Magazine Info Locale

Les produits sans OGM doivent-ils être labellisés ?

Publié le 24 juin 2011 par Seb322 @nordbretagne
« Il n'y a pas d'avenir pour les OGM » pour Jean Yves Griot, membre du réseau cohérence. © FNE « Il n'y a pas d'avenir pour les OGM » pour Jean Yves Griot, membre du réseau cohérence. © FNE L'Agrocampus de Rennes était le théâtre, le 15 Juin dernier, d'un colloque organisé par la région Bretagne sur le thème de « l'alimentation animale sans OGM et la filière de qualité ».
Décideurs étrangers, industriels, agriculteurs et scientifiques étaient invités à débattre sur ce sujet sensible dans la première région agricole française.
Parmi les points abordés en l’absence remarquée de la FNSEA : la faisabilité d’une labellisation des produits d'origine animale dépourvus d’OGM. De quoi susciter le débat…

« Les produits d'origine animale ne bénéficient pas encore d'un étiquetage « sans OGM », a déploré Jean Yves Griot, administrateur du réseau cohérence, venu participer du récent colloque « l'alimentation animale sans OGM et la filière de qualité  », organisé par la Région Bretagne à l'Agrocampus Rennes (15 Juin). En effet, savoir si les produits animaux qu'ils achetent, ont été nourris ou non avec des OGM, n'est pas chose facile pour les consommateurs, notamment en l'absence de label garantissant ce choix. 
« Alors qu'en Allemagne, en Autriche comme en Italie, souffle Jean Yves Griot, c'est déjà le cas ». Un retard breton face aux engagement de nos voisins européens qui inquiète cet ancien agriculteur. « La Bretagne aurait grand intérêt à passer à une production sans OGM », remarque t-il. « Aujourd'hui il y a la nécessité de se repositionner sur des critères de qualité car le marché européen reste très concurrentiel ».

"41% de plus valie pour une ferme sans OGM"

Cette question sensible des OGM concerne également la grande distribution, invitée elle aussi à s'exprimer, lors du colloque de mercredi dernier. « Depuis 1996, nous sommes engagés avec nos partenaires (la COOPERL  notamment), dans une démarche de bannissement des OGM pour les produits de marque Carrefour, explique Lionel Désencé, Directeur de la Qualité du leader français de la grande distribution. Mais, alors que cette initiative représente un surcoût de l'ordre de 10 %, selon lui, « nous ne pouvons pas encore les valoriser par un label », regrette-t-il.


De fait, fes professionnels du secteur s'organisent, pour pallier à ce manque de mobilisation au niveau politique. « Notre objectif est de créer une filière de valorisation d'un lait herbager sans OGM », clame ainsi le Cedapa, association de paysans en agriculture durable, par la voix de Patrick, l'un de ses représentants venu réagir lors de cette manifestation publique. Et pour ceux qui pensent que le recours aux OGM reste un vecteur de bénéfices plus importants, il leur répond : « mon exploitation, basée majoritairement sur une alimentation herbagère sans OGM, dégage 41% de plus value par rapport à une exploitation conventionnelle ». De quoi faire réfléchir les ardents défenseurs des OGM...


Un article réalisé par Nathanaël Fattier pour notre partenaire Bretagne Durable, www.bretagne-durable.info

 

Y a-t-il des OGM dans les produits porteurs du logo Produit en Bretagne ?



Voilà la question que nous avons posé au réseau Produit en Bretagne, suite à la réaction du réseau Cohérence et de plusieurs associations anti-OGM, demandant à Produit en Bretagne des éclaircissements quant à sa position sur cette question délicate des animaux nourris aux OGM.
 

La réponse de Produit en Bretagne : "Dans le domaine des OGM, les choix sont laissés à l’initiative de nos membres. Tel de nos adhérents,  utilise beaucoup de soja et met en œuvre exclusivement du soja d’origine France, donc sans OGM. Tel autre, devant l’impossibilité de garantir de façon absolument certaine l’absence de trace d’OGM dans le produit fini (étant donnée la longueur et la complexité des circuits d’approvisionnements en ingrédients), préfère s’en tenir aux textes règlementaires, faute de mieux.
Nous comprenons l’engagement des organismes qui œuvrent aujourd’hui pour la suppression de ces produits et le respectons. Le nôtre est avant tout orienté vers le développement de l’emploi en Bretagne. L’essentiel de notre énergie est consacrée à ce combat. C’est pourquoi, dans l’immédiat, nous nous situons dans le strict respect de la réglementation française et européenne sur la question des OGM.
Nous suivrons néanmoins avec une attention redoublée les prochains développements du savoir et de la législation sur ce sujet, car il est toujours d’importance pour Produit en Bretagne que les entreprises membres conservent leur avance et réaffirment sans cesse leur esprit responsable en matière de développement territorial durable. "
 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Seb322 29401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine