Magazine Afrique

Les médias sollicités pour la promotion de la destination Cameroun

Publié le 26 juin 2011 par 237online @237online


Après cinq jours de formation sur la communication touristique, les journalistes disposent désormais des informations utiles et nécessaires pour vendre l’image de leur pays.  Le tourisme est l’une des filières retenues par le gouvernement comme porteuse de croissance. Il bénéficie d’ailleurs, avec le bois, dans le cadre du projet de compétitivité des filières de croissance, d’un financement de 15 milliards de F de la Banque mondiale pour son développement. Aujourd’hui, le tourisme au Cameroun, c’est 572.729 visiteurs par an (faisant du pays une destination touristique), une contribution au produit intérieur brut (PIB) oscillant entre 2,5 et 3% et 151 guides touristiques. L’un des objectifs du ministère du Tourisme, c’est de porter la contribution de secteur au PIB de 2 à 8%. Equation réalisable si l’on s’en tient à une étude réalisée par le Cabinet LEAS. Selon ce cabinet, en effet, l’économie camerounaise gagnerait pour un million de touristes internationaux, 1.220 milliard de F, soit pratiquement la moitié du budget de l’Etat. Ces évaluations basées sur le fait qu’un touriste au Cameroun dépense en moyenne 1,2 million de F, pendant neuf jours maximum.  Pour atteindre ses objectifs, notamment celui de promouvoir l’image et la destination Cameroun, le ministère du Tourisme (Mintour), dans la stratégie mise en place, compte sur la presse nationale pour y parvenir. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’il a organisé un séminaire de cinq jours sur la communication touristique à l’intention des professionnels des médias avec le soutien de l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT) qui a participé à cette formation par la voix de l’un de ses experts, Sandra Carvao. Durant cinq jours, les journalistes ont reçu toutes les orientations nécessaires pour mieux vendre l’image du Cameroun dans leurs écrits. Des descentes sur des sites touristiques, à l’instar de celui d’Ebogo, dans le département du Nyong et So’o, région du Centre, ont également constitué une séquence de cette formation.  Désormais assez éclairés sur les questions liées au tourisme, les journalistes, au terme de leur formation vendredi dernier, ont formulé des recommandations au Mintour, dans le sens d’aider l’administration à atteindre ses objectifs. Il s’agit, entre autres, de la création d’un réseau de professionnels des médias sur la communication touristique, l’augmentation du budget alloué au ministère du Tourisme, la création d’un office national du tourisme et l’organisation d’un salon international du tourisme. Ils ont proposé qu’une formation similaire soit organisée cette fois à un niveau régional. Des propositions portées à l’attention du secrétaire général du Mintour, Florence Angeline Ngomo, qui présidait la cérémonie de clôture du séminaire. C’est désormais dans leurs écrits que les journalistes vont mettre en pratique les connaissances acquises.Après cinq jours de formation sur la communication touristique, les journalistes disposent désormais des informations utiles et nécessaires pour vendre l'image de leur pays.
Le tourisme est l'une des filières retenues par le gouvernement comme porteuse de croissance. Il bénéficie d'ailleurs, avec le bois, dans le cadre du projet de compétitivité des filières de croissance, d'un financement de 15 milliards de F de la Banque mondiale pour son développement. Aujourd'hui, le tourisme au Cameroun, c'est 572.729 visiteurs par an (faisant du pays une destination touristique), une contribution au produit intérieur brut (PIB) oscillant entre 2,5 et 3% et 151 guides touristiques. L'un des objectifs du ministère du Tourisme, c'est de porter la contribution de secteur au PIB de 2 à 8%. Equation réalisable si l'on s'en tient à une étude réalisée par le Cabinet LEAS. Selon ce cabinet, en effet, l'économie camerounaise gagnerait pour un million de touristes internationaux, 1.220 milliard de F, soit pratiquement la moitié du budget de l'Etat. Ces évaluations basées sur le fait qu'un touriste au Cameroun dépense en moyenne 1,2 million de F, pendant neuf jours maximum.

Pour atteindre ses objectifs, notamment celui de promouvoir l'image et la destination Cameroun, le ministère du Tourisme (Mintour), dans la stratégie mise en place, compte sur la presse nationale pour y parvenir. C'est d'ailleurs dans cette optique qu'il a organisé un séminaire de cinq jours sur la communication touristique à l'intention des professionnels des médias avec le soutien de l'Organisation mondiale du Tourisme (OMT) qui a participé à cette formation par la voix de l'un de ses experts, Sandra Carvao. Durant cinq jours, les journalistes ont reçu toutes les orientations nécessaires pour mieux vendre l'image du Cameroun dans leurs écrits. Des descentes sur des sites touristiques, à l'instar de celui d'Ebogo, dans le département du Nyong et So'o, région du Centre, ont également constitué une séquence de cette formation.

Désormais assez éclairés sur les questions liées au tourisme, les journalistes, au terme de leur formation vendredi dernier, ont formulé des recommandations au Mintour, dans le sens d'aider l'administration à atteindre ses objectifs. Il s'agit, entre autres, de la création d'un réseau de professionnels des médias sur la communication touristique, l'augmentation du budget alloué au ministère du Tourisme, la création d'un office national du tourisme et l'organisation d'un salon international du tourisme. Ils ont proposé qu'une formation similaire soit organisée cette fois à un niveau régional. Des propositions portées à l'attention du secrétaire général du Mintour, Florence Angeline Ngomo, qui présidait la cérémonie de clôture du séminaire. C'est désormais dans leurs écrits que les journalistes vont mettre en pratique les connaissances acquises.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


237online 2277 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte