Magazine Beaux Arts

Des lettres qui tombent, un peu de poésie (by Cécile)

Par Lifeproof @CcilLifeproof

 
Aujourd'hui, j'aimerai vous parler de ce grand mystère qu'est la poésie contemporaine pour moi. Il y a une dizaine de jours, a eu lieu à Strasbourg un festival qui s'intitulait « Sans titre (mais poétique) » du vendredi 17 au dimanche 19 juin au Hall des Chars. Je n'ai pu assister qu'à une soirée sur les 3 jours mais ça a été l'occasion de poursuivre la découverte d'une forme d'expression artistique qu'au fond je connais trop peu : la poésie sonore.

Dans mon souvenir, la poésie est synonyme de récitation et cela me ramène quelques années en arrière. Il y avait cette angoisse d'être devant sa classe et de devoir réciter un poème qu'on avait dû apprendre par cœur, il ne fallait pas se tromper, ni défaillir, il était nécessaire de se souvenir des mots qu'on avait dits, répétés au point qu'ils ne signifiaient plus rien, des mots qui devaient s’enchaîner naturellement et selon un certain rythme au moment où ils passaient nos lèvres. Ce serait sans doute réducteur de m'arrêter là et de ne pas chercher à comprendre ce qui se fait maintenant. Mais, même si j'ai assisté à quelques « performances poétiques » depuis plusieurs années, je crois être encore novice dans mon appréhension de ce médium qui me surprend positivement à chaque fois.

2011-03-17_20-47-21_710

John Giorno à l'auditorium du musée d'Art moderne et contemporain de Strasbourg le 20 mars 2011

D'après ce que j'ai pu voir, de Charles Pennequin** à John Giorno*, de Julien Blaine* à Valentine Verhaege* en passant par Pierre-Louis Aouston***, Paul Anders*** ou encore Jörg Piringer***, la poésie telle qu'elle se pratique dans l'art contemporain peut prendre des formes très variées. Le 17 juin dernier ce sont Paul Anders et Jörg Piringer qui m'ont le plus interpellé.

254909_221436164544890_100000355249750_774577_7306568_n
Paul Anders au Hall des Chars / Strasbourg le 17 juin 2011. Merci au Hall des Chars pour la photo.

Paul Anders est une jolie poétesse “hoquetteuse” marseillaise, qui déclame des textes. Elle lit soit ses mots soit ceux d'autres auteurs. Elle travaille sa respiration, manque de s'étouffer, hoquette et, par tous ces petits sauts entre les mots, rythme ses histoires et nous les donne à entendre et vivre différemment, étrangement surprenant, drôle et émouvant en même temps ! Cela aussi quand elle parle de son travail : « Je ne suis pas une femme fontaine de l’écriture. J’écris par hoquet. Et encore j’ai le hoquet rare et isolé. »

2011-06-17_21-53-48_460

Jörg Piringer, Performance abcdefghijklmnopqrstuvwxyz le 17 juin 2011 au Hall des Chars

Pour ce qui est de Jörg Piringer, je me suis en quelque sorte laissée happer par son œuvre. Lors de cette soirée, il a “joué” la « performance abcdefghijklmnopqrstuvwxyz » dont j'avais vu un extrait sur youtube. On était installé par terre sur des coussins, il nous faisait face, sur une table devant lui il y avait un micro, un ordinateur, etc. Derrière lui, il y avait un écran sur lequel des lettres de l’alphabet étaient projetées. Je ne suis pas certaine de pouvoir vous décrire correctement ce que j'ai vu ce soir-là. Des lettres arrivaient sur l'écran, le rythme de leur apparition variait, à d'autres moments il y en avait peu tandis que l'instant d'après, il y avait une accumulation d'une même lettre ou de plusieurs, comme si le vide de l’écran devait, à tout prix, être rempli. Le son se modifiait aussi en fonction des lettres projetées sur l'écran, saturant ou non l’espace.

Jörg Piringer, Performance abcdefghijklmnopqrstuvwxyz au Hall des Chars / Strasbourg le 17 juin 2011. Merci au Hall des Chars pour la vidéo.

Jörg Piringer est un artiste viennois créateur de ses propres logiciels qui lui permettent, par une interaction constante, de concevoir ses poèmes visuels et sonores en temps réel. À voir, c'est impressionnant et l'on peut se rendre compte de la technique utilisée pour la réalisation de sa performance sur son site. Finalement, je crois que le plus important ce n'est pas d'essayer de comprendre comment c'est fait même si c'est intéressant, mais, à un moment donné, j'ai arrêté de m'interroger sur le comment et j'ai commencé à vivre cette expérience et à me laisser entraîner par ces lettres qui, dans mon esprit, ont commencé à composer des mots, des idées et des histoires. Je vous souhaite de pouvoir, un jour, faire de même et de vous laisser surprendre par des formes poétiques si différentes de ce qu'on nous a appris !

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

* Intervention "locus métropole" de Julien Blaine, Valentine Verhaeghe et John Giorno à l'auditorium du musée d'Art modernet et contemporain de Strasbourg le 20 mars 2011. Un compte-rendu de l'intervention a été écrit sur le site mots & sons.

** Intervention de Charles Pennequin à l'école supérieure des arts décoratifs de Strasbourg le 18 mai 2011.

*** Intervention de Paul Anders, Pierre-Louis Aouston et Jörg Piringer dans le cadre du festival « Sans titre (mais poétique) » qui a eu lieu au Hall des Chars du vendredi 17 au dimanche 19 juin.

Le Hall des Chars / la Friche Laiterie - 10 rue du Hohwald - 67000 Strasbourg - +33/(0)3 88 22 46 71
contact@lafrichelaiterie.org


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lifeproof 5971 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte