Magazine Afrique

La Sonara poursuit sa de modernisation

Publié le 22 juin 2011 par 237online @237online

Écrit par Cameroon Tribune   

Mercredi, 22 Juin 2011 18:07

éêéàéééàéééêééé
L'entreprise a signé une convention de prêt syndiqué de plus de 70 milliards de Fcfa avec un consortium de banques hier à Douala.
La Société nationale de raffinage (Sonara) poursuit son processus de modernisation entamé depuis avril 2010. Hier, à Douala, le directeur général, Charles Metouck a signé une convention de prêt syndiqué de l'ordre de 115 millions d'euros (un peu plus de 70 milliards de Fcfa) avec un consortium de banques camerounaises et de la sous-région Afrique centrale. Ce financement ne représente qu'une partie des besoins de la Sonara qui devrait obtenir, d'ici trois à quatre mois, la seconde partie du financement recherché auprès de banques en Occident.

Selon Charles Metouck, la Sonara a décidé, pour des raisons techniques et financières, de mener son projet de modernisation en deux phases. La première a démarré en avril 2010 et est actuellement réalisée à près de 60%. « Nous pensons qu'entre septembre et décembre 2012, la première phase de notre modernisation sera déjà en route. Elle consiste à augmenter la capacité de notre production. Nous allons passer de 2,1 à près de 4 millions de tonnes de traitement de brut par an. Et puisqu'on augmente les capacités, tous les appareils annexes doivent aussi être augmentés », explique Charles Metouck.

Dans la deuxième phase, la Sonara compte installer un microcrakeur et des unités périphériques qui permettront à cet outil de travailler. Le microcrakeur va traiter les bruts lourds, en particulier, ceux du Cameroun. « Ces bruts ont la particularité d'avoir beaucoup de résidus. Cet outil nous permettra de prendre les résidus, de les traiter, et au lieu de vendre des résidus, on vendra plutôt de nouveaux produits nobles tels que le gaz, l'essence, le gasoil, le pétrole lampant et le jet. Dans cette deuxième phase, on n'augmente plus les capacités, mais on améliore les conditions de travail, et donc, le rendement économique de notre raffinerie », révèle Charles Metouck. L'opération a été arrangée par Ecobank Development Corporation (EDC). Selon son DG, Jules Rolland Samain, «la Sonara est la plus grosse raffinerie de la Cemac. Son business-plan présenté pour le projet est viable et intéressant et lorsqu'on regarde les opportunités d'affaires de l'entreprise, on se rend compte que son chiffre d'affaires ira de plus en plus croissant », estime Jules Rolland Samain.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


237online 2277 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte