Magazine Culture

Imbolc - chandeleur

Par Amaury Piedfer

En Gaule, nous fêtons traditionnellement le 2 février la Présence du Seigneur (Chandeleur), le 3 la Saint Blaise, puis Mardi Gras le mardi suivant. Dans la tradition chrétienne, on célèbre alors la présentation de Jésus au Temple et la purification de Marie, quarante jours après la Noël.
Comme toutes les grandes fêtes chrétiennes, la Chandeleur revêt pourtant une signification plus profonde encore, profondément en phase avec notre mode de vie d'Européens des Gaules. Essayons de comprendre l'histoire et le sens de cette fête.
En effet, la Chandeleur correspond sans aucun doute à l'ancien IMBOLC des Celtes, une fête de purification qui intervenait au début du mois de février, et au cours de laquelle on honorait la déesse Brigit, que le christianisme irlandais a conservé sous le nom de Sainte Brigitte, fêtée précisément le 2 février. En Gaule, son équivalent la déesse Brigantia resta très populaire pendant des siècles ; elle fut assimilée à Minerve-Athéna, avec laquelle elle partage certaines caractéristiques. Brigantia était une déesse de lumière, héritière des anciennes déesses-Mères, présidant à la fécondité, mais aussi au feu et, comme son équivalente gréco-romaine, à la sagesse et aux arts. Le christianisme en conserve le souvenir non seulement à travers la Sainte Brigitte irlandaise, mais aussi à travers Sainte Bride, la sage-femme de la Vierge, au nom qui n'a pourtant rien d'hébraïque.
Pourquoi était-elle célébrée au début du mois de février ? Nous sommes à ce moment de l'année où, après les difficiles semaines qui encadrent le Solstice d'hiver, la lumière solaire s'impose à nouveau, avec plus de force, à tout ce qui vit sur la Terre. Les jours ralongent et, de la terre imbibée des eaux hivernales, jaillissent les premières pousses de l'année, Perce-neige, parfois déjà jonquilles et quelques arbustes déjà bourgeonnent ; les premiers agneaux voient le jour, accompagnés parfois des premiers poulains.
Les très nombreux poèmes et proverbes des pays de France qui se rapportent à la Chandeleur montrent cette préoccupation de voir l'hiver se prolonger ou s'adoucir rapidement :
Si le deuxième de févrierLe soleil apparaît entierL'ours étonné de sa lumièreSe va mettre en sa tanièreEt l'homme ménager prend soinDe faire resserrer son foinCar l'hiver tout ainsi que l'oursSéjourne encore quarante jours
L'homme et l'ours, les deux compagnons des forêts d'Europe, dont le souverain maître commun, le soleil, rythme la vie et réjouit l'esprit. En Vivarais, voici ce qu'on affirme :
Quand pour la Chandeleur le soleil est brillantIl fait plus froid après qu'avant
Ce tout début de renouveau marque l'avènement d'une nouvelle année, d'un nouveau cycle de la vie, et nécessite des purifications qui mobilisaient en particulier les femmes et les enfants, garants de la vie et de la fécondité. A Rome, on célèbrait à ce moment de l'année les Lupercales, un curieux rite dont l'origine se perd dans la nuit des temps, au cours duquel des jeunes gens se livraient à une course autour du Palatin, vêtus d'une peau de bouc, en fouettant à leur passage les femmes de la cité de Romulus, avec des lanières de cuir, ce qui devait favoriser leur fécondité. Vers la même époque, un rite qui se manifestait par une marche aux flambeaux, marquait la purification (lustrum) nécessaire à tout passage d'une époque à une autre. Ce rite, sous l'égide de l'Eglise, est devenu la Chandeleur, cérémonie lors de laquelle toutes les chandelles (candelae) des églises sont rallumées, puis ramenées par chacun dans son foyer. Les Francs-Comtois disent encore :..Celui qui la rapporte chez lui alluméePour sûr ne mourra pas dans l’année
Purification et fécondité sont les deux piliers de ces fêtes du retour à la vie. Loin d'être d'un autre temps, ces sentiments exprimés par les Anciens lors de la fête d'IMBOLC nous touchent toujours, lorsque nous sentons que l'hiver est vaincu et que déjà, le printemps arrive.

Fête de la fécondité, rattachée à l'univers féminin, IMBOLC était probablement célébrée, chez les Celtes, au moment de la pleine lune, astre féminin qui rythme le cycle de la vie. C'est peut-être en rapport avec cet astre que s'est intaurée la tradition des crêpes de la Chandeleur, dont l'origine est obscure. On pourrait y voir un rite agraire, célébrant l'approche de la fin de l'hiver, la fin de la crainte de voir les réserves de l'année précédente s'épuiser avant les premiers fruits de l'année qui commence. Si vous n'êtes pas chrétien, ne restez cependant pas en marge de cette fête extraordinaire dont nous sentons tous encore l'importance, même quand la vie nous a éloigné de la terre. Il serait ainsi bien dommage de se passer de crêpes, que vous ayez des enfants ou non (avec un verre de cidre, c'est encore mieux), chandelles allumées aux fenêtres. C'est aussi un moment idéal pour se lancer dans une marche en forêt, ou dans la campagne, où vous pourrez admirer les premiers signes du renouveau que nous attendons tous.
Amaury Piedfer.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Amaury Piedfer 250 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines