Magazine Bons plans

Gilbert et Sullivan: The pirates of Penzance au Theater-am-Gärtnerplatz

Publié le 24 juin 2011 par Luclebelge

Gilbert et Sullivan
Gilbert et Sullivan: The pirates of Penzance au Theater-am-Gärtnerplatz Gilbert et Sullivan: The pirates of Penzance au Theater-am-Gärtnerplatz
Sir W.S. Gilbert et Sir Arthur Sullivan, des anglais de l'époque victorienne, ont travaillé de concert pendant à peu près vingt-cinq ans dans la seconde moitié du 19ème siècle et ont produit ensemble 14 opéras comiques. C'est sans doute ce qui a fait que leurs noms sont restés indissociables, malgré que leur relation a pris fin sur des dissensions qui se sont soldées par une rupture totale.
William Schwenk Gilbert est le librettiste, un écrivain qui a développé une méthode d'écriture appelée le topsy-turvy (sens dessus-dessous), qui consiste à partir d'une situation ou d'une anecdote invraisemblable et de développer tout l'absurde qui peut en découler, avec un goût prononcé pour la bizarrerie. C'est le producteur Richard D'Oyly Carte qui lui fait rencontrer le compositeur Arthur Sullivan, qui avait jusque là suivi une formation très classique de musicien à la Royal Academy of Music  de Londres ainsi qu'à Leipzig . Au début, les deux compères s'inscrivent dans la tradition d'Offenbach, mais ils développeront bien vite leur style particulier basé sur le non-sense, sur l'absurde. Une forme d'humour à l'anglaise qui correspond bien à l'époque victorienne et qui se coule facilement dans des musiques légères d'opérettes.
 

Fichier:1881 Savoy Theatre.jpg

Le Savoy Theatre en 1881

Leur travail est rapidement couronné de succès et D'Oyly Carte va construire spécialement pour leurs œuvres  le Savoy Theatre  en 1881 à Londres, sur le Strand. A cette époque, on s'est aussi mis à jouer leurs oeuvres à New York. Leurs euvres sont vite célèbres  de part et d'autre de l'Atlantique. The Pirates of Penzance est un triomphe en 1879 tant à Londres qu'à New York.
Mais par la suite la relation entre les trois hommes connaîtra des difficultés de plus en plus grandes, conflits d'intérêts et de personnalités. Ils arrêtent de collaborer en 1896 et ne se parleront plus après 1898.
The Pirates of Penzance 
Avec The Mikado et HMS Pinafore, The Pirates est l’œuvre la plus représentée de Gilbert et Sullivan.  La première de The Pirates eut lieu à New-York.
 Le personnage principal, Frédéric, est devenu pirate parce que sa gouvernante, à moitié sourde, a mal compris les ordres du père de Frédéric : il voulait en faire un soldat ( en anglais, a private), mais la gouvernante de Frédéric, à qui son père a confié son éducation, est sourde comme un pot et a compris qu'il fallait en faire un pirate (en anglais, a pirate).  Frédéric qui est élevé par des pirates aux coeurs sensibles n’a connu jusqu’à sa majorité qu’une seule femme, sa gouvernante. De son côté, la gouvernante s'est éprise de Frédéric et veut s'en faire épouser. Mais Frédéric, qui la trouvait belle,  voit pour la première fois d’autres femmes qui se promènent sur la grève et la gouvernante ne résiste pas à la confrontation, il la rejette...  Bien sûr toutes ces jeunes filles tombent amoureuses des pirates, des hommes incapables en fait de faire du mal à une mouche, et surtout pas à un orphelin: il suffit de prétendre ne pas avoir connu ses parents pour qu'ils rangent leurs crochets et leurs sabres. Le second acte est à l'avenant et oppose une troupe de policiers à la troupe des pirates. Un peu tout et n'importe quoi donc.
La version du Theater-am-Gärtnerplatz

Holger Seitz nous donne une version endiablée de l'opérette de Gilbert et Sullivan, servie par la fougue et l'enthousiasme qui sont la marque de fabrique du Theater-am-Gärtnerplatz. Les pirates de pacotille ne sont à aucun moment dangereux comme ceux du capitaine Crochet qui poursuit Peter Pan, même s'ils semblent issus d'un dessin animé ou descendus d'un bâteau tout droit inspiré des Playmobile, ces jouets qu'affectionnent tant les enfants d'aujourd'hui, et peut-être aussi leurs parents...On est dans le monde du carton-pâte dont Herbert Buckmiller fait un abondant usage pour les décors, avec un clin d'oeil constant au public: ainsi la mer est-elle représentée par un simple bout de tissu bleu vif maladroitement soulevé par une soufflerie. La mise en scène et les décors confirment bien que tout cela n'est qu'un jeu bouffon, rien n'est ici réel.
Et la machine mise en place fonctionne bien: Seitz fait déplacer ses trois troupes, les pirates, les femmes et les policiers, comme des petits soldats, tout ce petit monde marche au pas sur la musique de fanfare de Sullivan jusqu'au happy end à l'anglaise. Un immense drapeau britannique descend sur la scène. L'Angleterre victorienne et la morale, qui n'a jamais été menacée d'ailleurs,  sont sauves.
L'oeuvre et facile et conviendra bien aux familles. On peut y emmener ses enfants petits et grands qui ne seront pas dépaysés de retrouver sur scène leurs joujoux préférés. Dans le cas des Pirates de Penzance, c'est une excellente idée d'avoir donné une version allemande, tout le monde comprend et on rit beaucoup aux parties parlées. La facilité de l'écriture musicale ne déconcertera personne: cette opérette est comme l'aube de la comédie musicale. Les choeurs dirigés par Jörn Hinnerk Andersen s'en donnent à ...coeur joie! La performance de Tilmann Unger est très remarquée, Rita Kapfhammer joue bien les gouvernantes amoureuses. Heike Suzanne Daum emporte la palme de la soirée dans le rôle de Mabel, la jeune fille que Frédéric trouve tellement à son goût. Le Général Major Stanley de Dirk Lohr présente des faiblesses de diction et s'emmêle les pinceaux dans la rapidité d'un discours à peine chanté, mais le rôle est secondaire et les liesses chorales le font vite oublier.
Une soirée dont on se doute qu'elle ne remet rien en question et qui se déroule dans la bonne humeur et la convivilaité munichoises.
A voir encore les 2, 15 et 23 juillet. pour réserver, cliquer ici puis sur la date souhaitée en bas de page (Karten bestellen)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Luclebelge 24292 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte