Magazine Société

L’argument écologique peut-il seul justifier la vente des sacs d’emballage ?

Publié le 26 juin 2011 par Papyrus1217

« Voulez- vous un sac, Monsieur ? » - m’a-t-on récemment demandé dans un kiosque où j’achetais un magazine. « Voulez- vous un sac »…c’est, certes, là une question que l’on entend de plus en plus rarement.

En effet, les sacs d’emballage réutilisables, qu’ils soient en plastique ou en papier, accompagnent de moins en moins nos achats. La demande de paquet cadeau même pour envelopper un objet de valeur risque de provoquer la légère impatience du vendeur (de la vendeuse) voire vous coûter son regard interrogateur où se lit un : « Quoi ? Seriez- vous encore dans l’abus écologique ? » Ou : « Adhérez-vous vraiment toujours à ce qu’il y a de plus superflu dans cette société de consommation ? ».

Si nous exagérons largement ici la réaction des vendeurs, c’est pour essayer de mieux rendre compte des deux des raisons qui ont amené la totale disgrâce actuelle du sac d’emballage : la raison écologique et, plus tacite mais tout aussi insistante, cette raison d’ordre éthique qui fait de l’emballage le caprice coupable d’une société riche et trop attachée au luxe superficiel.

Il fut pourtant un temps – et il n’est guère encore si éloigné de nous ! - où les commerces rivalisaient en la préparation de beaux paquets cadeaux et dans l’offre de sacs de solution originale et esthétique et surtout multifonctionnelle. Ayant une fois accompli leur tâche principale d’accompagner le produit avec lequel ils étaient vendus, ceux-ci entamaient une existence indépendante et attendaient à se voir assigner de nouvelles missions.

Aujourd’hui des motifs écologiques, éthico- civils et avant tout émotionnels, tentent de culpabiliser et finalement de marginaliser toute une production et tout un secteur d’industrie ! Il me semble pourtant qu’il faut rester optimiste. A cette intrusion déjà très marquée de motivations extra- économiques dans le domaine de l’économie, il y a un puissant argument de marché qui peut encore être opposé.

En effet, ayant au départ contribué à la disgrâce des sacs d’emballage, cet argument peut, dans un sens inverse, créditer de nouveau leur production et leur distribution. Je parle, bien évidemment, de la nécessité de faire renaître l’intérêt économique de la production des sacs aujourd’hui tant incriminés.

Distribués gratuitement, ces sacs  ne motivaient plus l’initiative des producteurs. Mais la dictature de la gratuité et de ce semblant de générosité qui accompagnaient la distribution libre de l’emballage des décennies entières étaient telles que producteurs, investisseurs et distributeurs n’osaient plus reconnaître la nature purement économique de leur désintéressement à ce type d’industrie. Et ils n’osaient plus demander un prix.

Le résultat a été que l’on a laissé s’exprimer des motivations non- économiques qui, relevant de l’ordre d’un idéalisme éthico- civil et élevant comme modèle l’acheteur éclairé renonçant fièrement au futile et nocif emballage, est venue supplanter ce que de tout temps a été le moteur même de l’économie du marché – la demande.

A signaler que la demande des sacs d’emballage, quant à elle, subsiste bel et bien même si l’on a tendance à l’ignorer si royalement. Mais elle aussi doit s’exprimer plus clairement et articuler avant tout un certain engagement de la part du client. Tant que celui-ci s’attachera à la parfaite gratuité de l’emballage, l’offre et la demande maintiendront un dialogue de sourds qui n’engendrera rien de fructueux.

En un mot – les produits d’emballage doivent cesser d’être gratuits et doivent à leur tour recevoir un prix. Après un parcours bien paradoxal où à une première vocation qui au 19-ème et début 20-ème siècle le destinait uniquement à une clientèle restreinte et privilégiée et intégrait son coût dans les prix exorbitants de marchandises très luxueuses, a succédé, dans un deuxième temps et dès les années 60, le phénomène contraire, à savoir le basculement dans la parfaite gratuité et universalité, il semble qu’il est grand temps pour le sac d’emballage de se fixer dans un milieu juste et raisonnable. Ce qui veut dire recevoir un prix; un prix certes petit mais faisant de cet emballage une marchandise à part entière que certains clients vont choisir d’acheter et que d’autres, pourquoi pas, vont ignorer.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine