Magazine Société

Le coût élevé de la santé « gratuite »

Publié le 27 juin 2011 par Lecriducontribuable

Taki's magazine

Cet article est paru initialement en anglais sur le site Taki’s Magazine.

Lorsque l’on remet certains mythes contemporains en question, on se sent très vite comme un Don Quichotte qui charge contre les moulins à vent. Néanmoins, il est temps aujourd’hui de détruire le mythe du National Health Service (NHS) britannique, donné en exemple par le président Obama, qui multiplie les mesures les plus imprudentes. Si le Royaume-Uni ne manque pas d’institutions dignes d’être imitées, le NHS n’en fait sûrement pas partie.

Cette administration soviétiforme est en odeur de sainteté auprès du grand public britannique. Il faut dire qu’elle a su avoir recours à tous les moyens possibles et imaginables afin de ne jamais être remise en cause. En effet, beaucoup de Britanniques endoctrinés semblent croire avec beaucoup de bonne foi que le recours à la médecine privée, même s’il permet d’éviter la souffrance ou la mort, est un acte de turpitude morale et de trahison. Si les soins médicaux ne sont pas « gratuits », clament ces individus désinformés et manipulés, « les pauvres mourront dans la rue comme des chiens errants ».

Seulement, le terme « soins médicaux gratuits » est tout simplement mensonger. Si l’on ne détourne pas le sens des mots à des fins idéologiques, « gratuit » signifie une chose pour laquelle on ne paie pas. Or, pour les partisans du NHS, « gratuit » désigne quelque chose de bien différent puisqu’ils admettent à contrecœur que quelqu’un doit bien payer pour tous ceux qui ont recours aux imageries à résonance magnétique (IRM) ou aux tomographies par émission de positons (TEP) « gratuitement ». De tels actes sont onéreux, et plus ils sont gérés inefficacement, plus ils reviennent cher. Si les patients ne paient pas directement leurs soins, ils les paient de façon détournée car l’État ne peut trouver l’argent que par l’impôt, l’emprunt et/ou la création monétaire, donc l’inflation.

Ainsi, la «médecine gratuite» signifie en réalité que le paiement des soins se fait par l’argent que l’individu verse à l’État, gestionnaire fou et maladroit.

Les États sont moins efficaces, plus lents, et généralement plus corrompus que les entreprises privées : on peut donc supposer que les mastectomies reviennent plus cher quand on les croit « gratuites », que si l’on les payait uniquement en cas de besoin. Le financement de la santé publique se fait au détriment de la gestion libre des ressources de chacun pour un service qui revient plus cher au patient.

Qui plus est, quand les Britanniques paient pour la médecine d’État, ils ne paient pas seulement pour les mastectomies et les scanners. Une proportion croissante de leur argent sert également à financer une bureaucratie de plus en plus nombreuse pour administrer « gratuitement » les soins médicaux, une chose pour laquelle l’on paierait moins si ceux-ci n’étaient pas faussement « gratuits ».

Il semblerait que cela ne dérange pas les citoyens d’outre-Manche de payer des impôts, ou du moins c’est ce qu’ils prétendent — tout comme les Soviétiques avaient l’habitude de clamer que cela ne les dérangeait pas de donner, sous peine d’emprisonnement, des sommes énormes en emprunts d’État qui n’ont jamais été remboursées. C’est un devoir patriotique de payer des impôts, mais seulement à un État qui poursuit des fins patriotiques. Sinon, cela devient un devoir moral de faire la grève de l’impôt, comme un acte de cette « désobéissance civile » dont se réclament bon nombre de fonctionnaires payés par le contribuable et jouissant de la sécurité de l’emploi.

Une croissance régulière de la médecine collectivisée équivaut à une spoliation toujours plus grande de la population par l’État. Dans ce processus, les soins médicaux « gratuits » représentent une proportion croissante de la richesse nationale et de la main-d’œuvre sous le contrôle de l’État, qui augmente ainsi son emprise sur l’individu, privé de son droit à choisir qui le soigne et dans quelles conditions. Les services « non payants », qui le sont de manière bien plus perverse qu’une simple transaction, privent ainsi les personnes de leur liberté.

Le NHS emploie déjà plus de trois fois plus de personnes que le plus gros employeur privé d’Europe.

En d’autres termes, « gratuit », en novlangue, signifie « servir l’Etat, et non pas le citoyen », pour un coût — rappelons-le, supérieur et une efficacité moindre.

Traduction et adaptation : Roman Bernard et Marion Messina


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lecriducontribuable 47178 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine