Magazine Santé

Et si l’EPILEPSIE ne tenait qu’à un seul gène? – Inserm-Annals of Neurology

Publié le 27 juin 2011 par Santelog @santelog

Et si l’EPILEPSIE ne tenait qu’à un seul gène? – Inserm-Annals of NeurologyUn gène clé, tel un interrupteur responsable de la transformation d'un cerveau sain en cerveau épileptique, c'est la découverte d'une équipe de l'Inserm associée à une équipe américaine. Ce seul gène, le Neuron Restrictive Silencing Factor (NRSF), une fois activé, viendrait contrôler l'expression de 1.800 autres gènes dont les dérèglements participeraient à la construction d'un cerveau épileptique. En empêchant l'activité de ce « gène interrupteur », les bénéfices thérapeutiques sont immédiats, du moins à ce stade chez les rats. Des travaux publiés dans l'édition de juin des Annals of Neurology.


L'épilepsie est la maladie neurologique la plus fréquente après la migraine. Elle touche 1-2 % de la population mondiale. L'épilepsie du lobe temporal (ELT) est la forme d'épilepsie la plus fréquente chez l'adulte et résistante à tout traitement pharmacologique dans 30 % des cas, rappelle Christophe Bernard, neurobiologiste et directeur de recherche à l'Inserm. Ces effets associés tels les déficits de mémoire et d'apprentissage, la dépression ou encore l'anxiété sont souvent considérés plus invalidants que les crises d'épilepsie elles-mêmes par les patients.


Des dizaines d'années peuvent s'écouler entre l'agression du cerveau responsable et l'apparition des premières crises. Cet intervalle libre pourrait permettre la mise en place de traitements préventifs sous condition de connaître les mécanismes responsables de la transformation du cerveau. L'agression initiale du cerveau conduit à une réorganisation des réseaux de neurones qui le composent et touche 1.800 gènes, nous explique l'Inserm.


Traiter en amont: Les chercheurs ont identifié un gène activé par l'agression initiale, et qui, une fois activé, a la capacité de contrôler l'expression de ces 1.800 autres gènes. Ce gène NRSF va recruter d'autres protéines qui vont empêcher la lecture de l'ADN au niveau de certains gènes, et donc empêcher la production des protéines codées par ces gènes. En captant et en fixant sur un modèle animal atteint d'épilepsie, la protéine NRSF produite, les chercheurs parviennent à empêcher son action sur ses gènes cibles, à restaurer l'expression des gènes bloqués par NRSF, à restaurer la production des protéines codées par ces gènes, et les fonctions assurées par ces protéines. Les chercheurs aboutissent ainsi à un ralentissement de la progression de l'épilepsie, une diminution du nombre de crises, et une restauration d'une activité cérébrale normale.


Cette recherche ouvre la voie à de nouveaux traitements préventifs chez les personnes à risque d'épilepsie.


Sources: D'après le communiqué de Christophe Bernard, neurobiologiste Inserm (Visuel), Annals of Neurology, juin 2011 DOI: 10.1002/ana.22479"NRSF-mediated HCN channelopathy in experimental temporal lobe epilepsy"


Et si l’EPILEPSIE ne tenait qu’à un seul gène? – Inserm-Annals of Neurology
Accéder aux dernières actualités sur l'Epilepsie, à l'Espace Neuro


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 62405 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine