Magazine Cinéma

(K-Drama / Special) Wonderful Coffee : un portrait de femme touchant et naturel

Par Myteleisrich @myteleisrich

wonderfulcoffeea.jpg

Cette semaine a été un peu plus calme dans mes programmations asiatiques. Il faut dire qu'après le choc White Christmas (dont je n'arrive toujours pas à arrêter de parler), il est bien difficile de revenir au quotidien "normal" des dramas en cours. Pour me changer les idées, j'ai fait quelques excursions du côté de Taïwan et de Hong Kong ce week-end, et je me suis aussi lancée dans un projet que j'envisageais depuis quelques mois déjà en Corée du Sud : jeter un oeil aux dramas special de KBS. Comme mon été s'annonce très chargé côté professionnel, j'avoue y voir aussi un moyen de garder la saveur du petit écran sud-coréen sans avoir à prendre trop d'engagement auprès de longs dramas (et disons que je n'ai pas non plus toujours le temps de consacrer autant d'heures à la rédaction d'une review comme le bilan de la semaine dernière).

J'ai déjà eu l'occasion de vous parler de ces cycles qui se rapprochent plutôt d'anthologies, avec des dramas special series, comme Rock Rock Rock ou, justement White Christmas. Mais on y trouve aussi des dramas special qui eux ne comporte qu'un seul épisode. Ce sont les articles d'Eclair et de Minalapinou qui avaient attiré mon attention sur ces derniers. Si je ne les reviewerai pas tous avec exhaustivité, j'ai quand même envie d'évoquer ceux qui auront retenu mon attention, d'une façon ou d'une autre. 

wonderfulcoffeef.jpg

C'est sur le troisième épisode de ce cycle que je vais m'arrêter aujourd'hui : Wonderful Coffee a été diffusé le 29 mai 2010 sur KBS2. S'il y aurait sans doute tout un article analytique à écrire sur les rapports fusionnels des dramas sud-coréens et de leur obsession l'art de faire du café, reste que ce simple mot inclus dans un titre résonnera toujours d'une façon particulière et chaleureuse aux oreilles du téléspectateur. La bonne nouvelle, c'est que Wonderful Coffee va savoir perpétuer cette diffuse magie de la boisson cafféiné.

Oh Jong est une mère de famille célibataire qui élève, seule, ses trois filles, chacun de ses enfants étant issus de différents pères. Si elle a l'habitude de cumuler les petits boulots, elle répond un jour à l'annonce d'un petit café. La grande amatrice de cette boisson qu'elle est se révèle vite des plus douées pour apprendre à concevoir les mélanges les plus rafinés. Oh Jong, d'un naturel enjoué et très social, prend également beaucoup de plaisir à intéragir avec ses clients. Elle parvient même peu à peu à faire s'ouvrir son si renfrogné patron, un ancien camarade d'école perdu de vue, Choi Chang, qui ne comprend pas grand chose aux relations humaines. Mais le parcours et les choix de vie d'Oh Jong demeurent une source d'exclusion sociale irréductible.

wonderfulcoffeei.jpg

Wonderful Coffee est un drama special d'un classicisme assumé dans le bon sens du terme, qui va s'avérer étonnamment rafraîchissant rafraîchissant. Si son histoire ne présente pas de prise de risque particulière, il émane de l'ensemble une douce authenticité, pleine de chaleur humaine, caractéristique d'une fiction qui parvient à retranscrire sans artifice un émotionnel auquel le téléspectateur ne va pas demeurer insensible. Le charme de l'épisode réside essentiellement dans le portrait de son personnage principal : son naturel sociable et optimiste s'entremêle avec les préoccupations plus poignantes d'une mère de famille célibataire qui partage pourtant les préoccupations des femmes de son âge sur sa vie future et amoureuse. On s'attache instinctivement à cette femme volontariste dont on va suivre, avec implication, l'évolution.

Touchante histoire humaine, Wonderful Coffee n'en demeure pas moins éprouvant à l'occasion. Ne se cantonnant pas à une simple déclinaison des ingrédients de la romance, elle n'hésite pas à aborder de manière directe des thématiques sociales parfois dures. Car Oh Jong n'est pas une énième trentenaire rêvant de prince charmant. Elle sait ce qu'est la vie. Elle a déjà connu trois mariages et est aussi une mère de famille qui doit être présente pour ses trois filles. Si le drama special effleure avec tact cette problématique plus intime de savoir si elle peut encore envisager une vie amoureuse et avoir le droit d'espérer un futur avec quelqu'un, c'est par son autre grande thématique qu'il va surtout marquer : la mise en scène de l'opprobre social sous lequel Oh Jong ploie sans rompre, lorsque sa situation personnelle est connue. Les petites humiliations quotidiennes sont autant de coups de poignard invisibles, une forme de violence sociale toute aussi dure à endurer.

wonderfulcoffeed.jpg

Si le personnage incarnant l'intérêt romantique de l'épisode correspond aux canons millimétrés du genre, c'est plus globalement l'atmosphère générale de ce drama special qui permet d'adhérer à l'histoire. Le café offre aussi quelques parenthèses traditionnelles, sur l'art de concevoir ces boissons arômatisées, à finalité folklorique - même si en l'occurence, le folklore étant français, cela donne surtout l'impression de renvoyer à un second degré involontaire qui prête à sourire (mais entendre prononcer quelques mots de français dans un drama est toujours sympathique). De plus, ce lieu est aussi un endroit de socialisation, où la volonté d'aller vers les autres d'Oh Jong trouve pleinement à s'exprimer.

Enfin, côté casting, Wonderful Coffee doit beaucoup à Yoon Hae Young (The Tale of Janghwa and Hongryeon) qui incarne, avec une spontanéité et un naturel rafraîchissants, le caractère enjoué et sociable de l'héroïne. A ses côtés, logiquement plus en retrait, on retrouve notamment Jo Yeon Woo (The Scarlet Letter) en patron forcément arrogant et peu versé dans le relationnel, Moon Hee Kyung (Harvest Villa, Giant) et Lee Han Na (Tazza).

wonderfulcoffeel.jpg

Bilan : Derrière la partition classique que joue Wonderful Coffee, le charme opère grâce à l'authenticité et à la fraîcheur qui se dégagent de l'ensemble. Plus qu'une simple romance potentielle, c'est un portrait touchant et authentique d'une femme qui demeure, en dépit des petites brimades quotidiennes, inébranlablement fidèle à ses principes et ses certitudes de vie. Une jolie histoire simple et sans ambition particulière qui se suit sans déplaisir.


NOTE : 6,25/10


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • (K-Drama) White Christmas : un magistral thriller psychologique hautement...

    (K-Drama) White Christmas magistral thriller psychologique hautement déstabilisant

    Evil rolled itself in the snow and came after us.Are monsters born? Or are they made?Il y a des reviews qui s'écrivent toutes seules parce que nous sommes en... Lire la suite

    Par  Myteleisrich
    CINÉMA, CULTURE
  • Special Dead

    Special Dead

    genre: horreur, gore (interdit aux - 16 ans)année: 2007durée: 1h25l'histoire: Un centre de vacances pour handicapés tente de lutter contre une horde de zombies... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • 164. A Wonderful Christmastime!

    164. Wonderful Christmastime!

    Vous connaissez sans doute mon adoration pour Noël. Je vais célébrer mon vingtième Noël demain et la magie n'a pas entièrement disparu. Je pense même que je vai... Lire la suite

    Par  Dylanesque
    CULTURE, MUSIQUE
  • Onemic Podcast : Special Gainsbourg

    Onemic Podcast Special Gainsbourg

    "La laideur a ceci de supérieur à la beauté qu'elle ne disparaît pas avec le temps." 20 ans déjà, 20 ans que Serge Gainsbourg aka The Goat de la chanson... Lire la suite

    Par  Akram02
    CULTURE, MUSIQUE
  • Yes #6-Drama-1980

    #6-Drama-1980

    Yes #6 : Chris Squire : basse Steve Howe : guitare Alan White : batterie Trevor Horn : chant Geoff Downes : claviers L'essai du guitar trio (Squire-Howe-White)... Lire la suite

    Par  Numfar
    CULTURE, MUSIQUE, POP/ROCK
  • Slava's Snowshow: It's wonderful

    Slava's Snowshow: It's wonderful

    Par Julie Cadilhac- Bscnews.fr/ Crédit-photos: Véronique Vial/ Qui n'a jamais vu un spectacle de Slava Polunin n'a pu connaître cette délicieuse sensation de... Lire la suite

    Par  Bscnews
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Myteleisrich 787 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines