Magazine Médias

La fin de l’État-providence ne sera pas la fin du monde…

Publié le 23 juin 2011 par Copeau @Contrepoints

La fin de l’État-providence ne sera pas la fin du monde…
Le moment approche où, en même temps, bénéficiaires et payeurs de l’État-providence, vont se révolter, ensemble ou séparément.

Regardez ce qui se passe en Grèce.

Fonctionnaires, retraités et assistés refusent que l’on taille dans leurs salaires, retraites ou allocations. Ils disent : «ça suffit comme ça !». Ils ne se sentent en rien responsables des déficits publics décidés par des politiciens incompétents ou voleurs. On les comprend.

Mais les contribuables français ne veulent pas, bien sûr, non plus, payer pour les avantages sociaux des Grecs. C’est ce que disent 75% d’entre eux. Et encore, les autres s’imaginent-ils que l’argent donné tombera du ciel et ne sera pas pris dans leurs poches…

Demain, les Allemands refuseront de payer pour les Portugais ou les Espagnols. A fortiori pour les Français…

Ce qui se passe aujourd’hui en Grèce n’est qu’une répétition générale.

La seule issue – au delà du soutien abusif, qui est une faute, et qui ne peut pas durer longtemps – est le dépôt de bilan. Comme toujours, quand un débiteur ne peut pas faire face à ses obligations à court terme. Les créanciers, dans ce cas, se remboursent comme ils le peuvent, partiellement.

Mais tous ceux qui vivaient aux crochets de la collectivité sont furieux. Ils préfèrent la terreur à la remise en cause de leurs avantages. Veut-on s’y opposer ? Il faudra instaurer la tyrannie…

Jusqu’au moment où le gout de la liberté, qui n’abandonne jamais complètement le coeur des hommes, redeviendra le plus fort.

Tel est un scénario possible du prochain chapitre de la «crise».

Une page se tourne, sous nos yeux.

Ce ne sera pas la fin du monde. Seulement la fin de l’État-providence.

Car vous remarquerez que cette «crise» concerne avant tout l’ensemble de l’État-providence, y compris sa monnaie-unique-mondiale-en-papier. Tout cet ensemble oligarchique État/banques et finances.

Entrepreneurs, familles, contribuables, nous subissons. Pour l’instant…

Article repris avec l’aimable autorisation de l’auteur.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte