus à ce sujet. Il s'est tout simplement évaporé dans la nature et personne, pas même ses voisins, ne semble à même d'en donner une description concordante.
Il faut croire que le phénomène se répand. Une fois n'est donc plus coutume, on nous sert du thriller là où il n'y en a pas. Ce n'est même pas moi qui le dit mais Ethan Muller, le narrateur de cette histoire. Il a au moins le mérite d'être clair. Alors que s'annonce la fin du livre, il avertit même le lecteur de ne pas s'attendre à un énorme rebondissement ni à une quelconque scène d'action époustouflante. Par là même, il s'affranchit des codes, les détourne à souhait. On peut y voir là une volonté d'ancrer son personnage et son histoire dans une réalité, de rendre l'un et l'autre aussi crédibles et véridique que possible. Après tout, dans la vie, la vraie vie, les choses ne se passent jamais tout à fait comme dans un roman.

Ce genre de démarche est loin de me déplaire d'autant que le formatage thrilleristique sur les scènes de fin – action, parlotte, action, fin, voire double fin avec retournement de situation de derrière les fagots – a de plus en plus tendance à m'éloigner du genre.

Seulement un tel parti pris n'est pas non plus synonyme de réussite. Il n'a en tout cas pas été un élément déterminant à mon adhésion au roman. Ou à mon manque d'adhésion, en l'occurrence. Car cette volonté de raconter, de nous raconter une histoire comme si elle s'était réellement passée, souffre d'une construction pour le moins hasardeuse. La narration est en effet coupée d'interludes, visant à retracer les origines des Muller sur le territoire des Etats-Unis, au 19ème siècle. C'est d'abord intrigant, prenant aussi, même si on se demande ce que ça vient faire ici. A chacune de ces coupures on avance dans le temps. Puis les liens qui unissent tous ces personnages les uns aux autres s'éclairent.

Le problème en fait, c'est que dans ces évocations, Jesse Kellerman procède là encore à des flashbacks, certains n'étant d'ailleurs d'aucun intérêt et s'avérant du même coup assez poussifs. Lors des derniers interludes, il va même jusqu'à remonter à nouveau le cours du temps pour se consacrer à un personnage central de l'histoire. Ça ressemble un peu à du je m'arrange comme je peux pour tout dire et tant pis si c'est un peu cahin caha. Ça l'est.

On le devine, sans que l'on sache trop comment, l'ensemble des éléments qui sont rapportés dans ce contexte narratif sont connus de Ethan Muller. Aussi on s'étonne que les révélations qu'ils véhiculent ne transpirent pas dans ses réflexions ni ne sèment jamais vraiment le trouble en lui. Ce garçon là est insipide, les autres personnages aussi. La description de l'art contemporain qui est faite dans le roman l'est tout autant. Quant aux relations conflictuelles entre le père et son fils, peu explicitées, elles ont un arrière-goût d'artifice. Comme si elles n'existaient que pour les besoins d'un histoire, où tout arrive plus ou moins comme un cheveu sur la soupe. Alors je n'ai rien contre les cheveux, je n'ai rien contre la soupe mais quand ils entravent mes lectures, ça me navre.

Les Visages, Jesse Kellerman, traduit de l'anglais par Julie Sibony, Sonatine, 471 p.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Les Visages - Jesse Kellerman

    Visages Jesse Kellerman

    (Éditions Sonatine, 2009, 471 p. et Points, 2011, 474 p.) Envie de … résumer : " Ton artiste est un détraqué. " (Marilyn) La plus grande œuvre d’art jamais créé... Lire la suite

    Par  Enviedelivres
    CULTURE, LIVRES
  • Les visages de Dieu, d’Amédée Mallock

    visages Dieu, d’Amédée Mallock

    Un titre qui n’est pas sans me rappeler un chant de messe : Je cherche le visage…Je cherche le visage,Le visage du Seigneur,Je cherche son imageTout au fond de... Lire la suite

    Par  Goliath
    CULTURE, LIVRES
  • "Zombie thérapie, tome1 : un cerveau pour deux " de Jesse Petersen

    "Zombie thérapie, tome1 cerveau pour deux Jesse Petersen

    Résumé: Pour sauver leur couple, Sarah et David tentent une thérapie. Mais en arrivant dans le cabinet, ils découvrent que leur conseiller est en train de... Lire la suite

    Par  Fangtasia
    CINÉMA, CULTURE, JEUX VIDÉO, LIVRES, MÉDIAS
  • Les visages de Jesse KELLERMAN

    visages Jesse KELLERMAN

    ♥ ♥ Grand prix des lectrices de Elle 2010 L’auteur : Jesse Kellerman est né en 1978. Il est le fils des écrivains Jonathan et Faye... Lire la suite

    Par  Lecturissime
    CULTURE, LIVRES
  • Les visages ~ Jesse Kellerman

    visages Jesse Kellerman

    C'est un peu par hasard que des cartons contenant des milliers de dessins étranges et d'une beauté à couper le souffle tombent entre les mains d'Ethan Muller, u... Lire la suite

    Par  Thegirlnextdoor
    CULTURE, LIVRES
  • Les visages de Jesse Kellerman

    visages Jesse Kellerman

    Points Sonatine (2010) 474 pages (The Genius, 2008) Policier, EU Résumé Lorsque Ethan Muller met la main sur une série de dessins d’une qualité exceptionnelle,... Lire la suite

    Par  Lagrandestef
    CULTURE, LIVRES, MÉDIAS
  • Zombie thérapie - Jesse Petersen

    Zombie thérapie Jesse Petersen

    Quatrième de couverture :Pour sauver leur couple, Sarah et David tentent une thérapie. Mais en arrivant dans le cabinet, ils découvrent que leur conseiller est... Lire la suite

    Par  Marylinm
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Bibliomanu 690 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines