Magazine Culture

Vila-Matas, Paris ne fini jamais

Publié le 23 juin 2011 par Cardigan @onlyapartmentsF

Dans son roman de 2003, Paris ne fini jamais l’écrivain barcelonais Enrique Vila-Matas rend un étrange hommage à Marguerite Duras et à Ernest Hemingway et, au travers d’eux à la littérature en général, à une façon d’être dans le monde qui ne se comprend pas en marge des livres et des mots. Dans plus d’un sens il s’agit d’un roman d’éducation sentimentale, un livre qui relate les façons dont un jeune s’initie dans les chemins de la vie et de l’art.

vila-matas paris

Le titre du livre provient du dernier paragraphe du roman autobiographique d’Hemingway, A Moveable Feast, où l’écrivain américain dit de la capitale française que si on y a vécu c’est une ville qui ne fini jamais, à laquelle on fini toujours par retourner et toujours de façon différente selon chaque individu. Dans le cas d’Hemingway, comme dit la dernière phrase de son roman, domine le souvenir doré des années de sa jeunesse où il vécu à Paris très pauvre et très heureux.

Au souvenir lumineux d’Hemingway, Vila-Matas oppose ironiquement et mélancoliquement le sien, car lui aussi fut un jeune très pauvre à Paris mais à la différence du Prix Nobel aussi très malheureux et c’est cela qu’il se propose de nous raconter dans son livre. Les deux années dans lesquelles au début des années soixante-dix il fut très pauvre et très malheureux à Paris, à cause de son ignorance de comment procéder correctement dans la vie comme dans la littérature, domaine dans lesquels il se trouvait fermement installé dans un culte du noir, du nihiliste et du désespéré, synonyme irremplaçable, selon ce qu’il croyait à l’époque, de l’élégant et du distingué dans les deux terrains.

La vie d’action et incessantes fêtes d’Hemingway donne à Vila-Matas l’envie d’être écrivain (à ce sujet, le concours de doubles d’Hemingway qui ouvre le livre est hilarant), le problème arrive quand il prend conscience que pour être écrivain il faut écrire et bien si c’est possible. C’est alors qu’il demande conseil à Marguerite Duras, propriétaire de la mansarde où il vie et qu’il loue à un prix symbolique qu’il oublie toujours de payer. La réponse de la grande écrivaine française vient en forme de liste ou décalogue des choses qu’il faut faire quand on écrit un roman. Décalogue que Vila-Matas s’efforce d’interpréter et de suivre pour finaliser ce qui serait plus tard son premier roman, L’assassine illustré, dont il nous raconte dans son livre le processus de rédaction avec un sens de l’humour infaillible et pénétrant.

L’humour intelligent est une des grandes vertus d’un livre riche en anecdotes, réflexions et personnages qui fonctionne comme un roman autobiographique fictif (c’est seulement au moyen de la fiction que nous pouvons nous approximer à la vie de quelqu’un) qui contient d’amples espaces pour le lyrisme, la réflexion et l’essaie toujours autour du grand thème de la littérature et de sa particulière et tendue relation avec la vie.

Paul Oilzum Only-apartments Author
Paul Oilzum


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Enrique Vila-Matas, Dublinesca

    Enrique Vila-Matas, Dublinesca

    Cap au pire Éric Bonnargent « Le monde est très ennuyeux ou, ce qui revient au même, ce qui s’y passe est sans intérêt si un bon écrivain ne le raconte pas.... Lire la suite

    Par  Eric Bonnargent
    CULTURE, LIVRES
  • Antoni Casas Ros, Enrique Vila-Matas et moi

    Antoni Casas Ros, Enrique Vila-Matas

    Vila-CasasÉric Bonnargent Ce ne sont pas seulement les qualités littéraires du premier roman d’Antoni Casas Ros, Le Théorème d’Almodovar, qui ont occupé les... Lire la suite

    Par  Eric Bonnargent
    CULTURE, LIVRES
  • J’aime Paris…

    … et son métro sans escalator ni ascenseur, avec une valise de 25 kilo au bout du bras, les gens qui râlent et qui soufflent derrière moi car je ne monte pas le... Lire la suite

    Par  Tsilia
    CULTURE, LIVRES, SÉRIES
  • Enrique Vila-Matas, Chet Baker pense à son art

    Enrique Vila-Matas, Chet Baker pense

    Undead, undead, undeadÉric Bonnargent« Le thème a toujours été là », écrit le double d’Enrique Vila-Matas, un homme qui a laissé sa femme et ses enfants à Madri... Lire la suite

    Par  Eric Bonnargent
    CULTURE, LIVRES
  • Vila Rada - Nikola Sarcevic

    Vila Rada Nikola Sarcevic

    Coup de cœur Flash-back. Six ans en arrière. 2004. Commencement de la carrière solo de ce chanteur et bassiste, ex-membre du groupe Millencolin : Nikola... Lire la suite

    Par  Chroniquemusicale
    CULTURE, MUSIQUE
  • Art paris

    Si l'on cherche une comparaison culinaire, la Fiac, en octobre, c'est de la cuisine moléculaire, et Art Paris, en ce moment, du chou farci. Lire la suite

    Par  Artgalerie
    CULTURE
  • Minuit à Paris (Midnight in Paris)

    Minuit Paris (Midnight Paris)

    De : Woody Allen. Avec : Owen Wilson, Rachel McAdams, Marion Cotillard, Michael Sheen, Kathy Bates, Nina Arianda, Tom Hiddleston, Alison Pill, Corey Stoll,... Lire la suite

    Par  Cinephileamateur
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Cardigan 4102 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines