Magazine Séries

"Bryce Will Play" & "Train Wreck" (United States of Tara - 3.09/3.10)

Publié le 23 juin 2011 par Shoone

vlcsnap-2011-06-23-23h36m53s49.png

United States of Tara: 3.09/3.10 Bryce Will Play & Train Wreck

abc2stars


vlcsnap-2011-06-23-23h40m08s195
C'est un tour bien sombre qu'a pris cette saison 3 avec l'arrivée de Bryce Craine. Et les choses ne se sont pas arrangés, au fur et à mesure de la consolidation du personnage/alter. La toujours impressionnante interprétation de Toni Colette y a bien évidemment grandement contribué, tant elle est parvenue à vite maîtriser le registre inquiétant. Il s'agissait aussi d'ailleurs de donner davantage d'ampleur à la menace représentée par ce nouveau personnage. Le procédé est passsé  tout d'abord par la poursuite des meurtres des autres alters, ici les pauvres Gimmes et Shoshana qui ont servi à rendre l'alter plus spécial que les autres et à le faire apparaître comme un danger à prendre plus au sérieux. Et puis il y a eu le rejet des médicaments et plus important, l'attaque d'Hatteras qui ont consacré Bryce en antagoniste de choix. Malgré toute sa bonne volonté Hatteras n'a donc rien pu pour Tara et s'est retrouvé même sérieusement ébranlé par Bryce. Ce qui conclut la participation de Eddie Izzard à la série. Il aura énormément apporté à la narration ainsi qu'à Toni Colette avec qui il aura formé un excellent duo. Il aura en outre été ici très utile pour rendre non seulement compte de l'état critique de la santé mentale de Tara mais aussi de sa situation familiale. Ainsi Max semble plus que jamais désemparé devant les nouveaux problèmes de sa femme tandis que les enfants tentent désespérément de s'émanciper... et tout ça aboutit à une famille qui se désintègre peu à peu, ce qui vient encore appuyer l'ampleur prise par la menace Bryce qui assure donc la montée en puissance de la fin de saison.

Au milieu de toute cette folie ambiante, Charmaine et sa petite clique sont apparus comme une bouffée d'air frais, parfaite pour relâcher un minimum la pression. Oui, même la rencontre avec les mères du parc était sympathique, bien que peu inspirée. Rosemarie DeWitt a su y mettre l'émotion juste. En fait, Charmaine, Neil et Wheels ont prouvé pouvoir être une famille étonnament normale et surtout stable. Leur unité a même été renforcée par la volonté de Neil protéger Charmaine et Wheels de Tara après avoir confronté son nouvel alter Bryce. Le contraste avec Tara et sa famille est d'ailleurs assez intéressant. D'une part on a une dynamique qui se dégrade peu à peu, pendant que d'une autre part, on en a une qui se consolide. 

vlcsnap-2011-06-23-23h38m48s164
Le programme de Marshall a été plutôt chargé dernièrement entre l'aboutissement de son projet cinématographique et le deuil qu'il a dû traverser. Je suis un peu déçu par la première intrigue, après plusieurs épisodes de développements, je m'attendais à une meilleure conclusion. Là les choses ont été faites en catimini, éludant même complètement l'aspect compétition de l'histoire qui aurait pu ajouter une certaine teneur dramatique. Il y a eu quelques points positifs toutefois. Le passage à New York a apporté un peu d'exotisme et la découverte du film de Marshall a engendré un conflit intéressant entre père et fils. Dommage que la mort de Lionel soit immédiatement venue balayer tout ça. Le drame est tombé un peu comme un cheveu dans la soupe, mais n'en reste pas moins bien traité, avec beaucoup de pudeur et émotion. Keir Gilchrist a été très juste dans son interprétation, sa tristesse semblait authentique et non pas surjouée comme celle d'un certain Colfer. ça été l'occasion de bien décloisonner tous les personnages et de tous les réunir autour de Marshall qui est pour une fois un centre d'attention aussi important que sa mère.

Kate de son côté a poursuivi sa relation avec le père divorcé. Les deux se sont cherchés, trouvés puis re-cherchés mais globalement, ils nous ont fait surtout du surplace. Leur complicité n'en reste pas moins sympathique, mais voilà, l'avancée des choses est trop traditionnelle et monotone pour que ça suscite plus d'intérêt que ça. Par contre, en l'associant à Marshall que Kate est devenue immédiatement plus intéressante. L'amitié qu'elle et son frère partagent paraît toujours aussi authentique, et le soutien qu'elle est venu lui apporter dans son épreuve était très touchant. Sûrement, à mon avis, l'une des relations les plus attendrissante de la série.


En conclusion, United States of Tara fait méticuleusement entrer l'arc du trouble de Tara dans sa phase finale et celle-ci se promet explosive. L'antagoniste est tout trouvé, les enjeux fixés et les acteurs, au meilleur de leur forme. Mention spéciale à Eddie Izzard et Keir Gilchrist. Maintenant, il y a juste moi qui ne suis pas vraiment prêt à laisser les Gregsons partir.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Shoone 65 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines