Magazine Culture

P.J. Lambert - La Route d'émeraude : 6+/10

Par Eden2010
P.J. Lambert - La Route d'émeraude : 6+/10

P.J.LAMBERT – La Route d’émeraude : 6+/10

Et voilà que je vais, encore une fois, à contre-courant des avis majoritaires, ou plutôt que je vais moins vite.

Oui, j’ai apprécié ce livre, mais non, je n’ai pas été enthousiasmée, et non, je ne trouve pas l’écriture de l’auteur « subtile » (en réponse au commentaire de parismatch.com figurant sur le dos du roman : « l’écriture de P.J. Lambert est si subtile que le suspens se dénoue là où l’on s’y attend le moins »).

J’en suis très étonnée, puisque j’avais rencontré l’auteur au festival du livre de Nice cette année, et il est franchement non seulement sympathique, mais également intelligent et plein d’humour, avec cette étincelle dans le regard qui nous fait tout naturellement sourire. Je m’attendais donc certainement à plus.

Mais venons-en au livre :

L’intrigue est très réussie et surtout, elle est vraiment évolutive :

C’est d’ailleurs l’évolution de l’histoire qui fait que j’ai tout de même apprécié le livre, malgré mes critiques que je mentionnerai plus loin.

A la base, nous suivons Maxime Langelot (déjà héros du précédent roman de l’auteur, « Les Murmures du tombeau ») ; Maxime est un cambrioleur spécialisé dans le vol d’objets d’art, qui, pour couvrir son véritable « métier » par une activité légitime, exerce par ailleurs celle d’antiquaire avec son oncle Roland (cambrioleur, lui aussi).

Il vit et travaille en compagnie de Delphine, une ex-flic, qui a choisi de suivre son homme et de changer ainsi totalement de vie. Son passé de policier lui servira assez dans l’aventure qui attend le couple !

Tout commence lorsque l’un des clients « officiels » de Maxime, un client qui l’avait contacté dans le cadre de son activité d’antiquaire, est retrouvé sauvagement assassiné dans un cimetière : l’homme a été totalement éviscéré. Maxime ne peut s’empêcher d’être curieux et rencontre dès lors la nièce du mort … ce qui l’entraîne bien malgré lui dans une aventure qu’il n’aurait jamais pu imaginer !

Des tueurs professionnels le poursuivent, son oncle est agressé et menacé … Mais qui est donc cette nièce, quel est son secret qui attire tant de convoitises ?

Cela sonne assez banal, et au début je dois dire que l’intrigue paraît presque classique, mais au fur et à mesure le roman devient de plus en plus passionnant ; d’un simple thriller il se transforme en jeu de piste puis en roman d’aventure. La recherche de la mystérieuse table d’émeraude passera par des périls non seulement variés mais également inattendus.

Le « plus » du récit est certainement le fait que P.J. Lambert nous entraîne non seulement dans les péripéties de ses héros mais nous plonge également dans la vie de l’un des « méchants », un des tueurs lancés aux trousses de Maxime et Delphine. Nous découvrons ainsi sa singulière histoire personnelle et nous attachons – presque – à un homme formé à l’assassinat.

Et lentement, très lentement, l’histoire se déroule, nous remontons les fils, nous découvrons ce qui se cache véritablement derrière cette histoire aux débuts assez simples, et finalement l’action s’accélère dans le dernier tiers pour nous amener encore plus loin.

Vous l’aurez compris, l’intrigue m’a convaincue, elle est bien pensée, surtout qu’au début on n’imagine pas du tout où P.J. Lambert va nous mener, et pendant longtemps on se demande ce que le petit prologue, situé au XVème siècle voulait bien dire.

J’ai simplement regretté certains découpages de chapitres dont les fins, trop orchestrées, faisaient retomber la tension au lieu de l’augmenter.

Donc, voilà mon grand plus : l’intrigue.

Or, l’intrigue est desservie par

Un style trop convenu et trop propre :

Si je n’ai pas été transportée comme j’aurais aimé l’être, cela tient à une seule et unique chose : l’écriture qui conte l’aventure plutôt fascinante de Maxime.

A mes yeux (et cela est, comme toujours, un avis subjectif qui m’est personnel), l’écriture de P.J. Lambert est un peu trop convenue, trop propre, je n’ai pas trouvé de véritable personnalité dans le récit. Et cette propreté dans l’écriture ne me permettait pas de vibrer.

Loin d’être subtile, j’ai, pour ma part, trouvé l’écriture de P.J. Lambert, presque scolaire. Si je ne savais pas que l’auteur a déjà publié d’autres livres auparavant (dont le premier, « le vengeur des catacombes », a d’ailleurs reçu le prix Quai-des-Orfèvres en 2008), j’aurais pu penser qu’il s’agissait ici d’un premier roman.

Or, ce n’est pas le cas, ce qui rend cette … disons immaturité de l’écriture assez surprenante.

Pourquoi est-ce que je dis cela ?

Et bien, avant tout c'est un sentiment - et là, on part dans le VRAIMENT subjectif : j'avais ce sentiment que le choix de mots était trop net, trop lisse, pas suffisamment intuitif. Certaines expressions m'ont fait penser à des reprises, comme si elles avaient été revisitées avec des mots distincts pour plus d'originalité. J'avais, parfois, la sensation que la fonction « recherche de synonymes » d’un traitement de texte avait été appelé au secours. Quelque chose de trop étudié, peut-être.

Mais je fonde mon observation également sur un élément bien plus objectif qu'un simple ressenti personnel : 

Lorsque l’auteur se prenait d’amour pour certaines expressions il a fait l’erreur de les réutiliser trop souvent, ce que le lecteur remarque très facilement puisque, justement, c’était un choix judicieux ou sympathique.

Nous assistons ainsi à plusieurs « conversations avec les yeux » (bon, là ce n’est même pas particulièrement original), ou encore à au moins deux situations dans lesquelles les « regards se heurtent ».

Et vous n’imaginez pas le nombre des « à l’évidence » ! Alors là, je crois qu’on a battu un record ! J’aurais dû les compter, il doit y en avoir plusieurs douzaines. En règle générale, les « à l’évidence » trop nombreux trahissent le premier roman ou le jeune auteur, ce qui fait que je suis un peu étonnée d’en rencontrer autant dans ce livre.

Bref, si j’ai apprécié la fantaisie de l’auteur dans l’histoire même, j’ai été déçue par la réalisation et la plume sans particularité, presque standard et inaboutie.

Si « la route d’émeraude » était un premier roman je dirais que c’est très prometteur. Mais ce n’est pas le cas.

Il n’empêche que j’ai passé un agréable moment.

J'aime

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • La route d'émeraude

    route d'émeraude

    La route d'יmeraude Paru aux éditions First en mars 2011 Quatrième de couverture Paris 1457, Jacques Coeur meurt sous la torture, sans rien... Lire la suite

    Par  Karline05
    CULTURE, LIVRES
  • La route de Chlifa

    route Chlifa

    Michèle MarineauQuébec Amérique256 pagesRésumé:« C'est le 8 janvier que Karim a fait irruption dans notre vie. Le 8 janvier que tout s'est mis en branle. Lire la suite

    Par  Céline
    CONSO, CULTURE, LIVRES
  • En route

    route

    Profitez bien de ce peu d'ombre si vous me suivez car c'est la seule que vous trouverez pendant plus de quatre heures,nous resterons sur ce plateau un grand... Lire la suite

    Par  Autourdupuits
    CULTURE, LIVRES
  • P.J. Blues

    P.J. Blues

    de André GabellaUn parking de cinéma. Sur ce parking : une Ford Mustang aux vitres explosées. Dans cette voiture : un manteau. Dans le manteau : un mec. Et... Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES
  • Quelques mots avec Mr P J Lambert ...

    Quelques mots avec Lambert

    P.J. Lambert, de son vrai prénom Patrick-Jérôme est un romancier français.Il a reçu le prix du Quai des Orfèvres 2008 pour son roman, Le Vengeur des catacombes. Lire la suite

    Par  Karline05
    CULTURE, LIVRES
  • Route 66

    Route

    C'est elle qui m'a conseillé le livre qui occupe mes journées actuellement Avis de recherche : Ella et John Robina, couple de citoyens américains à la... Lire la suite

    Par  Autourdupuits
    CULTURE, LIVRES
  • La Brèche, de Christophe Lambert (W)

    Brèche, Christophe Lambert

    Voici le troisième roman que je vous propose dans le cadre du challenge organisé par Lhisbei : La Brèche, de Christophe Lambert. 2161, aux USA. Lire la suite

    Par  Acdehaenne
    CULTURE

A propos de l’auteur


Eden2010 52 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines