Magazine Politique

La licence low-cost de Valérie Pécresse

Publié le 23 juin 2011 par Monthubert

Education, recherche, culture Jeudi 23 Juin 2011 à 11:24

La "nouvelle licence" de Valérie Pécresse est une pseudo-réforme qui ne changera rien à la situation actuelle. La mesure phare - instaurer un minimum de 1500 heures en trois ans - est une provocation : 1500 heures, c'est ce qui existait déjà, en moyenne, il y a dix ans. 1500 heures, c'est le temps de formation en 18 mois de classe préparatoire ou de BTS. Le gouvernement laisse ainsi perdurer des inégalités lourdes entre les filières et n'apporte aucune solution face aux taux d'échecs catastrophiques en premier cycle à l'université ou face au contournement de cette voie par des étudiants de plus en plus nombreux.
En bloquant les créations d'emplois d'enseignants-chercheurs dans les universités, le gouvernement montre qu'il ne veut pas donner aux étudiants les moyens de leur réussite. Pour assurer des heures de cours supplémentaires, les Universités seront contraintes de recourir à des emplois précaires ou dévalorisés au détriment de la qualité de l'enseignement.
L'avenir de nos jeunes mérite un engagement autrement ambitieux. Le Parti Socialiste propose une réforme en profondeur de la licence : 25 heures d'enseignements minimum par semaine, un cadre national des diplômes renforcé et des évolutions pédagogiques indispensables - petits groupes plutôt qu'amphis surchargés, véritable pluridisciplinarité, accompagnement personnalisé par des enseignants... Il y mettra les moyens nécessaires, grâce notamment à un plan en faveur des emplois scientifiques.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Monthubert 5258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines