Magazine Médias

NOWHERE MAN : Regard critique sur la série (les X-Files-like, HS)

Publié le 26 juin 2011 par Hellknight @HellKNIGHT2010

Souvenez-vous, cette années, j’avais consacré une série de notes aux X-Files-like, ces séries créées afin de profiter du succès de la “création” de Chris Carter. Mais j’avais laissé de côté une excellente série, Nowhere Man.

nowhere man, l'homme de nulle part, bruce greenwood, conspiration, x-files, the prisoner, les envahisseurs, histoire des séries américaines, dean stockwell, carrie-ann moss, maria bello, megan gallagher, mark snow
De quoi ça parle ? (le pitch de la série) :  Thomas Veil, un journaliste de terrain, avait tout pour être heureux : une femme aimante, une vie tranquille, et du succès, puisqu’il commençait à exposer ses photos dans des galeries. Mais apparemment à cause d’une seule photo, l’Envers du Décor, sa vie bascula en quelques secondes : sa femme et ses amis ne le reconnaissent plus, ses comptes bancaires sont gelés, et sa vie lui est “volée”. Thomas Veil découvre qu’il est la victime d’une organisation tentaculaire bien décidée à récupérer les négatifs de ses photos. Il va lutter de toutes ses forces contre ses opresseurs, bien entendu, et tenter de récupérer sa vie…

Les raisons d’y jeter un oeil… ou pas ! (mon avis) :  La série fut diffusée un été sur Canal+ le midi, horaire consacré à l’époque à des séries de qualité. Du coup, je garderai toujours une tendresse particulière pour elle, bien entendu. Elle est l’oeuvre de Lawrence Hertzog, futur artisan de 24. Cette série propose 3 influences majeures, se rapproche de trois grandes séries ayant chacune marqué leur époque, et sont restées dans l’inconscient collectif : pour X-Files, il y a la Conspiration, mais aussi et surtout l’influence lourde et pesante de la musique de Mark Snow, qui se démarque peu ici de X-Files. Au mieux on pourra dire que Snow a tenté de donner la même “pesanteur”, la même ambiance angoissante, étrange, que dans X-Files, au pire on pourra dire qu’il ne s’est pas trop foulé en se recyclant lui-même. La seconde influence notable de la série est sans conteste la série The Prisoner : bien des clins-d’oeil sont adressés à la série-culte de Patrick McGoohan (avec par exemple un Thomas Veil capturé et conduit dans un mystérieux village, qui se verra attribuer… le Numéro 6 !!), avec des épisodes qui s’inspirent en partie des intrigues développées dans la série “carcérale”. Dans les 2 séries, un homme seul lutte pour son identité et sa liberté, contre une organisation dont on ne sait pas trop ce qu’elle veut exactement, au final. Dans les 2 cas, les personnages principaux ne peuvent faire confiance à personne, n’importe qui pouvant se révéler un traitre, un membre de l’organisation ennemie. Sauf que dans le cas de Nowhere Man, Thomas Veil n’est pas enfermé dans un lieu précis, mais c’est le monde qui est devenu un Village tout entier…

nowhere man, l'homme de nulle part, bruce greenwood, conspiration, x-files, the prisoner, les envahisseurs, histoire des séries américaines, dean stockwell, carrie-ann moss, maria bello, megan gallagher, mark snow
Ce qui nous conduit à la troisième influence : Les Envahisseurs, série qui développait une ambiance angoissante par la musique, et une Conspiration : la présence sur Terre d’extraterrestres infiltrés voulant nous conquérir à terme. Mais à la différence du Prisonnier, elle proposait un caractère itinérant, David Vincent étant amené à se déplacer de ville en ville, tout comme Thomas Veil. Tout comme dans les 3 séries ayant influencé Nowhere Man, un signe distinctif permet de reconnaître les membres de la Conspiration : un cigare percé au crayon d’une certaine manière avant d’être fumé permet d’identifier les ennemis. Du coup, la série rend un bien bel hommage à ces séries qui l’ont précédée, mais c’est en même temps un de ses défauts. A part le postulat de départ qui fait beaucoup pour la série, il n’y a rien de particulièrement neuf dans la série. De plus, la série souffre malheureusement de quelques défauts : un côté un peu cheap (est-ce dû à des problèmes de budget ?), qui passait à l’époque, mais dont la série souffre un peu, une réalisation peu inspirée et un peu “pauvre”, et des acteurs pas toujours charismatiques ou brillants pour les rôles secondaires. Heureusement, domine par son exceptionnelle interprétation Bruce Greenwood dans le rôle-titre, qui porte la série sur ses épaules.

En résumé :  Nowhere Man est véritablement à redécouvrir et à regarder, quand on est en mal de séries conspirationnistes, même s’il faut la replacer dans son contexte et pardonner les défauts dont elle fait preuve. Elle constitue un bel hommage à trois magnifiques séries à la suite desquelles elle s’inscrit, proposant une variation intéressante sur des thèmes connus.

Côté cast :  La femme de Thomas Veil, Alyson, est interprétée par Megan Gallagher, qui sera également la femme du personnage principal dans MillenniuM, et à joué les guest-stars dans bon nombre de séries TV. Au détour des épisodes, on croisera également Dean Stockwell (inoubliable Al Calavicci de Code Quantum), Maria Bello (le Dr Dellamico dans Urgences), Carrie-Ann Moss (vue dans la série FX, elle était la Trinity de Matrix), ou encore Dwight Schultz, le “looping” Murdock de The A-Team (L’Agence Tous Risques, en VF) et l’interprète de Reginald Barclay dans l’univers Star Trek.

nowhere man, l'homme de nulle part, bruce greenwood, conspiration, x-files, the prisoner, les envahisseurs, histoire des séries américaines, dean stockwell, carrie-ann moss, maria bello, megan gallagher, mark snow


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Hexe-files

    Hexe-files

    Quand j'étais ado... ah, c'est sûr, on parle d'une autre époque. C'était le XXe siècle. Mais quand j'étais ado, si on m'avait dit "tu es une sorcière avec des... Lire la suite

    Par  Ladytelephagy
    SÉRIES, TÉLÉVISION
  • Cinéma numérique. Regard Positif ?

    Cinéma numérique. Regard Positif

    .La revue mensuelle Positif consacre, dans son numéro de mai 2011, un dossier au cinéma numérique, à la fin de la pellicule photochimique ; dossier coordonné pa... Lire la suite

    Par  Fmariet
    MÉDIAS
  • True Blood - 4 x 02 " You smell like dinner"

    True Blood smell like dinner"

    Cette saison de true blood est bizarre, j'ai le sentiment qu'elle a une dynamique différentes des autres saison, c'est peut être parce-que je trouve que Sooki... Lire la suite

    Par  Tabboubix
    SÉRIES
  • Wikileaks : les Spy Files sont en ligne

    Wikileaks Files sont ligne

    Wikileaks, épaulé par OWNI, vient de publier aujourd'hui même les Spy Files, une liste de 1100 documents relatifs aux sociétés qui surveillent Internet. La... Lire la suite

    Par  Olivier Laurelli
    INTERNET, MÉDIAS
  • Un regard en arrière ...

    regard arrière

    Ces derniers jours je me suis retournée sur ma vie bloguesque... sur mes premiers mois de blog ... j'ai relu des articles, des commentaires, me suis surprise à... Lire la suite

    Par  Mamanathome
    CÔTÉ FEMMES, ENFANTS
  • Man Beast

    Beast

    genre: épouvanteannée: 1956durée: 1h05l'histoire: Connie Hayward organise une éxpédition afin de retrouver son frère, disparu depuis plusieurs jours dans les... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • Un dernier regard

    dernier regard

    de Susanna Moore1836. Henry, un haut dignitaire anglais est envoyé en mission diplomatique en Inde, où il restera gouverneur général jusqu'en 1842. Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Hellknight 118 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte