Magazine Cinéma

[Critique DVD] La jument verte

Par Gicquel

Il y a le roman de Marcel Aymé , c’est une évidence. Mais l’adaptation de Claude Autant-Lara, bien que datée par ses couleurs et sa mise en scène  démonstratrice, demeure à mes yeux une séance de cinéma de première importance. On y (re)découvre un demi-siècle après, une page de notre histoire de France, les mœurs et coutumes de nos campagnes du début du XX è siècle, et les prémices d’un monde en chamboulement.

Il y a plusieurs récits dans cette aventure (on peut imaginer le film en saynètes) qui grosso modo raconte une querelle de clochers à Claquebue entre cléricaux et républicains, à travers  deux familles qui se font la gueule pour des raisons quasi ancestrales.

Cliquer ici pour voir la vidéo.

La jument verte que possèdent les Haudouin pourrait en être la cause principale mais allez savoir ,quand  ,autour du phénomène canin, on se bat comme des chiffonniers pour magouiller à la mairie, tandis que les femmes sont l’objet de comportements salaces et sexistes. Le harcèlement sexuel à cette époque était à la fois monnaie courante et monnaie d’échange.

Le plus étonnant aujourd’hui à l’heure du massage des pieds municipal, c’est que Claude Autant-Lara nous rapporte de telles scènes avec une truculence bonhomme, un bon sens populaire égal à celui qu’affiche les paysans de Claquebue.

Toutes les séquences ne sont pas  du même acabit, et le ton général est plutôt rigolo, un peu à la façon de «  Jour de fête ». Mais à la différence de Jacques Tati , Claude Autant-Lara s’engage politiquement et socialement dans cette peinture de la France profonde, trouvant en Marcel Aymé le partenaire idéal « pour faire voler en éclats les apparences », selon son biographe, Michèle Lécureur.

[Critique DVD] La jument verte
Des scènes à la Tati

L’autre surprise et bonheur de ce film c’est de découvrir un Bourvil gaillard et trousseur de jupons, qui joue son rôle avec la drôlerie que l’on lui connaît mais tout aussi malin quand il s’agit de ruser avec le voisin. Ce qui nous donne des scènes jubilatoires, en compagnie d’un facteur tout aussi bien interprété par Julien Carette .

Les suppléments

«  La jument verte, une épopée rabelaisienne » de Dominique Maillet (28 mn)

Freddy Buache, l’ami de Claude Autant-Lara et ancien directeur de la cinémathèque Suisse rappelle la ligne de conduite iconoclaste du réalisateur pour qui «  le cinéma devait jouer un rôle et pas uniquement un spectacle. Ca devait alors impressionner, voire scandaliser ». Une allusion aux réactions de la fraction conservatrice et catholique des années soixante qui s’opposa au film de la même façon que pour «  Le blé en herbe » .

[Critique DVD] La jument verte

Des scènes polissonnes dont le film raffole

A l’image de Marcel Aymé dont son biographe Michel Lécureur souligne «  son refus de l’ordre établi » pour Claude Autant-Lara le cinéma était « une mise en question des valeurs d’une société qu’il n’aimait pas ». Sur la genèse du film on apprend que le romancier ne souhaitait pas voir  Bourvil au générique, mais le réalisateur «  n’en fit qu’à sa tête ». Heureusement pour nous.

Un réalisateur montré du doigt par Valérie Lagrange , qui avec ses dix-sept ans de l’époque jouait la fille de Bourvil. Elle garde un souvenir cuisant du tournage : «  avec moi il était vulgaire, me traitait de pute et de salope quand je ratais une scène. Il me stressait et chaque matin j’arrivais sur le plateau la peur au ventre. Mais une fois que le film fut terminé et un succès, lors de la tournée en France il était comme un papa gâteau ».


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • [Critique DVD] Hors la loi

    [Critique DVD] Hors

    « Indigènes » ne m’a pas laissé un grand souvenir, sinon celui d’un film très démonstratif , qui semblait réciter une leçon parfaitement écrite sur un scénario... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique dvd] The housemaid

    [Critique dvd] housemaid

    C’est le remake d’un film que je n’ai pas vu : « Hanyo » de Ki-young Kim ( titre français » La servante » ) tourné en 1960. La date importe car un demi-siècle... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique dvd] Edward II

    [Critique dvd] Edward

    LA PIÈCE DE CHRISTOPHER MARLOWE REVUE EN TRAGÉDIE PUNK ET BLASON DE LA RÉSISTANCE GAY EDWARD II de Derek JARMAN, avec Steven WADDINGTON, Andrew TIERNAN, Tilda... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CONSO, CULTURE
  • [Critique DVD] Le traître

    [Critique DVD] traître

    « Le Traître » , sous titré Ballade à Sarajevo/19 infirmières et un Marin, avec Serge Gainsbourg dans le rôle du pompon, et Birkin au bout de la seringue .... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique DVD] Love ranch

    [Critique DVD] Love ranch

    Comme tous les meilleurs joueurs du monde ne formeront pas l’équipe parfaite, on peut rater son film en affichant un casting de rêve. Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique DVD ] Submarino

    [Critique Submarino

    Sortie cinéma :le 1er septembre De la part du réalisateur de « Festen » on ne peut s’empêcher de penser à ce film magnifique, âpre et sans concession sur la... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • [Critique DVD] L’heure du crime

    [Critique DVD] L’heure crime

    Giuseppe Capotondi connaît ses classiques. Au moins ceux de Mr Hitchcock. Il n’est pas le seul, mais dans la foultitude, il s’en tire plutôt bien, ajoutant aux... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Gicquel 940 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines