Magazine

Question d'équilibre?

Publié le 28 juin 2011 par Pjjp44
Question d'équilibre?Héros héros petit, pas ta peau
.../..."Les hommes, les groupes d'hommes s'affrontent. Pour la possession d'une terre, pour l'affirmation d'une opinion, pour la gloire, pour leur Dieu, ils se défient. L'essentiel de l'histoire de l'humanité, telle que nous l'apprenons à l'école, est constitué de ces oppositions. Chez les animaux, le plus souvent, le défi n'entraîne pas le conflit; l'un emporte et l'autre capitule sans combat, ou après un simulacre de combat qui s'achève sans trop de dommages pour les adversaires. Les hommes, eux, croient nécessaire d'aller au terme de leurs menaces, il y mettent même leur "point d'honneur". Chaque nation exalte sa capacité a toujours l'emporter. Etrangement on n'entend guère parler que de victoires, les monuments les plus prestigieux servent à  en inscrire la liste. Les gares de chemin de fer elles-mêmes servent à perpétuer leur souvenir, gare d'Austerlitz à Paris, Waterloo Station à Londres. Ce petit jeu infantile et mensonger a pu durer jusqu'au milieu de ce siècle (dernier-n.d.c.). Le prix à payer était devenu difficilement supportable pour les deux adversaires, par exemple à Verdun ou a Stalingrad, mais la logique de la force restait acceptée par tous. "Nous gagnerons parce que nous sommes les plus forts", proclamaient les affiches recouvrant les murs de Paris au début de 1940.
Cette logique n'est plus conforme à la réalité de notre monde. Elle ne l'est plus, tout d'abord, en raison du fait que la possession de l'arme nucléaire supprime la notion de "plus fort". Si l'un des adversaires peut tuer l'autre quatre fois (par les radiations, par le feu, par la faim, par le froid de l'hiver nucléaire) et l'autre trois fois seulement, aucun des deux n'est le plus fort. Dès que chacun a dépassé le seuil de puissance lui permettant de détruire totalement l'autre, il n'y a plus de hiérarchie entre leurs forces.
Elle ne l'est plus, surtout en raison de l'effet boomerang des explosions nucléaires. Les populations qui habitent les villes visées sont éliminées instantanément, mais les autres, épargnées lors de l'échange initial, sont, en quelques jours ou en quelques semaines, atteintes par les retombées ou par l'hiver nucléaire. Les possesseurs de cette arme sont ainsi dans la position d'un adepte de l'autodéfense qui s'est muni d'un fusil pour écarter les voleurs, et qui constate que ce fusil envoie simultanément une balle sur la cible, et une balle sur le tireur. Impossible de détruire l'autre sans se détruire soi-même. Ce sont tous les raisonnements à propos de la dissuasion mutuelle qui se trouvent annulés. Pour faire peur à l'autre, il faut le persuader non pas que l'on est  plus fort que lui mais que l'on est capable de le haïr à un point tel que, pour le tuer, on est prêt à se suicider. On a longtemps parlé "d'équilibre de la terreur", il faut constater qu'aujourd'hui ce qui est en équilibre est l'ensemble des capacités de chacun à faire croire aux autres qu'il est assez fou pour déclencher le suicide général; Mais est-ce vraiment un équilibre? .../..."
-extrait de: "cinq milliards d'hommes dans un vaisseau"- Albert Jacquard
Question d'équilibre?
-envoyé par Berlav-
Question d'équilibre?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pjjp44 384 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte