Magazine Côté Femmes

Nanoparticules et cosmétique : dernières nouvelles

Publié le 22 juin 2011 par Cameline

 

TiO2nanotube.jpg

L'Observatoire des Cosmétiques nous a récemment fait part de l'évaluation de l'Afssaps* publiée le 14 juin dernier concernant les nanoparticules en cosmétique.

Alors ? Eh bien le bilan n'est pas très bon.

Commençons par le début : savez-vous ce qu'est une nanoparticule ? Il s'agit d'une particule très très petite, de l'ordre des nanomètres.

Ces produits présentent un intérêt esthétique pour les utilisateurs. En effet, l'oxyde de zinc et le dioxyde de titane employés en tant que filtre UV présentant l'inconvénient de laisser des traces blanches sur la peau, on requiert à une diminution de la taille de ces produits qui deviennent alors transparents sur la peau.

Mais malheureusement, ces nanoparticules seraient capables de pénétrer dans l'organisme à travers la peau et pourraient ainsi avoir des effets néfastes sur la santé, dont nombre des effets potentiels sont encore inconnus des scientifiques, notamment quant à leurs effets à long terme.

Dans le domaine de la cosmétique, les deux molécules incriminées pour leur toxicité sont le dioxyde de titane et l'oxyde de zinc, largement utilisés dans les produits solaires comme écrans anti-UV.

Ainsi l'Afssaps* conclue dans son rapport qu'il est impossible actuellement d'affirmer l'innocuité des nanoparticules dans le domaine cosmétique.

Et l'agence recommande de ne pas utiliser de produit cosmétique contenant du dioxyde de titane sur une peau lésée (par exemple après un coup de soleil), sur le visage, ou en local fermé quand il s'agit d'une forme en spray aérosol (par rapport aux voies respiratoires). Pour ce qui est de l'oxyde de zinc, l'Afssaps considère qu'il ne doit pas être utilisé en tant que filtre ultra-violet.

On les suspecte essentiellement d'entraîner au niveau des tissus et des cellules une augmentation du stress oxydatif et de production de radicaux libres, ainsi que des altérations ou mutations génétiques, avec des effets potentiellement cancérigènes.

En outre, les nanoparticules ont sans doute un impact au niveau écologique, par le relargage de ces nanoparticules dans l'environnement. En effet, les résidus de crèmes solaires se répandant dans la mer, il est très probable que les animaux marins et les coraux soient également touchés par ces effets négatifs.

6a00e5500b4a648833010535800dc5970b-800wi.jpg

*Afssaps : Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé

Sources :

L'observatoire des cosmétiques : Nanoparticules en cosmétique (15/06/2011)

Rapport relatif aux nanomatériaux dans les produits cosmétiques, Afssaps, 14 juin 2011
Recommandations relatives à l’utilisation des nanoparticules de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc en tant que filtres ultraviolets dans les produits cosmétiques, Afssaps, 14 juin 2011

Wikipédia : Nanoparticule

(En)quête de soi : Le solaire de la peur

Image 1 : Wikipédia

Image 2 : Libération-Sciences


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cameline 1014 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte