Magazine Afrique

Cameroun football: Du feu dans la maison FECAFOOT

Publié le 24 juin 2011 par 237online @237online


Les divergences de plus en plus persistantes entre « coéquipiers » d’hier.   Que se passe-t-il à la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) ? La question est sur les lèvres des observateurs de la scène sportive depuis quelques semaines. Mercredi dernier, cette interrogation a encore pris une autre dimension avec la démission de Abdourahmane Amadou, jusque-là directeur de cabinet du président de la FECAFOOT, Iya Mohammed. Reversé au secrétariat général après la suppression du poste de directeur de cabinet qu’il occupait, Abdourahmane Amadou a interprété cette décision comme une « rupture de confiance ». Conséquence, il a présenté immédiatement sa démission au président de la FECAFOOT qui l’a acceptée.  Récemment lors de la dernière réunion du Comité exécutif de la FECAFOOT, des divergences avaient également éclaté au grand jour entre Iya Mohammed et David Mayebi, l’un des vice-présidents. Un accrochage verbal abondamment relayé. Le second reprochant au premier le manque de solidarité. En effet, réagissant à quelques plaintes des membres de l’Association des footballeurs camerounais (AFC) que préside David Mayebi, le président de la FECAFOOT avait décidé d’ouvrir une enquête sur la gestion de cette association. L’AFC bénéficie des subventions versées par la FECAFOOT. Une initiative que n’avait pas apprécié David Mayebi. Son entourage a même parlé d’un lâchage d’un autre élu et d’une « rupture de confiance ».  A l’étroit depuis le recrutement de Tombi à Roko comme secrétaire général, Abdourahamne Amadou a vu son pouvoir se rétrécir comme une peau de chagrin. Jusqu’à l’arrivée du SG, il était très influent, voire incontournable. En 2009, il avait, à ses dires, déjà voulu démissionner avant d’en être dissuadé par Iya Mohammed qui ne voulait pas ouvrir son mandat par une crise. En plus, il se murmure que Abdourahmane Amadou et David Mayebi digèreraient mal le fait que le président de la FECAFOOT ait transféré une bonne parcelle de pouvoirs à Alim Konaté, l’un de ses proches. Le président de la Ligue de football du Nord, membre du Comité exécutif de la fédération, est également président de la Commission marketing. Fonctions qu’il cumule avec celle de la commission des arbitres de la fédération !  Il est, par ailleurs, pressenti pour la présidence de la Ligue de football professionnelle pendant qu’une source proche des cercles de décision annonce le parrainage de la candidature de Abdourahmane Amadou à ce poste par d’autres acteurs. Les points de divergence entre le président de la FECAFOOT et ses anciens alliés d’hier sont donc nombreux. A la fédération, un cadre au secrétariat général banalise la démission de Abdourahmane Amadou et les états d’âme de David Mayebi. Au-delà de ces deux « cas », la presse fait état de la situation délicate dans laquelle se trouve Martin Etongue, chef de département des compétitions et Team Manager des Lions. Il est reproché à l’ancien journaliste sportif les collusions avec certains joueurs. Le climat est à la suspicion totale à Tsinga. Ambiance…  Assou Ekotto Excuses Himself  Of the three players summoned by the disciplinary committee, he is the only one who took an excuse to be absent.  Benoit Assou Ekotto yesterday failed to honour a summons, requesting him to report in front of the Fecafoot disciplinary committee alongside Samuel Eto’o and Alexandre Song. The Tottenham player reportedly wrote to the committee to complain of ill-health that made it impossible for him to be present. The other two, Alexandre Song and Samuel Eto’o were physically present. Alexandre song was the first to arrive at the Fecafoot headquarters in Tsinga at 11.09 a.m. amidst cheers from fans and sympathisers. Eto’o Fils arrived six minutes later in the company of his lawyer, Kaldjob under escort and amidst tight security.  Alexandre Song’s lawyer, Sebastien Song, disclosed after the close to an hour hearing that his client told the commission he did not hate Eto’o and that he refused to take his handshake because they had problems since the World Cup stating that salutation is not love.  Over a thousand-man-crowd turned out to witness the hearing prompting Fecafoot officials to restrict entry into the building. The police was also invited to control the heavy crowd that was present outside the premises obstructing traffic as they danced and chanted songs in support of Eto’o Fils. Some even brandished placards carrying messages such as “Thank you papa Eto’o, courage”, “Papa Eto’o you give us pleasure everyday” and “Eto’o, promoter of peace and reconciliation”. The chanting continued for the over 90 minutes that the Eto’o’s hearing lasted.  According to the officer in charge of international competitions at Fecafoot, Martin Etonge, the verdict of the disciplinary committee will only be made public in the days ahead after the committee must have deliberated on other issues related to the MTN Elite One and Elite Two championships.  Meanwhile, there has been a minute shake-up in the Fecafoot administration. Martin Etonge has been relieved of his duties as team manager of the Indomitable Lions but conserves his other function as head of international competitions. Whereas Abdurrahman resigned from the federation after having been relieved of his duties as chief of Iya Mohamed’s cabinet and put at the disposal of the Secretary General. The shake-up purportedly follows a high-level meeting between Fecafoot and the Ministry of Sports and Physical Education. Other changes are still being expected as football authorities try to restore order within the discipline.Les divergences de plus en plus persistantes entre « coéquipiers » d'hier.
Que se passe-t-il à la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) ? La question est sur les lèvres des observateurs de la scène sportive depuis quelques semaines. Mercredi dernier, cette interrogation a encore pris une autre dimension avec la démission de Abdourahmane Amadou, jusque-là directeur de cabinet du président de la FECAFOOT, Iya Mohammed. Reversé au secrétariat général après la suppression du poste de directeur de cabinet qu'il occupait, Abdourahmane Amadou a interprété cette décision comme une « rupture de confiance ». Conséquence, il a présenté immédiatement sa démission au président de la FECAFOOT qui l'a acceptée.

Récemment lors de la dernière réunion du Comité exécutif de la FECAFOOT, des divergences avaient également éclaté au grand jour entre Iya Mohammed et David Mayebi, l'un des vice-présidents. Un accrochage verbal abondamment relayé. Le second reprochant au premier le manque de solidarité. En effet, réagissant à quelques plaintes des membres de l'Association des footballeurs camerounais (AFC) que préside David Mayebi, le président de la FECAFOOT avait décidé d'ouvrir une enquête sur la gestion de cette association. L'AFC bénéficie des subventions versées par la FECAFOOT. Une initiative que n'avait pas apprécié David Mayebi. Son entourage a même parlé d'un lâchage d'un autre élu et d'une « rupture de confiance ».

A l'étroit depuis le recrutement de Tombi à Roko comme secrétaire général, Abdourahamne Amadou a vu son pouvoir se rétrécir comme une peau de chagrin. Jusqu'à l'arrivée du SG, il était très influent, voire incontournable. En 2009, il avait, à ses dires, déjà voulu démissionner avant d'en être dissuadé par Iya Mohammed qui ne voulait pas ouvrir son mandat par une crise. En plus, il se murmure que Abdourahmane Amadou et David Mayebi digèreraient mal le fait que le président de la FECAFOOT ait transféré une bonne parcelle de pouvoirs à Alim Konaté, l'un de ses proches. Le président de la Ligue de football du Nord, membre du Comité exécutif de la fédération, est également président de la Commission marketing. Fonctions qu'il cumule avec celle de la commission des arbitres de la fédération !

Il est, par ailleurs, pressenti pour la présidence de la Ligue de football professionnelle pendant qu'une source proche des cercles de décision annonce le parrainage de la candidature de Abdourahmane Amadou à ce poste par d'autres acteurs. Les points de divergence entre le président de la FECAFOOT et ses anciens alliés d'hier sont donc nombreux. A la fédération, un cadre au secrétariat général banalise la démission de Abdourahmane Amadou et les états d'âme de David Mayebi. Au-delà de ces deux « cas », la presse fait état de la situation délicate dans laquelle se trouve Martin Etongue, chef de département des compétitions et Team Manager des Lions. Il est reproché à l'ancien journaliste sportif les collusions avec certains joueurs. Le climat est à la suspicion totale à Tsinga. Ambiance...

Assou Ekotto Excuses Himself

Of the three players summoned by the disciplinary committee, he is the only one who took an excuse to be absent.

Benoit Assou Ekotto yesterday failed to honour a summons, requesting him to report in front of the Fecafoot disciplinary committee alongside Samuel Eto'o and Alexandre Song. The Tottenham player reportedly wrote to the committee to complain of ill-health that made it impossible for him to be present. The other two, Alexandre Song and Samuel Eto'o were physically present. Alexandre song was the first to arrive at the Fecafoot headquarters in Tsinga at 11.09 a.m. amidst cheers from fans and sympathisers. Eto'o Fils arrived six minutes later in the company of his lawyer, Kaldjob under escort and amidst tight security.

Alexandre Song's lawyer, Sebastien Song, disclosed after the close to an hour hearing that his client told the commission he did not hate Eto'o and that he refused to take his handshake because they had problems since the World Cup stating that salutation is not love.

Over a thousand-man-crowd turned out to witness the hearing prompting Fecafoot officials to restrict entry into the building. The police was also invited to control the heavy crowd that was present outside the premises obstructing traffic as they danced and chanted songs in support of Eto'o Fils. Some even brandished placards carrying messages such as "Thank you papa Eto'o, courage", "Papa Eto'o you give us pleasure everyday" and "Eto'o, promoter of peace and reconciliation". The chanting continued for the over 90 minutes that the Eto'o's hearing lasted.

According to the officer in charge of international competitions at Fecafoot, Martin Etonge, the verdict of the disciplinary committee will only be made public in the days ahead after the committee must have deliberated on other issues related to the MTN Elite One and Elite Two championships.

Meanwhile, there has been a minute shake-up in the Fecafoot administration. Martin Etonge has been relieved of his duties as team manager of the Indomitable Lions but conserves his other function as head of international competitions. Whereas Abdurrahman resigned from the federation after having been relieved of his duties as chief of Iya Mohamed's cabinet and put at the disposal of the Secretary General. The shake-up purportedly follows a high-level meeting between Fecafoot and the Ministry of Sports and Physical Education. Other changes are still being expected as football authorities try to restore order within the discipline.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


237online 2277 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte