Magazine Politique

Des paroles et des actes

Publié le 27 juin 2011 par Xylophon

Jeudi soir, France 2 inaugurait une nouvelle émission politique:"Des paroles et des actes"

Postulat de départ un peu surprenant pour une émission politique où par définition les politiques promettent, minaudent, parfois mentent et surtout, de plus en plus, se vendent comme des produits marketing, entourés de leurs communiquants, préparés par des médias- training qui font aujourd'hui la richesse des agences de communications parisiennes.

Il n'est donc pas facile de faire original avec une émission politique.

Comment en effet trouver la forme d'une émission qui permette d'exprimer un point de vue sans rentrer non plus, soit dans une forme foire d'empoigne souvent inaudible pour le téléspectateur ou soit dans une grande messe à sens unique, comme pour lors des interviews présidentielles où le Président de la République a l'art de faire les questions et les réponses.

David Pujadas s'essayait ce jeudi donc à un exercice difficile et j'ai trouvé personnellement que cette émission était plutôt réussie.

Sur la forme d'abord, le découpage des interventions en séquences assez courtes (même si parfois le temps imparti n'était pas forcement respecté) donnait un rythme soutenu à l'émission.

Sur le fond ensuite, ces différents temps dans l'émission permettaient l'équilibre entre l'analyse et la contradiction:
-les journalistes spécialistes apportaient leur expertise sur des thématiques intéressant les français

-le débat autorisait le politique invité à avancer ses arguments

-enfin la dernière séquence rend possible une sorte de "rétrospective" de l'émission

La première politique a tester l’émission fut Marine Le Pen.

Assumant le populisme jusque dans le discours, Mme Le Pen fît une démonstration de ce qu'on savait déjà d'elle:

-capacité à nier en particulier sur les sujets sensibles le vrai positionnement du front national en particulier sur le passé d'un père dont les phrases prononcées donnent encore la nausée

-volonté de redonner la parole à un "peuple", peuple détenteur de la vérité selon la leader du front National et trahi par le système UMP/PS depuis 30 ans. Sa proposition de Référendum populaire n'a rien d'innovante et reste profondément démagogique. Une façon à nouveau d'exprimer son populisme: sur des questions comme la peine de mort ou les questions touchant au nucléaire, Marine Le Pen assumant peu ses choix politiques, a paru botter en touche.

-capacité donc globalement d'esquiver les questions dérangeantes de Cécile Duflot ou de ne répondre aux interpellations de Laurent Joffrain ou de Caroline Fourrest (je suis un peu plus partagée sur la question de l'invitation de cette dernière car le livre qu'elle a écrit sur Mme Le Pen forcément à charge a donné finalement peu de crédit à la présence de la contraductrice ce jeudi)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Xylophon 165 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines