Magazine Cinéma

Horribilis

Publié le 27 juin 2011 par Olivier Walmacq

horribilis

genre: horreur (interdit aux - 12 ans)
année: 2006
durée: 1h35

l'histoire: Au cours d'une virée d'un soir, Grant et sa maîtresse Brenda découvrent une masse gélatineuse d'origine extraterrestre. Grant est alors attaqué par la créature et se transforme peu à peu en un monstre difforme.

La critique d'Alice In Oliver:

En vérité, la trame d'Horribilis, réalisé par James Gunn en 2006, n'a rien de nouveau. En vérité, James Gunn vient fourrer son nez dans Night of the Creeps, de Fred Dekker, un film d'horreur avec des limaces.
Au niveau des influences, le scénario d'Horribilis évoque également Le Blob (la version de Chuck Russell) et surtout, The Deadly Spawn, soit l'histoire d'un extraterrestre monstrueux, venu se reproduire dans une baraque isolée, la créature étant alimentée par des limaces particulièrement voraces.

horribilis

Horribilis reprend peu ou prou la même histoire, la seule différence étant que le monstre parvient à contaminer presque tous les habitants d'une petite communauté. Clairement, James Gunn a été nourri par le cinéma bis. D'ailleurs, ce n'est pas un hasard, le cinéaste a signé quelques courts-métrages chez Troma.
En vérité, on peut voir James Gunn comme un élève de Lloyd Kaufman, biberonné par des productions telles que The Toxic Avenger.

Inutile alors de préciser que l'on attend avec impatience le premier vrai long-métrage de l'ami James Gunn. Malheureusement, Horribilis est pour le moins décevant, déjà par le fait que cette production n'apporte rien de nouveau.
Certes, le film de James Gunn possède une certaine folie. Toutefois, le concept aurait mérité une meilleure exploitation.

horribilis_img4

Par exemple, les acteurs se contentent de cabotiner, à l'image de Michael Rooker, qui se retrouve sous le costume gélatineux et gluant de la créature de service. En vérité, le plus gros défaut d'Horribilis réside dans incapacité à se débarrasser de ses références. Certes, on relèvera quelques bonnes idées.
Mais dans l'ensemble, le scénario est bien trop prévisible pour susciter totalement l'adhésion. Ensuite, Horribilis a bien du mal à instaurer un climat de terreur. Ca reste avant tout un film d'horreur comique, jouant volontier la carte de la parodie. Inutile alors de le comparer au Blob, qui parvenait à mélanger habilement humour et tension. Toutefois, les amateurs du cinéma bis devraient trouver leur compte.

Note: 11/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Wish You Were Here - David Leland (1987)

    Wish Were Here David Leland (1987)

    Âgée de tout juste 16 ans, Lynda Mansell joue la provocatrice dans son petit bourg de bord de mer britannique des années 1950. Lire la suite

    Par  Just1
    CINÉMA, CULTURE
  • Les gardiens de la galaxie - 7,5/10

    gardiens galaxie 7,5/10

    Un film de James Gunn (2014 - USA, UK) avec Chris Pratt, Zoe Saldana, Michael Rooker, Karen Gillan, Dave Bautista, Lee Pace, Benicio Del Toro, John C. Reilly,... Lire la suite

    Par  Aelezig
    CINÉMA, CULTURE
  • Shining - The Shining, Stanley Kubrick (1980)

    Shining Shining, Stanley Kubrick (1980)

    Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Danny, qui possède un don de médium,... Lire la suite

    Par  Just1
    CINÉMA, CULTURE
  • L.A. Takedown

    L.A. Takedown

    Avant de commencer mon cycle consacré à Michael Mann, je n'avais jamais entendu parler de "L.A. Takedown". Pourtant, une fois que j'ai su que c'était le téléfil... Lire la suite

    Par  Cinephileamateur
    CINÉMA, CULTURE
  • Dragon Rouge (Red Dragon)

    Dragon Rouge (Red Dragon)

    "Nos cicatrices ont le mérite de nous rappeler que le passé n’a pas été qu’un rêve." Avant de reprendre mon cycle consacré à Michael Mann, j'ai envie de finir... Lire la suite

    Par  Cinephileamateur
    CINÉMA, CULTURE
  • [critique] marvel : phase 2

    [critique] marvel phase

    La phase 1 de l’Univers Cinématographique Marvel s’étant brillamment achevée avec Avengers de Joss Whedon, place à la Phase 2. Lire la suite

    Par  Djack17
    CINÉMA, CULTURE
  • MOVIE | Passengers : Notre critique !

    MOVIE Passengers Notre critique

    Rédigé par Pravine Barady Le dernier gros blockbuster de l’année 2016 s’intitule Passengers, et il met en avant deux grandes stars : Chris Pratt, notre célèbre... Lire la suite

    Par  Addictedtoseries
    CINÉMA

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine